Agrégateur de flux

Microsoft Build 2020

Dot.Blog - il y a 4 heures 54 min

Les 19 et 20 mai a eu lieu le Build 2020 totalement virtualisé en raison de notre copain couronné qui se diffuse sur terre à toute vitesse. Mais cela n’a pas interdit le Build de se tenir et d’avoir des contenus essentiels ! Regardons de plus près ..

Microsoft Build 2020

Peu importe si vous êtes un développeur chevronné, que vous créez votre première application, que vous appreniez votre premier langage de programmation ou que vous êtes simplement intéressé par les nouveautés, le Build est une mine d’informations.

Maddy Leger, gestionnaire du programme des outils autours de Xamarin rejoint Scott Hanselman lors de son intervention . Ils discutent des dernières mises à jour dans Xamarin et Xamarin.Forms. Y compris le rechargement à chaud XAML, le redémarrage à chaud, la prise en charge de deux écrans et bien plus encore. Au cours de cette session, Maddy et Scott ont même montré comment collaborer à distance. Ils le font en utilisant Teams et Visual Studio Live Share pour itérer sur une application ensemble en temps réel! N'oubliez pas de regarder l'intervention complète ..NET évolue, Xamarin évolue

Au cours de la session Journey to One .NET , Scott Hunter présente les plans de l'évolution de .NET. En plus de toutes les nouveautés de la vague .NET 5 et .NET 6, MS rationalise .NET pour les développeurs avec une API cohérente, un système de projet cohérent et des outils ad hoc. Cette évolution entraîne des perspectives passionnantes pour les développeurs de clients natifs qui créent des applications avec .NET.

MS a ainsi présenté la prochaine évolution de Xamarin.Forms, .NET MAUI : le framework d'interface utilisateur multi-plateforme .NET .

.NET MAUI est la nouvelle génération de framework pour la construction d'applications natives multiplateformes sur mobile et desktop. Construit au-dessus de la nouvelle génération de .NET, .NET MAUI introduira de nouvelles façons de créer des applications. En plus du XAML et de MVVM que vous connaissez et dont je parle ici très souvent, .NET MAUI apportera un support de première classe pour le modèle de développement de code connu sous le nom de l'architecture Model-View-Update (MVU). .NET MAUI simplifiera également la création d'applications natives multiplateformes en introduisant une structure à projet unique et des ressources multiplateformes. Des ressources telles que les polices et les images pourront être centralisées, et un mécanisme de rechargement à chaud et une technologie de redémarrage à chaud seront intégrés dès le départ.

Aller plus loin…

Vous voulez approfondir les améliorations à venir pour les développeurs .NET et Xamarin? Regardez la session de Scott Hunter et la session de plongée profonde de David Ortinau et Maddy Leger sur toutes les nouveautés pour la création d'applications multiplateformes avec .NET. En outre, assurez-vous de lire l' intégralité du blog d'annonce .NET MAUI .Feuille de route Xamarin.Forms 5.0

Xamarin.Forms 4 a été une version réussie avec plus de contrôles multiplateformes. Des contrôles comme CheckBox et RadioButton, CollectionView et CarouselView, et une navigation simplifiée avec Shell. Et bien plus encore ! De plus en plus de développeurs utilisent Xamarin.Forms et rapportent une satisfaction globale plus élevée que jamais. Le 19/5 au Build, David Ortinau a partagé la feuille de route pour Xamarin.Forms 5 . Avec pour mission claire d'améliorer les performances des applications et d'introduire de nouveaux contrôles qui simplifient les parties les plus compliquées des apps. Les nouvelles fonctionnalités incluent des onglets et une barre d'application entièrement personnalisables, des dégradés, des formes et des chemins…Conclusion

Le Build 2020 c’était tout ça et plein d’autres choses. Vous pouvez accéder aux session enregistrées, en anglais bien entendu. Nombreux seront les sujets développés sur Dot.Blog, en français et avec des exemples, mais si vous êtes pressés les liens donnés ici sont le chemin le plus rapide pour vous faire une idée des avancées !

Que cela soit .NET 5, .NET Core natif et cross-plateforme, les prochaines versions de Xamarin.Forms ou qu’il s’agisse de MAUI qui sera une révolution, il y a vraiment de quoi se réjouir pour tous ceux qui suivent la voie Xamarin.Forms. Dot.Blog vous accompagnera dans cette transition comme d’habitude.

Je reviendrai au fil du temps sur toutes ces nouveautés, ne vous inquiétez pas.

D’ici là, forcément,

Stay Tuned !

Catégories: Dévelopement

Microsoft gagnera-t-il la guerre des consoles next-gen avec son Xbox Game Pass ?

Mon Windows Phone - il y a 7 heures 52 min

Cette année 2020 sera marquée par l’arrivée des consoles de jeux de nouvelle génération. Microsoft semble cette fois-ci bien mieux armé que son concurrent Sony à l’aube de leur sortie… notamment grâce à son Xbox Game Pass qui revendique déjà 4x plus d’abonnés que PlayStation Now.

Le service, plus important que la console ?

Lors du lancement de la Xbox One, Microsoft était moins bien positionné que Sony et sa Playstation 4. L’un des principaux problèmes : un tarif de



Continuez la lecture de l'article Microsoft gagnera-t-il la guerre des consoles next-gen avec son Xbox Game Pass ?
Catégories: Mobile

Jailbreak de l’iPhone : tout comprendre à unc0ver 5 en 10 questions

FrAndroid - il y a 8 heures 54 min

Le jailbreak de l'iPhone est désormais de nouveau possible sur iOS 13.5 (et certaines versions précédentes). Les amateurs de tweaks trouvés sur Cydia vont pouvoir s'en donner à cœur joie.

Logo du jailbreak unc0ver // Source : unc0ver

D’une époque où ils étaient presque généralisés, le jailbreak sur iOS et le root sur Android sont aujourd’hui devenus marginaux. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’utiliser une faille du système afin de s’octroyer des privilèges supplémentaires et ainsi outrepasser certaines limites imposées. Cela permet notamment de personnaliser davantage son interface, y compris au niveau de certaines parties habituellement impossibles à modifier de par la nature même de l’OS, en particulier dans l’écosystème Apple.

Pourtant, certaines équipes travaillent toujours dessus, et l’une d’elles vient de donner naissance à unc0ver 5, un outil permettant de jailbreaker son iPhone sous iOS 13.5 (depuis iOS 11). Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce nouveau hack.

Quels sont les appareils compatibles avec le jailbreak ?

Unc0ver supporte actuellement une large gamme de smartphones et tablettes, mais aussi le dernier iPod touch. Voici la liste complète des appareils — en théorie — supportés par ce nouveau jailbreak :

L’équipe a réalisé de nombreux tests afin d’assurer le bon fonctionnement du jailbreak sur un large panel d’appareils, notamment les iPhone, sur différentes versions du système. Il se peut néanmoins que certains appareils, moins testés, présentent davantage de bugs.

Quelles versions d’iOS et iPadOS peuvent être jailbreakées ?

Actuellement, les versions qui sont compatibles avec unc0ver sont :

  • iOS 13.0 à iOS 13.5
  • iOS 12.4
  • iOS 12.0 à iOS 12.2
  • iOS 11.0 à iOS 11.4.1
  • iPadOS 13.0 à iPadOS 13.5

L’un des développeurs du hack a également précisé qu’une version pour tvOS devrait arriver sous peu.

Est-ce qu’unc0ver est un jailbreak tethered ou untethered ?

Il existe plusieurs genres de jailbreak : tethered (que l’on pourrait traduire par « attaché au cordon »), untethered (non attaché) et semi-untethered. Unc0ver entre dans cette dernière catégorie.

Plus concrètement, la différence entre ces 3 types de jailbreaks se joue lors du redémarrage de l’appareil. Selon le type de faille utilisé, il est possible que redémarrer l’iPhone « casse » le jailbreak. On cherche généralement à obtenir un hack untethered, qui conserve tous les changements quoiqu’il arrive. À l’inverse, le tethered nécessite de rebrancher l’appareil à un ordinateur pour relancer le jailbreak après chaque reboot.

Unc0ver 5 étant un jailbreak semi-untethered, il perd ses privilèges lors d’un redémarrage, mais il est possible de le jailbreaker à nouveau directement en quelques clics depuis l’appareil en relançant l’application unc0ver. Vous n’aurez donc pas besoin de rebrancher votre iPhone à un ordinateur pour profiter de vos modifications.

Notons au passage que même sans redémarrer votre iPhone, votre iPad ou votre iPod touch, le jailbreak expire au bout de 7 jours. Une petite manipulation est donc nécessaire chaque semaine.

Est-ce qu’unc0ver est stable et maintient les performances de l’iPhone ?

Tous les premiers retours autour d’unc0ver sont extrêmement positifs. Bien que certains jailbreaks aient pu réduire les performances, et plus particulièrement l’autonomie des appareils concernés, ce n’est pas le cas ici.

Attention néanmoins, certains tweaks de personnalisation installés grâce au jailbreak peuvent jouer sur la vitesse et la stabilité du système ou encore la durée de vie de la batterie.

Est-il toujours possible d’utiliser les services d’Apple sur un iPhone ?

Tous les services d’Apple tels qu’iCloud, iMessages, Apple Pay, etc. peuvent continuer de fonctionner sans problème.

Qu’en est-il de la sécurité avec unc0ver ?

Une augmentation de privilèges liée au jailbreak ou au root ouvre généralement des portes à des sections habituellement verrouillées du système, créant ainsi de nouvelles failles de sécurité.

La team à l’origine du jailbreak promet cependant que « unc0ver préserve les couches de sécurité conçues pour protéger vos informations personnelles et votre appareil iOS en les ajustant si nécessaire au lieu de les supprimer. Avec cette sécurité ajustée sur votre appareil iOS, vous pouvez exécuter vos applications et réglages préférés tout en étant protégé contre les attaquants ».

Il n’est pas totalement à exclure néanmoins que certains tweaks profitent de certaines failles exploitées par unc0ver pour atteindre à la sécurité de certaines données.

Est-il possible de faire les mises à jour d’iOS avec le jailbreak ?

Unc0ver fonctionne à l’heure actuelle jusqu’à iOS 13.5. Effectuer une nouvelle mise à jour du système n’est pas impossible, mais il est (fort) probable que cela vienne corriger la faille utilisée pour le jailbreak, rendant ce dernier inopérant.

Dans une interview accordée à Vice, Pwn20wnd, le développeur principal du projet, explique que cela devrait prendre entre 2 et 3 semaines environ à Apple afin de proposer un patch de la faille 0-day utilisée par unc0ver. La mise à jour vers iOS 13.6 ou 13.7 pourrait donc rapidement mettre un terme à la fête.

Cependant, après le déploiement de cette mise à jour, les utilisateurs auront encore deux semaines supplémentaires pour rétrograder à la version précédente, compatible avec unc0ver, et s’assurer de ne pas refaire de mise à jour — bloquées par défaut pas unc0ver. Ils pourront ainsi profiter du jailbreak plus longtemps, à condition de faire l’impasse sur les nouveautés apportées par Apple, notamment avec la prochaine mise à jour majeure du système, iOS 14, attendue en septembre prochain (ou un peu plus tard en raison des conditions sanitaires).

Est-il légal de jailbreaker un iPhone ?

Si la question entraine des débats dans certains pays, il est légal de jailbreaker un iPhone en France. Pour Apple néanmoins, il s’agit là d’une violation de copyright du programme « boot » de l’appareil, ce qui peut entraîner une perte de garantie pour infraction au contrat de licence que vous acceptez lors du premier démarrage de l’appareil.

Notez également que si le jailbreak est donc parfaitement légal, ce n’est pas forcément le cas des possibilités offertes par le jailbreak. Par exemple, télécharger une application piratée reste illégal.

Quelles sont les précautions à prendre avant le jailbreak ?

Afin d’éviter ce genre de mauvaise surprise, il est bien évidemment plus que conseillé d’effectuer une sauvegarde complète de votre iPhone ou de votre iPad AVANT de le jailbreaker. En cas de souci, il devrait donc être possible de restaurer cette image propre du système.

Comment jailbreaker un iPhone ou un iPad avec unc0ver ?

La manipulation permettant le jailbreak est disponible directement sur le site de unc0ver. Elle peut être réalisée depuis un ordinateur sous macOS, Windows ou Linux.

Catégories: Mobile

Conçu par HP, Microsoft et Valve, ce casque de réalité mixte s’annonce prometteur

FrAndroid - il y a 9 heures 22 min

En marge des réalités virtuelle et augmentée, Microsoft continue de pousser en avant les casques de réalité mixte de ses partenaires. Sur ce terrain, HP persiste et signe avec un nouveau casque haut de gamme, développé en partenariat avec la firme de Redmond... mais aussi avec Valve.

HP s’apprête à lancer un nouveau casque de réalité mixte axé sur le haut de gamme // Source : HP

Disponibles depuis 2017, les casques de réalités mixtes, soutenus par Microsoft, ont pour ambition d’ouvrir une troisième voie entre les réalités virtuelle (immersion complète dans un environnement virtuelle) et augmentée (simples informations affichées, au travers de lunettes par exemple, dans le monde réel). Ici l’objectif est d’intégrer des éléments virtuels avec lesquels ont peut interagir dans un environnement réel, et ce grâce aux caméras intégrées sur les casques de réalité mixte. Ces derniers peuvent néanmoins servir en tant que casques de pure VR en fonction des applications lancées.

En marge des ténors, comme l’Oculus Rift S ou le HTC Vive Pro, HP veut porter sur le marché une nouvelle version de son Reverb. Cette dernière devrait être présentée la semaine prochaine pour un prix pressenti aux environs de 600 dollars (soit près de 550 euros hors taxes)

Le successeur d’un casque d’ores et déjà aguicheur

Lancé en 2019, ce casque de réalité mixte était déjà plutôt orienté sur le haut de gamme. Il profitait notamment d’une définition de 2160 x 2160 pour chaque œil et d’un FOV (champ de vision) de 114 degrés pour une immersion très satisfaisante, et misait en outre sur des écouteurs intégrés avec son spatialisé. On y trouvait aussi deux micros et un assistant intelligent pour une meilleure expérience en réalités virtuelle et mixte sur les titres compatibles.

Les contrôleurs du nouveau HP Reverb seront compatibles avec SteamVR // Source : HP

On apprend de MSPowerUser que la nouvelle version de ce casque, attendue prochainement et dont les premières images viennent de fuiter, a été développée en partenariat avec Microsoft et Valve (qui soutient pourtant officiellement les casques de HTC) pour permettre une expérience encore plus immersive et confortable. Ce produit se veut aussi compatible avec d’autres plateformes que celle de Microsoft pour la réalité mixte.

Dans cette optique, les contrôleurs fournis avec ce nouveau Reverb ont été conçus main dans la main avec Valve pour être compatibles avec la plateforme SteamVR. Ils seront également préappairés (pour fonctionner correctement dès le déballage, sans intervention particulière de l’utilisateur).

On ignore néanmoins quelles sont les spécifications précises de ce nouveau casque, qui devrait cependant reprendre (en partie au moins) les caractéristiques aguicheuses de son grand frère, au même titre que son design, qui ne change pas beaucoup à première vue. Réponse et clarifications attendues fin mai ou début juin.

MSPowerUser

Catégories: Mobile

Windows 10 21H1 : les Insiders devraient recevoir la première build en juin

Mon Windows Phone - il y a 9 heures 52 min

Microsoft devrait déployer dans les jours qui viennent la mise à jour de fonctionnalité vers la version 2004 de Windows 10. Cette mise à jour majeure apportera son lot de nouveautés dont une réinstallation bien plus facile depuis le Cloud. Pour la prochaine version majeure, il va falloir se montrer patient… mais Microsoft devrait commencer à déployer les premières builds aux Insiders dès le début de l’été.

Une seule mise à jour majeure pour 2020

Si l’on en croit de récentes



Continuez la lecture de l'article Windows 10 21H1 : les Insiders devraient recevoir la première build en juin
Catégories: Mobile

Realme Watch : la marque lance sa première montre connectée… à prix cassé

FrAndroid - il y a 10 heures 14 min

Realme a annoncé le lancement de sa première montre connectée. Lancée en Inde à l'équivalent de 48 euros, elle arrivera en France au mois de juin.

Realme est une marque qui a beau n’avoir que deux ans d’existence, elle cherche bel et bien à attaquer tous les secteurs de la mobilité. Après les smartphones et les écouteurs Bluetooth, la filiale du groupe BBK Electronics (Oppo, OnePlus, Vivo), a annoncé ce lundi sa toute première montre connectée.

Pour aller plus loin
Quelles sont les meilleures montres connectées en 2020 ?

Logiquement baptisée Realme Watch, la montre ressemble à s’y méprendre à l’Apple Watch avec ses tranches très arrondies. Un choix de design qui n’est pas non plus sans rappeler celui de la Oppo Watch, présentée officiellement au mois de mars dernier.

Du côté des caractéristiques, la Realme Watch est équipée d’un écran LCD TFT de 1,4 pouce. Un choix de technologie d’affichage qui vise sans doute à réduire le coût de la montre, la plupart des modèles concurrents ayant opté pour de l’OLED avec un meilleur contraste. L’écran, de forme carrée avec des angles arrondis, permet d’afficher 320 x 320 pixels, pour une densité de 323 pixels par pouce. Concernant la luminosité maximale, Realme annonce que l’écran peut monter à 380 cd/m². Toujours concernant le design, on notera que la montre propose quatre bracelets en silicone : noir, bleu, rouge ou vert, et qu’elle est certifiée IP68 pour être utilisée en immersion à plus d’un mètre d’eau pendant une heure.

Le suivi de 14 activités sportives

Comme les montres Watch GT de Huawei, c’est véritablement sur le sport que la montre de Realme entend se démarquer. Elle embarque ainsi un capteur de rythme cardiaque capable de mesurer également le SpO2, c’est-à-dire le taux d’oxygène dans le sang. Elle propose également le suivi de 14 activités sportives, de la course en intérieur au tennis de table, en passant par le vélo en extérieur, le badminton, la marche ou le football.

Les autres fonctions classiques des montres connectées ne sont pas pour autant oubliées, puisque la Realme Watch va également permettre de contrôler la musique de son smartphone, tout comme l’appareil photo, ou rejeter des appels. Elle permet également de recevoir les notifications de son téléphone directement à son poignet. Du côté de l’autonomie, la montre de Realme profite d’une batterie de 160 mAh devant lui permettre, selon la marque, de tenir de sept à neuf jours.

Le plus intéressant concernant la Realme Watch demeure néanmoins son prix. En effet, la montre sera lancée en Inde le 5 juin au prix de 3999 roupies, soit 48 euros hors taxe. Selon nos informations, la montre sortira également en France au cours du mois de juin, à un tarif qui n’a cependant pas encore été dévoilé.

Test du Realme X50 Pro : un smartphone premium qui n’a pas les yeux plus gros que le ventre

Depuis son lancement il y a deux ans en Inde, la marque de smartphone Realme, cousine d’Oppo, ne cesse de grandir. Si elle est longtemps restée cantonnée aux smartphones d’entrée ou de milieu de gamme, elle s’attaque désormais au marché…
Lire la suite

Realme

Catégories: Mobile

Surface Duo : Microsoft veut rendre le stylet plus efficace sous Android

FrAndroid - il y a 10 heures 33 min

Attendu plus tard cette année, le Surface Duo sera le premier appareil lancé par Microsoft à fonctionner sous Android. Pour s'assurer que tout soit au niveau de ce que l'on attend d'un produit Surface, le groupe travaillerait actuellement à perfectionner le support du stylet sous l'OS mobile de Google. Une bonne nouvelle pour le système ?

Le Surface Duo devrait être capable de mener son stylet à la baguette ! // Source : Microsoft

Alors que Chromium bénéficie des améliorations développées par Microsoft pour Edge, Android pourrait-il profiter indirectement des actuels travaux du géant de Redmond pour son Surface Duo ? C’est possible. D’après Windows Latest, Microsoft travaillerait à améliorer le support du stylet sous Android. Des travaux de fond pour permettre aux utilisateurs de retrouver, sur le Surface Duo, une expérience de tracé et d’utilisation similaire à celle proposée sur les Surface Pro ou Surface Go, animées par Windows 10.

Pour ce faire, le groupe cherche à peaufiner au maximum la prise en charge, par Android, du stylet sur les appareils à deux écrans. Un projet que les ingénieurs de Microsoft mènent directement sur l’input stack d’Android, apprend-on.

Permettre un passage naturel d’un écran à l’autre

Grâce à ces améliorations, le Surface Pen est capable de réagir convenablement aux différents niveaux de pression exercés, tandis que le passage d’éléments ou d’applications d’un écran à l’autre est censé se faire sans encombre à la pointe du stylet. Toujours selon Windows Latest, des gestes seraient aussi au programme, comme le double tap pour lancer une capture d’écran ou le clic unique au stylet, probablement depuis l’écran de verrouillage, pour lancer rapidement Outlook.

Microsoft chercherait également à peaufiner assez l’expérience pour annuler la latence lorsque deux périphériques Bluetooth sont utilisés en même temps ou lorsque l’on tracera quelque chose sur les deux écrans d’un seul coup. L’objectif serait ici de rendre l’utilisation du stylet la plus naturelle possible grâce à l’absence de lag et à l’amélioration de son support par Android. Et effectivement, il faudra au moins cela pour permettre à l’utilisateur d’oublier l’intervalle entre les deux écrans, dû à la charnière.

Les limitations propres à Android pourraient rester un obstacle

On apprend néanmoins que si Microsoft permettra bien la gestion du stylet lorsque le Surface Duo est incliné, la prise en charge de la valeur d’inclinaison dans le protocole multitouch sera compromise, en raison des limitations propres au noyau Linux d’Android. Difficile de savoir si la chose pourra être résolue d’ici le lancement du smartphone pliant.

Quoi qu’il en soit, et parallèlement, Microsoft a aussi déposé de nombreux « Commits » sur Chromium visant à améliorer drastiquement la navigation web sur le Surface Duo… mais aussi sur d’autres appareils supportant des stylets semblables au Surface Pen.

Pour rappel le Surface Duo a récemment dévoilé par mégarde sa fiche technique définitive. On y trouvera notamment un SoC Snadragon 855 signé Qualcomm, doublé de 6 Go de RAM pour 64 ou 256 Go d’espace de stockage. Le smartphone devrait enfin se contenter d’un unique capteur photo.

MSPowerUser

Catégories: Mobile

Forfait mobile : comment profiter des meilleures offres du marché sans changer d’opérateur

FrAndroid - il y a 10 heures 50 min

RED by SFR est l'un des rares opérateurs à donner tout son sens à la formule "forfait sans engagement". Si vous êtes abonnés à son forfait mobile, vous pouvez sans problème souscrire à une autre offre RED si elle est plus avantageuse. Cela étant dit, l'offre mobile 60 Go à 12 euros par mois de RED by SFR reste l'un des meilleurs rapports qualité-prix du moment.

Il ne suffit pas de baisser les prix pour se démarquer dans la guerre des offres mobile à laquelle se livrent les divers opérateurs, et ça RED by SFR l’a bien compris. En effet, le géant des télécoms va bien plus loin en proposant un forfait mobile 60 Go à tarif réduit, seulement 12 euros par mois, qui se veut le plus flexible possible. Non seulement vous pouvez le personnaliser comme bon vous semble avec une myriade d’options, mais vous avez toute latitude dans la gestion de votre abonnement.

En savoir plus sur le forfait 60 Go de RED by SFR

Un forfait vraiment sans engagement

Peu d’opérateurs vous laissent une totale liberté concernant votre forfait mobile et RED by SFR est de ceux-là. En effet, là où la plupart des acteurs des télécoms ne vous permettent pas de profiter d’une de leurs promotions si vous avez déjà souscrit à une offre chez eux, RED by SFR ne vous empêchera pas de vous abonner à un forfait plus économique.

Concrètement, si vous avez déjà souscrit à l’excellent forfait 60 Go à 12 euros par mois, vous pourrez migrer vers l’offre BIG RED 100 Go sans peine et sans avoir à passer par un autre opérateur entre-temps. Évidemment, l’autre avantage du forfait mobile de RED by SFR est son prix. Calé à 12 euros par mois, il ne doublera pas au bout d’un an ou deux, contrairement à la plupart des forfaits avec ou sans engagement.

Une cascade de données mobiles

Lorsqu’il s’agit de proposer un forfait mobile sans engagement faisant la part belle aux données mobiles sans faire exploser la facture, RED by SFR ne faillit pas à sa réputation. Avec son offre 60 Go à 12 euros par mois, l’opérateur vous assure l’accès à une enveloppe data plus que massive, vous protégeant ainsi d’un forfait épuisé au bout d’une quinzaine de jours.

Vous pourrez donc profiter tout aussi bien du partage de connexion sans interruption lors du télétravail, que de vos vidéos préférées en streaming tout le long du mois. Et ce où que vous soyez puisque le réseau 4G de RED by SFR couvre 99 % de la population. D’autant que ce surplus de data 4G vous est attribué aussi longtemps que votre souscription à ce forfait sans engagement durera.

Une offre qui comprend de nombreuses options

L’excellence du forfait mobile RED by SFR ne repose pas uniquement sur l’importance de son enveloppe 4G, ni son débit grimpant jusqu’à 500 Mb/s. En effet, vous bénéficiez également des appels, SMS et MMS illimités vers et depuis la France, ainsi que 8 Go de data mobile à utiliser dans les DOM et au sein de l’Union européenne.

Possibilité vous est donnée d’ajouter autant d’options que nécessaire à votre forfait, pour une poignée d’euros supplémentaires chaque mois. Des options telles que :

  • 15 Go de data à utiliser depuis l’Europe, la Suisse, l’Andorre ainsi que les USA et le Canada pour 5 euros supplémentaires par mois
  • Les appels illimités vers les fixes européens pour 1 euro supplémentaire par mois

N’hésitez pas à jouer avec les différentes options lors de la configuration de votre forfait pour vous faire un avis sur l’offre de RED by SFR. D’autant que RED by SFR inclut gratuitement les bouquets de chaînes SFR TV. Flexibilité oblige, ces options peuvent être désactivées à tout moment, histoire que vous n’en profitiez qu’en cas de besoin, et ainsi réduire votre facture les mois plus calmes.

En savoir plus sur le forfait 60 Go de RED by SFR

Changer de forfait sans interruption

Inutile de le nier, notre rapport avec les forfaits mobiles a profondément évolué au regard de la situation mondiale actuelle. Il nous est désormais primordial de pouvoir rester en contact avec ses proches à n’importe quel moment. Dans cette optique, RED by SFR continue d’assurer les livraisons à domicile, dans le respect des nouvelles règles sanitaires. Votre nouvelle carte SIM vous sera donc livrée sans problème si vous souscrivez à un nouveau forfait mobile.

Qui plus est, le changement d’opérateur est entièrement pris en charge par RED by SFR, ce qui vous épargne l’envoi d’une lettre recommandée et d’autres démarches fastidieuses. Et comme toujours avec RED by SFR, le portage de numéro se fait sans interruption des services. Pour conserver votre ancien numéro, il vous suffit de fournir votre code RIO lors de la souscription, code que vous obtiendrez en composant le 31 79 depuis votre smartphone.

En savoir plus sur le forfait 60 Go de RED by SFR

Bénéficiez des meilleurs smartphones du moment

Opter pour le forfait mobile RED by SFR est l’occasion parfaite pour changer de smartphone. Surtout que RED by SFR propose sur sa boutique en ligne une sélection des meilleurs téléphones de l’année, tant au niveau des performances que du rapport qualité-prix.

Le Samsung Galaxy A51 à 289 euros

Le Samsung Galaxy A51, dans sa version 128 Go, affiche un tarif de 289 euros au lieu de 339 euros, soit une réduction de 50 euros. On vous conseille cet excellent smartphone milieu de gamme pour :

  • Sa bonne autonomie
  • Sa grande polyvalence en photo amenée par son quadruple capteur
  • Son superbe écran AMOLED à la définition 2 400 x 1 080 pixels

Découvrir le Samsung Galaxy A51 à 289 euros

Le Samsung Galaxy A71 à 389 euros

Le Samsung Galaxy A71 réduisant ainsi son prix à 389 euros au lieu de 429 euros, soit une économie de 40 euros. On vous le conseille pour :

  • La luminosité de son écran Super AMOLED de 6,7 pouces
  • Son autonomie qui dure, dure et dure encore
  • La bonne qualité de ses photos de jour

Découvrir le Samsung Galaxy A71 à 389 euros

Article sponsorisé par RED by SFR

Cet article a été réalisé en collaboration avec RED by SFR. Il s'agit d'un contenu créé par des rédacteurs indépendants au sein de l'entité Humanoid Content, l'équipe éditoriale de Frandroid n'a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Catégories: Mobile

Outlook : comment créer une signature et la synchroniser entre vos appareils ?

Mon Windows Phone - il y a 12 heures 8 min

Si vous utilisez Outlook pour gérer vos courriels, vous vous êtes probablement déjà battu avec le logiciel pour modifier la signature ajoutée automatiquement en bas de vos e-mails. Pire encore : elle n’est pas synchronisée entre les différents appareils que vous utilisez… mais cela va enfin changer à partir du mois de juin !

Comment créer une signature dans Outlook ?

Configurer une signature sur Outlook peut sembler assez basique. Pourtant, nombre d’entre nous se sont déjà



Continuez la lecture de l'article Outlook : comment créer une signature et la synchroniser entre vos appareils ?
Catégories: Mobile

Realme X3 SuperZoom : Snapdragon 855+ et gros module photo à moins de 500 euros

FrAndroid - il y a 13 heures 43 min

La marque Realme veut lancer un nouveau smartphone alliant un module caméra ambitieux avec un processeur haut de gamme, de l'an passé. Une fuite révèle les caractéristiques du Realme X3 SuperZoom.

Le Realme X3 SuperZoom // Source : WinFuture

Certaines marques ont bien compris qu’une méthode efficace pour s’imposer sur un marché était de l’inonder avec toujours plus de références. Samsung, le groupe Huawei ou encore Xiaomi sont familier de cette technique, mais c’est bien Realme qui l’a récemment adopté. À peine avons-nous fini de digérer le Realme X50 Pro, qui nous a plus que convaincus lors de notre test que voici un autre membre de la famille : le Realme X3 SuperZoom.

On doit ces informations à Roland Quandt pour le site WinFuture, mais le téléphone devrait bientôt être officialisé par la marque lancée par Oppo et le groupe BBK Electronics.

Pour aller plus loin
Oppo, Xiaomi, Vivo… qui va remplacer Huawei dans le cœur des Français ?

Un processeur toujours performant

Le Realme X3 SuperZoom semble être un grand smartphone, avec son écran de 6,6 pouces IPS LCD doté d’une définition de 2400 x 1080 pixels. La marque fait donc l’impasse sur l’OLED qui est de plus en plus généralisé sur ces gammes de smartphones. Elle a également choisi de ne pas utiliser le Snapdragon 865, mais plutôt son prédécesseur le Snapdragon 855+. Ce dernier est toujours très performant et a l’avantage de ne pas obliger à intégrer le support de la 5G.

Le SoC est épaulé dans ce Realme par 12 Go de RAM et 256 Go de stockage UFS 3.0. Le support du Wi-Fi 6 et du Bluetooth 5.0 sont également de la partie, et c’est toujours bon à prendre. Une batterie de 4200 mAh et une charge rapide 65W « SuperDart ».

Module photo avec zoom hybride x60

Le module photo est donc le composant phare de ce smartphone, qui lui donne d’ailleurs son nom. Le Realme X3 SuperZoom intègre un module à 4 appareils. L’appareil principal est équipé du capteur Samsung GW1 de 64 MP avec une ouverture f/1,8. On a également le droit à un téléobjectif avec zoom optique x5 et capteur de 8 mégapixels. Realme devrait se servir de ces deux appareils pour annoncer un zoom hybride x60 pour son smartphone.

Les deux capteurs supplémentaires, de 8 et 2 mégapixels, seraient bien plus accessoires, et serviraient notamment pour le mode photo macro.

Ce n’est pas tout, il ne faut pas oublier les deux appareils logés à l’avant dans une bulle commune, respectivement équipés d’un capteur Sony IMX616 de 32 MP, et d’un capteur de 8 mégapixels.

Un prix sous la barre des 500 euros

D’après WinFuture, le smartphone serait lancé cette semaine en Europe à 499 euros. Un prix qui le placerait en dessous du Realme X50 Pro dans la gamme du fabricant, mais avec seulement 100 euros de différences, difficile de percevoir lequel offre le meilleur rapport qualité/prix pour le moment. Il faudra attendre un test de ce nouveau modèle, ou attendre celui d’après.

Catégories: Mobile

Test de la souris Roccat Kova AIMO : complète et ambidextre

FrAndroid - dim, 24/05/2020 - 18:00
Introduction

La plupart des constructeurs de périphériques pour joueurs proposent une référence ambidextre au sein de leur gamme. Roccat ne fait pas exception à la règle avec la Kova AIMO, une souris pour joueurs à la conception ambidextre et plutôt accessible que nous vous proposons de découvrir aujourd'hui.

Le contenu de la boite // Source : Edouard Patout pour Frandroid

La souris Roccat Kova AIMO propose un châssis symétrique et une conception réellement ambidextre avec des boutons présents de chaque côté. Une caractéristique que l’on ne retrouvait pas sur la Rival 3 de SteelSeries que nous testions dernièrement.

Équipée de (très) nombreux boutons d’action, la Kova entend ainsi satisfaire l’immense majorité des joueurs, quels que soient leurs usages. Le tout pour un tarif maîtrisé de 59,99 euros au moment où nous écrivons ces lignes.

Pour aller plus loin
Quelles sont les meilleures souris gamer en 2020 ?

La versatilité avant tout

La Roccat Kova AIMO est donc entièrement construite en plastique noir avec un léger traitement soft-touch sur les parties de la coque en contact avec la paume de la main. L’ensemble est globalement convaincant et agréable, même s’il prendra rapidement les traces de doigts après quelques minutes d’utilisation.

La Roccat Kova AIMO propose un design ambidextre // Source : Edouard Patout pour Frandroid

L’une de ses grandes forces réside logiquement dans son design ambidextre tant sur sa forme que sur le positionnement des boutons. Si l’on ajoute à cela la forme assez plate de la souris, on dispose alors d’une souris adaptée à toutes les prises en main. Que vous soyez gaucher ou droitier, que vous ayez l’habitude de prendre votre souris du bout des doigts ou à pleine main, la Kova sera adaptée.

Prise en main // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Les deux clics principaux sont ici solidaires de la coque principale, mais cette caractéristique n’entache pas la réactivité de l’ensemble. Seule ombre au tableau, lorsque l’un des clics est enfoncé et que l’on souhaite activer l’autre clic principal, les extrémités de ces derniers rentrent en contact. Très légèrement perceptible à l’utilisation, ce phénomène devrait logiquement s’atténuer avec le temps.

Au-delà des deux clics principaux, nous sommes plutôt gâtés avec pas moins de 7 boutons très anguleux et programmables disposés de part et d’autre du corps de la souris ainsi que derrière la molette. Mention spéciale aux deux boutons présents au niveau des clics principaux qui par leur taille et leur placement permettent un accès particulièrement rapide.

Ces différents boutons proposent un clic tout en légèreté, mais qui ne manque clairement pas de réactivité. Ces caractéristiques les rendent donc très faciles d’utilisation et permettent ainsi d’accéder en toute simplicité aux fonctionnalités qui y seront configurées. À noter également que les boutons latéraux sont eux aussi idéalement placés et tombent parfaitement sous le pouce.

La molette de défilement dispose d’un revêtement en caoutchouc qui assure un bon grip bien que ses crans soient selon nous assez peu marqués. Le clic est quant à lui assez dur qui nécessite ainsi un peu « d’effort » pour être activé. Souris gamer oblige, la molette est évidemment cerclée d’une zone d’éclairage RGB personnalisable qui est ici accompagnée d’une zone supplémentaire à l’arrière.

En retournant la souris, on découvre les 5 patins qui devraient assurer une bonne glisse sur notre tapis de souris habituel. On y découvre également le capteur optique Pro-Optic R6 et ses 7000 DPI ainsi que les différentes mentions légales. La souris se raccordera à notre machine à l’aide d’un câble USB tressé d’environ 1,80 mètre et on appréciera tout particulièrement le fait que le nom de la souris est indiqué à l’extrémité du câble.

Un pilote efficace

Pour gérer l’entièreté des fonctionnalités de la Kova AIMO, il faut ici se tourner vers le pilote Roccat Swarm, commun à tous les périphériques de la marque. L’outil se présente sous la forme d’une application globalement très claire et enrichie de nombreuses fonctionnalités.

Le premier onglet du pilote propose différentes options liées aux performances de la souris. Au-delà des différents paliers de sensibilité, l’outil nous laisse paramétrer la vitesse de défilement de la molette ou encore la vitesse du double-clic. Autant d’options qu’il est plutôt rare de retrouver dans un pilote pour souris gamer.

Le deuxième onglet est quant à lui dédié à la configuration des 12 boutons programmables de la Kova AIMO. Chacun des boutons pourra être configuré grâce aux nombreuses options présentes au sein du pilote. On peut ainsi y attribuer n’importe quel raccourci clavier, mais également y ajouter des macros. De plus l’outil propose de nombreuses actions liées à certains jeux ou applications.

On profite ici également de la fonction Easy-Shift[+], proposée par la marque depuis de nombreuses années maintenant. L’idée est de pouvoir attribuer une seconde fonction à tous les boutons de la souris lorsque l’on maintient appuyer un bouton spécifique. Il suffit donc d’attribuer la fonction Easy-Shift[+] à n’importe quel bouton, puis de définir les actions secondaires des autres boutons. L’intérêt est ici multiple et pourra notamment permettre de gagner en efficacité sur certains logiciels ou jeux complexes.

Le 3e onglet se destine à quelques réglages annexes avec notamment la possibilité de modifier la fréquence de polling de la souris. On pourra également activer un retour vocal permettant d’avoir une indication audio lorsque l’on change le profil de sensibilité de la souris.

Malgré l’appellation AIMO de ce modèle, le pilote se montre globalement assez chiche sur les options liées à l’éclairage RGB de la souris. Ainsi, seulement 3 effets d’éclairage faiblement personnalisables sont proposés et il n’est pas possible de définir des couleurs spécifiques pour chacune des zones de la Kova.

En revanche, la compatibilité AIMO permet à la souris d’être synchronisée avec les autres périphériques de la marque et de réagir à différentes actions de l’utilisateur lorsqu’un clic est effectué ou que des frappes sont enregistrées sur le clavier. Roccat promet une expérience « intelligente », se basant sur les habitudes de l’utilisateur et si la promesse est louable, le résultat tient plus du gadget que d’une réelle killer feature.

Pour finir, et comme tout bon pilote qui se respecte, Roccat Swarm permet d’enregistrer tous les réglages précédemment cités au sein de 5 profils différents que l’on peut associer à des jeux ou des applications. La Kova AIMO intègre également une mémoire interne dans laquelle il est possible de sauvegarder ces profils.

Des performances exemplaires

Sur le plan des performances de tracking brutes, il faut ici faire confiance au capteur Pro-Optic R6 capable de monter jusqu’à 7000 DPI et d’encaisser une accélération de 20 G. En pratique, ce dernier se révèle très efficace et n’aura posé aucun problème durant toute notre période de test.

La Roccat Kova AIMO accompagnée du Vulcan 121 // Source : Edouard Patout pour Frandroid

La souris s’est montrée efficace aussi bien en jeu que dans des tâches bureautiques allant de la simple retouche photo au montage vidéo sur Adobe Premiere Pro. Aucun décrochage ni aucun manque de précision quelconque n’est à déplorer. Rappelons tout de même qu’il est rare de trouver aujourd’hui une souris réellement décevante sur ce point.

C’est grâce à ses boutons supérieurs « Quick-Fire » disposés de part et d’autre des clics principaux que la Kova AIMO tire son épingle du jeu. Leur placement stratégique apporte un vrai confort et un grain en réactivité non négligeable dans de nombreuses situations. Qu’il s’agisse du lancement d’une thermite sur le dernier Call Of Duty ou le couper-raccorder de Premiere Pro, on prend vite gout à ces deux boutons. Si l’on ajoute à cela la très pratique fonction Easy-Shift[+], on dispose alors d’une souris bonne à tout faire et très efficace dans toutes les situations.

La souris est très confortable et « agile » // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Avec ses 99 grammes sur la balance et grâce à sa forme relativement basique, la Kova AIMO se révèle également très agréable sur de longues sessions d’utilisation. Si elle n’est pas la plus légère du segment, son poids raisonnable et ses 5 patins lui procurent une agilité non négligeable sur des titres exigeants comme les FPS par exemple.

Prix et disponibilités de la Roccat Kova AIMO

La souris Roccat Kova AIMO est disponible au prix conseillé de 59,99 euros.

Catégories: Mobile

Comment partager sa position en temps réel sur Android

FrAndroid - dim, 24/05/2020 - 16:00

Plusieurs applications permettent de partager votre localisation à vos amis. Sur Android, les trois plus populaires sont Google Maps, Facebook Messenger et WhatsApp qui permettent soit de partager votre position en direct, soit à un moment précis. Voici comment les utiliser.

Vous avez donné rendez-vous à un ami à un endroit précis, mais il s’est perdu. Pas de problème, il suffit de lui envoyer votre position sur son smartphone pour qu’il soit guidé jusqu’à vous. Une sorte de signe du bras qui marche de plus loin.

Pour Android, plusieurs applications permettent de faire cela. Nous avons sélectionné trois d’entre elles qui permettent une compatibilité avec iOS, Windows ou macOS, pour que vos amis, même sans un smartphone sous l’OS de Google, puissent vous suivre. Si vous avez un iPhone, nous avons pour vous un guide entièrement dédié au partage de position depuis iOS.

Nous avons donc sélectionné trois services : Google Maps, Facebook Messenger et WhatsApp, trois applications disponibles sur Android et accessibles sur la plupart des autres supports.

Partager sa position sur Google Maps

Google Maps est l’application de navigation de base sur Android et reste la plus utilisée dans le monde (n’en déplaise à Apple Plans). Cette application permet de partager en direct sa position durant une période choisie.

Pour ce faire, ouvrez l’application sur Android et vérifiez que vous êtes bel et bien localisé au bon endroit. Si c’est le cas, cliquez sur le point bleu signifiant votre position. Un menu s’ouvre avec trois options, dont celle qui nous intéresse : Partager votre position.

On clique dessus et Google Maps va afficher votre position et vous proposer la durée de partage de celle-ci. Choisissez le laps de temps voulu et envoyez votre position via différents services de messagerie ou en copiant le lien URL fourni.

Votre ami peut ensuite vous localiser en direct depuis l’application ou le site de Google Maps durant la durée de temps choisie !

Ainsi, vos amis peuvent vous rejoindre plus facilement en créant un itinéraire jusqu’à votre position, un bon moyen de ne plus se perdre !

Partager sa position sur Facebook Messenger

Un autre moyen de partager sa position en direct est via Facebook Messenger. Le service de messagerie propose lui aussi un système similaire à Google Maps pour permettre à vos amis de savoir où vous vous trouvez.

Pour commencer, ouvrez une conversation avec votre ami et cliquez sur le Menu Plus représenté par 4 petits carrés pour lancer l’option Localisation.

Le menu avec votre emplacement sur une carte similaire à Maps s’ouvre et vos n’avez plus qu’à cliquer sur Partager ma position actuelle pour que votre ami y ait accès. Pour mettre fin au partage, Messenger propose dans la conversation d’Arrêter le partage.

Mais Messenger n’est pas la seule application « Made in Facebook » qui propose cette fonctionnalité…

Partager sa position sur WhatsApp

WhatsApp est la dernière application de notre sélection permettant de partager sa position. Le système est similaire à celui de Messenger puisqu’il faut commencer par ouvrir la conversation avec l’ami de votre choix.

Cliquez sur le trombone pour ouvrir le Menu plus et allez dans Localisation.

Cela va vous mener vers le menu dédié au partage de position avec une carte Google Maps montrant où vous vous trouvez et différents restaurants et commerces aux alentours. Vous pouvez soit partager votre propre position ou ces lieux à proximité. Si vous souhaitez partager votre localisation, vous pouvez simplement cliquer sur Partager localisation en direct et confirmer.

WhatsApp va vous demander la durée du partage entre 15 minutes, une heure et huit heures. Ce paramètre réglé, vous n’avez plus qu’à lancer le partage et vous pourrez l’arrêter directement depuis la conversation en cliquant sur Arrêter le partage.

Google Maps, Facebook Messenger et WhatsApp sont les trois applications que nous avons jugé les plus pratiques pour partager votre localisation. Mais il existe évidemment d’autres alternatives qui ne nous ont pas autant convaincu…

Des alternatives pas forcément rassurantes

L’une des alternatives les plus connues reste la fameuse SnapMap disponible sur Snapchat. Si vous activez le partage de votre localisation en continu, vos amis pourront savoir précisément où vous vous trouvez sans que vous n’ayez à envoyer quoi que ce soit. Tant que votre partage de localisation est activé sur Snapchat, vos amis pourront vous voir.

Le problème de ce système reste que votre partage de localisation est activé en continu, dès que vous lancez Snapchat, votre position sera actualisée, ce qui pose quelques questions sur le droit à la vie privée. De plus, les réglages de base font que votre position est partagée à tous vos amis Snapchat, pas seulement à ceux que vous souhaitez.

D’autres applications existent également sur le Play Store comme Glympse qui est très populaire (plus de 5 millions de téléchargements), mais sa dernière mise à jour remonte à juin 2019 donc nous sommes encore plus vulnérables à certaines failles de sécurité.

Comment partager sa position avec ses amis depuis son iPhone

Les smartphones ont apporté de nombreux avantages à notre quotidien, à commencer par une connexion internet disponible partout et à toute heure. Mais ils ont aussi remplacé les cartes grâce à leur GPS intégré, permettant ainsi de se géolocaliser et…
Lire la suite

Retrouvez l'actualité de WhatsApp

Catégories: Mobile

Essai de la Hyundai Kona electric : la meilleure alternative aux Tesla ?

FrAndroid - dim, 24/05/2020 - 14:00
Introduction

La Hyundai Kona electric est sans doute l'une des voitures électriques les plus abouties du moment, et nous allons vous expliquer pourquoi à travers cet essai complet.

Le Hyundai Kona electric // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

Si vous êtes à la recherche d’une voiture électrique plutôt polyvalente, notamment en matière d’autonomie, vous avez certainement coché la case Tesla. Pourtant, il existe d’autres alternatives électriques au constructeur américain, dont la très intéressante Hyundai Kona electric. Intéressante dans le sens où, avec sa batterie d’une capacité de 64 kWh, elle revendique environ 450 kilomètres d’autonomie avec une seule charge. De quoi envisager assez sérieusement de plus longs trajets, à l’image des Tesla qui, grâce à leur autonomie et la densité du réseau de recharge, peuvent facilement traverser la France sans se soucier, justement, de la recharge. Nous allons le voir, la Hyundai Kona electric possède de nombreux atouts pour faire parler d’elle, à commencer par son autonomie satisfaisante, son excellent agrément de conduite et sa consommation maîtrisée.

Une technologie au point

Commençons par les présentations. Le Hyundai Kona est à la base un petit SUV de 4,16 mètres de long et disponible au sein de la gamme du constructeur sud-coréen sous plusieurs motorisations. Il y en aura pour tous les goûts puisqu’il y a de l’essence, du diesel, de l’hybride simple, de l’hybride rechargeable et donc du 100 % électrique. Le Kona, c’est aussi le cousin technique du Kia Niro, qui présente à peu de chose près les mêmes caractéristiques techniques. Vous aurez donc le choix entre ces deux silhouettes si, esthétiquement, l’une vous plaît moins que l’autre.

À l’intérieur, le Hyundai Kona electric est loin d’être aussi technologique qu’une Tesla Model 3 par exemple, même s’il est loin d’être ridicule pour autant. Il offre toutes les fonctionnalités nécessaires en matière d’aides à la conduite et de connectivité. L’ergonomie est plutôt soignée et le système d’info-divertissement est clair et fluide. Un très bon point face à la concurrence, à commencer par le duo de SUV 100 % électriques français, les Peugeot e-2008 et DS 3 Crossback E-Tense, loin d’être au niveau dans ce domaine.

L’intérieur du Hyundai Kona electric // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

Le système d’info-divertissement se divise en deux parties avec, évidemment, une interface sous les yeux du conducteur comme sur chaque nouveauté désormais. Celle de la Hyundai Kona electric est pour le moins simpliste avec quelques informations relatives à la consommation et des raccourcies des menus présents sur l’écran tactile central. Justement, cet écran tactile regorge d’informations en tout genre. Outre sa compatibilité avec les services Apple CarPlay et Android Auto, il bénéficie d’une belle ergonomie avec un affichage complet et des graphismes de qualité.

Les points forts du Kona electric, ce sont ses multiples services liés à l’usage d’une voiture électrique. Ainsi, vous pouvez voir quel sera votre rayon d’action avec l’autonomie qui vous reste, ou encore visualiser les stations de recharge à proximité. Vous pouvez également avoir une vision détaillée de votre consommation pour mieux gérer vos phases d’accélération et de déclaration.

Un freinage régénératif de qualité

Autre gadget très appréciable, au niveau du combiné d’instrumentation, à chaque fois que vous levez le pied ou que vous freinez, un petit compteur apparaît avec une sorte d’éco-score qui indique le nombre de mètres d’autonomie récupérés grâce au freinage régénératif. Par exemple, à l’arrivée d’un péage, au moment de stopper notre voiture lancée à 130 km/h sur autoroute, la petite jauge nous indique que la décélération et le freinage a permis de récupérer 1,8 kilomètre d’autonomie. Mis bout à bout sur un trajet, c’est une dizaine de kilomètres, voire même plus, qui peuvent être récupérés via la récupération d’énergie au freinage. Vous pouvez gérer l’intensité du freinage régénératif sur trois niveaux grâce aux palettes au volant, le niveau trois étant le plus élevé. Trois modes de conduite sont également disponibles, à savoir les modes « Eco », « Normal » et « Sport ».

 

Le tableau de bord // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

En termes d’habitabilité, le Hyundai Kona n’est pas le meilleur de sa catégorie, mais n’est pas non plus le plus mauvais au vu de son petit gabarit. Ainsi, même en version électrique, il conserve un volume de coffre que nous qualifierons de correct, sans plus, avec 332 litres, soit 29 litres de moins par rapport à une version thermique. Il faudra également faire une petite place pour les câbles de recharge livrés avec la voiture. À l’arrière, l’habitabilité est correcte là aussi, sans plus. Deux adultes pourront y tenir plutôt confortablement, la place centrale étant toujours peu confortable et beaucoup trop étroite.

Un rapide passage du côté d’une station Ionity

Au vu de la situation actuelle et des 100 kilomètres à ne pas dépasser, nous n’avons pas pu faire de longs trajets avec notre Kona electric. Nous nous sommes donc contentés d’un simple aller-retour de Paris jusqu’à Nemours, l’occasion d’aller y tester la recharge via Ionity. Pour rappel, Hyundai fait partie du consortium, des tarifs préférentiels s’appliqueront donc pour les clients de la marque, au même titre qu’Audi, Mercedes, Porsche ou encore Ford. Pour le moment, Hyundai n’a pas encore communiqué ses tarifs précis, mais ils devraient se situer aux alentours des 0,30 cts/kWh, loin des 0,49 cts/kWh (et auparavant 79 cts/kWh) pour les conducteurs qui ne rouleraient pas dans une voiture électrique dont la marque fait partie du consortium (Jaguar I-Pace, Peugeot e-208 et e-2008 ou encore DS 3 Crossback E-Tense).

Pour aller plus loin
Combien de bornes de recharge y a-t-il en France pour les voitures électriques ?

Nous déverrouillons la borne grâce à notre carte Chargemap Pass et nous rechargeons notre Kona electric, davantage pour tester justement la recharge plutôt que par besoin, car nous aurions largement pu faire ce que nous avions à faire durant nos quatre jours avec la voiture sans avoir besoin de la recharger. Si la puissance de recharge est annoncée au maximum à 77 kW par Hyundai et en conditions estivales, ce qui était le cas durant notre essai, la borne n’a jamais délivré plus 53 kW. Arrivé à la borne de recharge avec 44 % d’autonomie restante, l’écran de la voiture indique qu’il faudrait y rester 34 minutes pour recharger jusqu’à 80 % et 1h28 pour recharger complètement la batterie, la puissance de recharge diminuant peu à peu à l’approche des 100 % pour préserver la batterie.

Le Hyundai Kona electric à une borne Ionity // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

Et sur la route ?

En ce qui concerne la partie conduite, c’est là que le Kona excelle et surprend, notamment pour un SUV. Rigoureux, dynamique, confortable, le Kona electric ne manque pas d’arguments pour séduire. Le moteur électrique développe un total de 204 chevaux et 395 Nm de couple, de quoi garantir des départs canon. Agile, malgré son poids conséquent de 1722 kilos, notre Kona est très plaisant à conduire, quelles que soient les situations.

Il y a néanmoins quelques défauts, comme quelques remontées de couple dans le volant, souvent inhérents aux véhicules électriques et un train avant parfois saturé, notamment à cause de la monte pneumatique (des Nexen N’Fera SU1 à très basse résistance au roulement), en phase de conduite dynamique, mais rien de rédhibitoire dans l’ensemble. Concernant le freinage régénératif (qui, contrairement à la Nissan Leaf e+, ne permet pas d’aller jusqu’à l’arrêt), celui-ci est très efficace, mais au moment de freiner avec la pédale de gauche, nous regrettons un ressenti à la pédale trop spongieux et surtout une course bien trop longue.

Le Hyundai Kona electric vu de dos // Source : Yann Lethuillier pour Frandroid

Parlons peu, parlons chiffres

Pour conclure, nous allons parler chiffres, notamment ceux concernant la consommation et les prix. Au long de notre essai, nous avons relevé environ 13 kWh en usage urbain, environ 16,5 kWh en usage mixte et 20 kWh sur autoroute, à 130 km/h. Des chiffres qui placent le Kona electric parmi les meilleurs véhicules électriques dans ce domaine, loin devant le duo de SUV électriques de chez PSA par exemple.

Le Hyundai Kona electric débute à partir de 34 900 euros en France, hors bonus écologique de 6000 euros, pour le modèle avec la petite batterie de 39 kWh (qui revendique une autonomie d’environ 300 kilomètres et 136 chevaux). Il faut compter au minimum 39 700 euros pour notre modèle avec la batterie de 64 kWh et 46 400 euros, hors bonus écologique, avec toutes les options.

Pour aller plus loin
Voitures électriques : quels sont les types de prises compatibles  ?

À ce prix, le Kona electric que nous avons à l’essai n’est pas concerné par le bonus écologique maximum de 6000 euros puisqu’il dépasse les 45 000, le seuil maximal depuis la nouvelle grille de bonus pour bénéficier de l’aide de 6000 euros. Normalement, c’est donc un bonus de 3000 euros qui doit s’appliquer. Mais Hyundai nous assure qu’une remise sur le prix de la voiture permet de passer sous la barre des 45 000 euros et ainsi bénéficier du bonus maximum, même pour notre Kona electric.

Ce qui nous amène donc à moins de 40 000 euros pour le Kona electric le plus haut de gamme en France. Un prix conséquent en sachant que le panier moyen d’un véhicule neuf est de 26 000 euros en France en 2019, mais plutôt compétitif dans le segment des véhicules électriques au vu de ses prestations et de sa polyvalence.

Où acheter le
Hyundai Kona Electric au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

Borne électrique en copropriété : quelles sont les démarches à suivre ?

Vous projetez d’acheter une voiture électrique ? Vous pensez évidemment de prime abord aux solutions de recharge qui s’offrent à vous. Le moyen le plus simple aujourd’hui est de disposer d’une prise au sein de son garage ou de son emplacement…
Lire la suite

 

Catégories: Mobile

Mode sombre de Google, Huawei vs États-Unis S02E01 et résiliation automatique de Netflix – Les actualités de la semaine

FrAndroid - dim, 24/05/2020 - 12:00

Cette semaine, il ne fallait pas rater l'anniversaire de l'embargo américain contre Huawei, mais aussi un changement dans la gestion des abonnements par Netflix et l'arrivée du mode sombre enfin sur Google.

Google dote enfin son moteur de recherche d’un mode sombre

La mode des modes sombre continue petit à petit à toucher toutes les applications mobiles. Cette semaine, Google a lancé le déploiement du fameux mode pour son moteur de recherche à travers l’application officielle du géant. Pour passer du côté sombre de la force, nous vous avons préparé un petit guide pratique.

États-Unis vs Huawei : l’embargo fête ses un an avec une mesure durcie

Cela fait un an que les États-Unis ont mis en place un embargo contre Huawei, empêchant notamment le géant chinois d’accéder au Google Play Store sur ses nouveaux smartphones. À cette occasion, nous avons préparé un grand bilan de cette année riche en rebondissement pour Huawei.

C’est d’ailleurs avec un nouveau rebondissement que la deuxième année de l’embargo commence : interdire au fabricant chinois l’accès aux fonderies de TSMC, responsable de la production des processeurs présents dans les smartphones Huawei.

La Chine n’a pas tardé à réagir et hausse désormais le ton face aux États-Unis. Pour Huawei, cette nouvelle décision « nuira aux intérêts des Américains ».

Netflix résilie automatiquement certains abonnements

La meilleure source de revenue pour un service d’abonnements vient des clients qui restent abonnés, mais ne font pas usage du service. C’est donc une bonne surprise que Netflix ait décidé de se lancer dans la résiliation automatique des abonnements, pour celles et ceux qui n’ont rien regardés depuis 12 mois.

Lien YouTube

Catégories: Mobile

Fête des mères : 12 idées cadeaux tech qui feront toujours plaisir

FrAndroid - dim, 24/05/2020 - 11:00

La fête de mère aura lieu le 7 juin, voici quelques idées cadeaux tech à tous les prix si vous n'avez pas d'idée.

C’est le 7 juin que nous célébrerons la fête de mère. Vous pouvez bien évidemment offrir des fleurs, mais pourquoi ne pas lorgner du côté de la technologie ? Voici 10 idées cadeaux tech qui feront plaisir à toutes les mamans, pour tous les budgets.

Google Home Mini 8 /10 Google Home Mini Fiche produit Voir le test Disponible à 49 €

Le Google Home est l’enceinte connectée par excellence. En plus de pouvoir rendre bien de services, comme la mise en place d’un minuteur, demander diverses informations à Google et piloter ses appareils domotiques, elle fait également une très bonne enceinte ou radio. On le recommande notamment dans une salle de bain pour écouter la radio sous la douche ou mettre de la musique reposante dans son bain. Pour cet usage, la version Mini disponible à moins de 50 euros est notre recommandation.

Où acheter le
Google Home Mini au meilleur prix ?

Il existe de plus un promotion à la Fnac en ce moment : un pack avec une ampoule connectée en couleurs qui pourra être pilotée à la voix. Un petit plus sympathique qui coûtera le même prix que l’enceinte seule.

Retrouvez le pack Google Home Mini + ampoule offerte à 49 euros

Amazon Echo dot 8 /10 Amazon Echo Dot (3ème génération avec horloge) Fiche produit Voir le test Disponible à 34 €

L’alternative au Google Home Mini est l’Echo Dot d’Amazon. Un peu moins chère, elle propose des fonctionnalités similaires. Elle surtout à recommander si elle est liée à un compte Amazon Prime pour effectuer des achats et profiter des services annexes comme Amazon Music Unlimited. On recommande surtout la dernière version qui intègre une petite horloge.

Retrouvez l'Echo Dot 3 à 79 euros sur Amazon

Liseuse : Amazon Kindle

On reste dans l’univers Amazon avec une liseuse : le Kindle. C’est une liseuse assez simple, mais qui remplit la plupart de ses offices. Elle fera certainement plaisir à toutes les mamans qui aiment lire. L’utilisation est relativement simple, et on peut facilement acheter des livres sur le magasin d’Amazon. On rappelle également que les abonnés Amazon Prime peuvent emprunter un livre gratuitement par mois (mais un seul emprunt à la fois).

Si vous cherchez d’autres liseuses, vous pouvez consulter nos conseils pour bien choisir son Kindle, ainsi que nos recommandations chez Kobo, ou même tout simplement les meilleures liseuses du moment en fonction des usages et du budget.

Retrouvez le Kindle à 79 euros sur Amazon

Smartphone Apple : l’iPhone SE 2020 7 /10 Apple iPhone SE 2020 Fiche produit Voir le test Disponible à 459 €

Le téléphone de votre mère commence à prendre de l’âge ? Apple a sorti le smartphone parfait tout récemment avec l’iPhone SE 2020. Si elle a déjà eu un iPhone, elle appréciera notamment de retrouver le design connu et le bouton home physique et en plus du capteur d’empreinte. On salue également la partie photo et vidéo. Attention toutefois, l’écran est assez petit et il n’est pas donné.

Trouvez l'iPhone qui vous convient le plus
Quel est le meilleur iPhone en 2020 ? Nos conseils pour choisir le bon

Où acheter le
Apple iPhone SE 2020 au meilleur prix ? Voir plus d'offres Smartphone Android : Realme 6 et Redmi Note 9S 8 /10 Realme 6 Fiche produit Voir le test Disponible à 229 € 8 /10 Xiaomi Redmi Note 9S Fiche produit Voir le test Disponible à 229 €

Si votre maman a besoin d’un téléphone, mais que vous avez un budget plus limité, on vous recommande la référence du moment autour de 250 euros : le Realme 6, c’est aujourd’hui le produit qui offre les meilleures prestations pour son prix, au coude à coude avec le Redmi Note 9S de Xiaomi. Si vous hésitez entre les deux, nous les avons comparés point par point dans notre versus du Redmi Note 9S contre Realme 6.

Où acheter le
Realme 6 au meilleur prix ? Voir plus d'offres Où acheter le
Xiaomi Redmi Note 9S au meilleur prix ? Voir plus d'offres Apple iPad 2019 7 /10 Apple iPad 2019 10.2 Fiche produit Voir le test Disponible à 369 €

Si la gamme iPad s’est largement élargie ces dernières années, mais l’iPad de base reste selon nous une très bonne option pour qui veut une tablette qui servira principalement à consommer du contenu. C’est la tablette la moins chère chez Apple, mais il fait déjà très bien tout ce qu’on lui demande, du visionnage de vidéo au surf en passant par des jeux. L’ardoise est également un plaisir à utiliser, et iOS généralement plus accessible qu’Android pour les mains les moins expertes si votre maman n’est pas très technophile.

Où acheter le
Apple iPad 2019 10.2 au meilleur prix ? Apple Airpods ou Jabra Elite 75t Apple AirPods 2 Fiche produit Disponible à 169 € 7 /10 Jabra Elite 75t Fiche produit Voir le test Disponible à 173 €

Pour écouter de la musique en déplacement, il est de passer aux écouteurs True Wireless, en ce moment, les bons rapports qualité-prix sont à chercher chez Jabra avec les Elite 75t disponible 170 euros environ. Si c’est l’écosystème Apple qui a les faveurs de votre maman, on recommandera les Airpods classiques.

Bien évidemment, vous pouvez monter en gamme avec les Airpods Pro ou les Sony WF-1000xM3, mais prévoyez le budget puisqu’ils se négocient plus de 200 euro. C’est le prix pour mettre la main sur les meilleurs écouteurs du moment.

Où acheter le
Jabra Elite 75t au meilleur prix ? Où acheter le
Apple AirPods 2 au meilleur prix ? Une housse pour smartphone

Parce que des accidents peuvent toujours arriver, protéger son smartphone avec une housse est toujours une bonne solution. C’est un petit cadeau généralement peu coûteux et qui peut rendre bien des services. Rhinoshield est fabricant réputé, qui a le mérite de proposer des produits pour de nombreuses références de smartphone, mais vous pouvez également trouver de produit chez des marques comme Spigen.

Retrouvez toutes les protections de smartphones sur Amazon

Amazon Echo Show : pour communiquer en visio avec ses proches Amazon Echo Show 5 Fiche produit Disponible à 59 €

À côté de ses enceintes, Amazon intègre aussi Alexa dans des écrans connectés : les Echo Show. Ces dernières offrent les mêmes fonctionnalités, mais avec un écran en plus pour afficher diverses informations, et une caméra frontale. Elle permet de faire des visioconférences avec d’autres possesseurs d’Echo Show, une bonne façon de rester en contact avec ses proches quand ils sont loin. Nous recommandons l’Echo Show 5, et son écran 5,5 pouces, qui offre le meilleur rapport qualité-prix selon nous.

Retrouvez l'Echo Show 5 à 59 euros

9 /10 Google Nest Hub Fiche produit Voir le test Disponible à 89 €

Si vous êtes plus team Google, vous avez également des appareils similaires avec l’assistant de Mountain View : le Google Nest Hub. Il est un peu plus joli extérieurement et s’intégrera sans doute mieux à un intérieur. Il ne dispose en revanche pas de caméra à l’avant. Si l’on peut recevoir des appels sur ce dernier, on ne pourra pas participer en vidéo.

Où acheter le
Google Nest Hub au meilleur prix ? Lenovo Smart Clock 9 /10 Lenovo Smart Clock Fiche produit Voir le test Disponible à 89 €

Le Lenovo Smart Clock est un appareil que nous aimons beaucoup chez Frandroid. Pour faire simple, il s’agit d’un réveil matin connecté avec Google Assistant. Un réveil malin. C’est un accessoire très pratique, puisqu’il permet de retrouver toutes les fonctionnalités d’un Google Home, avec un affichage en plus. Bien évidemment, lorsque la nuit tombe, la luminosité de l’écran baisse en conséquence. C’est un chouette cadeau, à un prix qui reste décent. On vous explique tout dans note test du Lenovo Smart Clock.

Où acheter le
Lenovo Smart Clock au meilleur prix ? Anker Powercore : pour recharger en mobilité

Parce que les occasions de recharger son téléphone en déplacement sont nombreuses, une batterie externe peut s’avérer extrêmement utile. Nous recommandons toujours l’Anker Powercore 13 000 mAh qui permettra de recharger plusieurs fois ses appareils. C’est selon nous une option très polyvalente et vous pourrez retrouver d’autres solutions dans notre guide des meilleures batteries externes.

Retrouvez la Anker PowerCore 13000 à moins de 30 euros

Catégories: Mobile

Oppo Find X2 Neo vs Realme X50 Pro : lequel est le meilleur smartphone ?

FrAndroid - dim, 24/05/2020 - 10:00

Après avoir testé l'Oppo Find X2 Neo et le Realme X50 Pro, l'heure est venue de comparer ces deux smartphones aux intéressants rapports performances/prix. Voici donc un petit versus pour les mesurer l'un à l'autre, point par point.

L’Oppo Find X2 Neo face au Realme X50 Pro // Source : Frandroid

En 2020, deux marques — propulsées par le même groupe BBK Electronics — montent particulièrement au créneau pour occuper le terrain et proposer des smartphones puissants à des tarifs encore assez attrayants. Il s’agit d’Oppo et de Realme. Or, justement, notre comparatif du jour oppose l’Oppo Find X2 Neo et le Realme X50 Pro.

8 /10 Oppo Find X2 Neo Fiche produit Voir le test Disponible à 699 € 9 /10 Realme X50 Pro 5G Fiche produit Voir le test 9 999 €

Ces deux appareils jouissent de fiches techniques très alléchantes au vu des prix auxquels ils sont commercialisés. Afin de déterminer lequel des deux est le meilleur smartphone, nous vous proposons ici un comparatif détaillé, point par point.

Fiches techniques des Oppo Find X2 Neo et Realme X50 Pro Modèle Oppo Find X2 Neo Realme X50 Pro 5G Version de l'OS Android 10 Q Android 10 Q Interface constructeur ColorOS ColorOS Taille d'écran 6.5 pouces 6.44 pouces Définition 2400 x 1080 pixels 2400 x 1080 pixels Densité de pixels 402 ppp 409 ppp Technologie AMOLED Super AMOLED SoC Snapdragon 765G Snapdragon 865 Puce Graphique (GPU) Qualcomm Adreno 620 Adreno 650 Mémoire vive (RAM) 12 Go 6 Go, 8 Go, 12 Go Mémoire interne (flash) 256 Go 128 Go, 256 Go Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 48 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 13 Mpx
Capteur 4 : 2 Mpx
Capteur 1 : 64 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 12 Mpx
Capteur 4 : 2 Mpx
Appareil photo (frontal) 32 Mpx Capteur 1 : 32 MPX
Capteur 2 : 8 MPX Enregistrement vidéo 4K 4K@30 IPS Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac) Wi-Fi 6 (ad) Bluetooth 5.1 5.1 Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28) 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28) NFC Oui Oui Capteur d'empreintes Sous l\'écran Oui Ports (entrées/sorties) USB Type-C USB Type-C Batterie 4025 mAh 4200 mAh Dimensions 72.4 x 159.4 x 7.7mm 74.24 x 158.96 x 8.9mm Poids 171 grammes 205 grammes Couleurs Noir, Bleu Rouge, Vert Prix 699€ 9999€ Fiche produit Voir le test Fiche produit Voir le test Le règne du verre dépoli

Sur le plan esthétique, aucun des deux adversaires du jour ne tente vraiment de réinventer la roue. D’un côté comme de l’autre, nous faisons face à des smartphones aux allures modernes, dans l’air du temps, mais qui ne tentent pas vraiment d’innover en la matière. Dans l’ensemble, c’est toutefois très efficace.

L’Oppo Find X2 Neo fait preuve d’un peu plus de finesse que son opposant avec une épaisseur plus contenue et surtout un poids bien léger en comparaison du massif Realme X50 Pro : 171 grammes pour le premier contre 205 grammes pour le second. Si vous ne supportez pas les téléphones lourds, voici déjà un point de différenciation.

Ce n’est pas tout, l’Oppo Find X2 Neo a aussi droit à un écran légèrement incurvé sur les côtés. Cela n’efface pas le contour noir tout autour de la zone d’affichage, mais permet de s’approcher un peu plus d’un effet premium que le Realme X50 Pro et son écran plat. On notera tout de même que bon nombre d’utilisateurs préfèrent les dalles plates pour s’assurer d’éviter les faux positifs sur leurs interactions tactiles.

Concernant l’intégration du capteur photo frontal, les deux smartphones optent pour la même solution : un poinçon dans le coin supérieur gauche de l’écran. Petite différence qui a son importance : la bulle est simple sur le modèle d’Oppo, mais double sur celui de Realme. Au dos, le Find X2 Neo comme le X50 Pro sont couverts d’une surface en verre dépoli très agréable au toucher. Aussi, à chaque fois, les reflets colorés sont particulièrement bien travaillés pour ajouter une pointe de fantaisie bienvenue.

Les téléphones ont des modules photo arrière logé à la verticale en haut à gauche. Rien de bien particulier à signaler ici. Les deux smartphones jouissent d’un port USB-C, mais se privent d’une sortie jack 3,5 mm et d’une certification d’étanchéité. Les lecteurs d’empreintes, eux, sont à chaque fois dans l’écran. Finalement, on retiendra surtout que l’Oppo Find X2 Neo semble plus adéquat pour un usage à une main par son poids et son épaisseur plus modérés que ceux du Realme X50 Pro.

De l’OLED à 90 Hz à toutes les enseignes

De L’OLED, un ratio 20:9 et une définition Full HD+ sont au rendez-vous sur les écrans des Oppo Find X2 Neo et Realme X50 Pro. Même les diagonales sont très proches : 6,5 et 6,44 pouces. Dans les deux cas, la qualité d’affichage séduit grandement, notamment grâce à un contraste parfait.

La luminosité maximale aurait pu être poussée un peu plus haut sur l’Oppo Find X2 Neo tandis que le Realme X50 Pro souffre plutôt de quelques soucis de calibration des couleurs qu’il faut prendre le temps d’aller régler dans les paramètres d’affichage sans non plus s’attendre à des performances inouïes.

Un mode 90 Hz est disponible sur chaque appareil pour offrir une plus grande fluidité. Un point forcément positif même s’il faut rappeler que l’option à 60 Hz, plus traditionnelle, reste plus économe en énergie. Sur l’affichage, on retient donc que les deux téléphones font plus ou moins jeu égal avec cependant une très courte tête d’avance pour l’Oppo Find X2 Neo dont la calibration des couleurs et la pluralité des teintes qu’il peut afficher jouent en sa faveur.

ColorOS et Realme UI : deux noms, même combat

Les deux smartphones sont basés sur Android 10 avec des interfaces maison baptisées ColorOS et Realme UI respectivement pour le Find X2 Neo et le X50 Pro. Les noms des deux solutions diffèrent, mais en réalité l’expérience utilisateur reste quasiment la même.

En effet, Realme UI n’est qu’une variante de ColorOS venant modifier l’apparence de certaines fonctionnalités ou apporter des options expérimentales dans l’onglet Realme Lab. Dans l’ensemble, les deux interfaces sont presque identiques et partagent ainsi le même combat : prouver qu’elles se sont adaptées à un public occidental.

En effet, Oppo comme Realme proposaient encore en 2019 des smartphones avec des options parfois mal traduites qui, mine de rien, entachaient fortement le ressenti de l’utilisateur. Des incohérences dans l’organisation de certains paramètres venaient aussi assombrir le tableau. Or, beaucoup de chemin a été parcouru depuis et les deux marques ont bien peaufiné ce point pour offrir des interfaces bien plus agréables et surtout riches en fonctionnalités.

Du mode sombre à la navigation par gestes en passant par pléthore d’options de personnalisation pour l’écran d’accueil, l’Oppo Find X2 Neo et le Realme X50 Pro se montrent très satisfaisants.

Manque de cohérence en photo

Pour la photo, nous assistons à un duel de quadruples modules photo configuré comme suit.

Sur l’Oppo Find X2 Neo :

  • capteur principal de 48 mégapixels (f/1,7)
  • ultra grand-angle de 8 mégapixels (f/2,2)
  • téléobjectif x2 de 13 mégapixels (f/2,4)
  • capteur monochrome de 2 mégapixels (f/2,4)

Sur le Realme X50 Pro :

  • capteur principal de 64 mégapixels (f/1,8)
  • ultra grand-angle de 8 mégapixels (f/2,3)
  • téléobjectif x2 de 12 mégapixels (f/2,5)
  • capteur de profondeur noir et blanc de 2 mégapixels (f/2,4)

Les deux smartphones offrent une grande polyvalence photo et, dans l’ensemble, une qualité d’image à la hauteur. Aucun des deux ne peut toutefois prétendre au titre de champion en la matière. Finalement, on observe des problèmes similaires sur les deux téléphones dont un manque de cohérence colorimétrique entre les différents modes de prise de vue.

Pour aller plus loin
HDR, mode nuit, capteurs, objectifs… On vous explique tout sur la photo sur smartphone

Voici quelques photos prises avec l’Oppo Find X2 Neo :

Et en voici également capturées par le Realme X50 Pro :

Quelques soucis d’exposition en faible luminosité, particulièrement sur l’ultra grand-angle, sont également à souligner.

En bref, l’Oppo Find X2 Neo comme le Realme X50 vous donne plusieurs cartes en main pour être créatif en photo, mais il aurait peut-être été plus judicieux de miser en premier lieu sur l’optimisation de la qualité plutôt que sur la polyvalence.

Plus de puissance chez Realme

Même si son prix d’entrée est d’environ 100 euros de moins, le Realme X50 Pro domine l’Oppo Find X2 Neo de la tête et des épaules sur le plan des performances. Son Snapdragon 865 est simplement plus puissant que le Snapdragon 765G, une classe en dessous, qui lui fait face ici.

Toutefois, cela vaut pour la puissance brute, mesurée au travers des benchmarks comme vous pouvez le constater dans le tableau ci-dessous.

 Oppo Find X2 Neo (90 Hz)Realme X50 Pro (60 Hz) SoCS765GS865 AnTuTu 8326 327591 734 PCMark 2.08 54812 126 3DMark Slingshot Extreme3 2767 170 3DMark Slingshot Extreme Graphics3 2788 211 3DMark Slingshot Extreme Physics3 2704 966 GFXBench Aztec Vulkan High13 / 8,5 FPS30 / 20 FPS GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)19 / 21 FPS45 / 51 FPS GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)49 / 56 FPS60 / 125 FPS Lecture / écriture séquentielle979 / 479 Mo/s1 745 / 764 Mo/s Lecture / écriture aléatoire41,2k / 36,1k IOPS53,9k / 51,6k IOPS

Dans les faits, l’utilisateur ne devrait pas vraiment observer de différences notables. Un exemple : Fortnite se lance par défaut en qualité épique sur les deux appareils et tourne très fluidement à 30 FPS. Sur Call of Duty Mobile cependant, l’Oppo Find X2 Neo ne permet pas d’opter pour le niveau max sur la fréquence d’image quand la qualité d’affichage est réglée sur très élevée. Chose que le Realme X50 Pro réussit à faire.

Charge rapide contre charge très rapide

Nous avons une capacité de 4025 mAh pour l’Oppo Find X2 Neo et de 4200 mAh pour le Realme X50 Pro. Les deux smartphones offrent une autonomie vraiment confortable vous permettant de tenir facilement plus d’une journée sans peine et même d’aller chercher les deux jours consécutifs d’utilisation sans trop de compromis.

L’avantage tourne cependant en faveur du Realme X50 Pro dont la recharge rapide se montre surpuissante avec ses 65 W. Le bloc charge revitalise ainsi le smartphone de 10 à 100 % de batterie en moins d’une demi-heure. Son adversaire du jour, lui, est un tantinet moins impressionnant avec son bloc de 30 W.

De la 5G pour les deux modèles

A priori, ce n’est pas sur le réseau 5G que l’on pourra départager les deux smartphones qui sont tous les deux compatibles, sans prendre en charge les ondes millimétriques qui seront utilisées en France quelques années après les premiers déploiements. Pour la 4G, l’Oppo Find X2 Neo comme le Realme X50 Pro fonctionnent avec toutes les bandes de fréquences françaises.

Le Realme X50 réussit à tirer son épingle du jeu en étant le seul à marcher avec le Wi-Fi 6.

Lequel choisir entre l’Oppo Find X2 Neo et le Realme X50 Pro ?

Comme on a pu le voir, l’Oppo Find X2 Neo et le Realme X50 Pro partagent plusieurs points forts et points faibles. Des deux côtés, on peut compter sur une belle qualité d’affichage avec un rafraîchissement à 90 Hz, une interface agréable à utiliser, une grande autonomie ou encore une compatibilité 5G. Et malheureusement, aucun des deux modules photo ne se distingue vraiment.

Ainsi, dans l’ensemble, on aura plutôt tendance à préférer le Realme X50 Pro capable d’offrir plus de puissance avec son SoC plus performant et sa charge rapide extrêmement efficace. Cependant, l’Oppo Find X2 Neo jouit d’un design plus fin et facile à manier à une main. Or, il s’agit là d’un critère qui a son importance.

Enfin, votre choix sera aussi dicté par votre budget. Comme nous allons le voir juste après, le Realme X50 Pro se décline en trois configurations. La première coûte moins cher que l’unique version de l’Oppo Find X2 Neo, mais la mieux pourvue en RAM et stockage monte largement au-dessus. Ainsi, n’hésitez pas à consulter nos avis complets sur ces deux smartphones :

Prix et disponibilités des Oppo Find X2 Neo et Realme X50 Pro

L’Oppo Find X2 Neo est commercialisé le 28 mai au prix conseillé de 699 euros dans sa version profitant de 12 Go de RAM et de 256 Go de stockage.

Où acheter le
Oppo Find X2 Neo au meilleur prix ?

En face, le Realme X50 Pro est vendu à 599,90 euros dans sa déclinaison 8/128 Go, mais il faut compter 669,90 pour le modèle 8/256 et 749,90 euros pour celui qui monte à 12/256 Go.

Où acheter le
Realme X50 Pro 5G au meilleur prix ?

Encore plus de Comparatif

Catégories: Mobile

À quel prix seriez-vous prêt à acheter une console comme la PS5 ou la Xbox Series X ?

FrAndroid - sam, 23/05/2020 - 18:00

Alors que les informations autour de la PS5 et de la Xbox Series X continuent et continueront d'affluer, nous aimerions savoir, dans notre sondage de la semaine, quel prix vous seriez à mettre pour une console next-gen.

Un concept imaginaire de PS5 // Source : Giuseppe Spinelli pour LetsGoDigital

2020 est l’année des consoles next-gen et l’impatience des potentiels acheteurs ne cesse de monter alors que les informations sur la PlayStation 5 de Sony et la Xbox Series X de Microsoft se multiplient.

Lien YouTube

Impatience qui ne risque pas de baisser en intensité alors que Sony semble préparer une conférence dédiée à sa PS5 pour début juin, juste avant un autre événement de Microsoft autour de la Xbox Series X.

Pour aller plus loin
Unreal Engine 5 : la PS5 s’offre une première démo vraiment next gen

Ces fameuses consoles promettent d’embarquer tout un tas de technologies pour des jeux vidéo aux graphismes et aux textures toujours plus immersifs. Autant de choses qui font forcément saliver… mais une grande question reste encore en suspens. Quel sera le tarif de ces PS5 et Xbox Series X ?

Quel prix pour une console next-gen ?

Notre article d’aujourd’hui ne cherche pas à répondre à cette interrogation. À l’inverse, nous avons plutôt envie de vous poser une autre question sur le même thème : à quel prix seriez-vous prêt à acheter une console next-gen comme la PS5 ou la Xbox Series X ?

Chargement À quel prix seriez-vous prêt à acheter la PS5 ou la Xbox Series X ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Pas plus de 300 euros, quitte à attendre
  • À 400 euros, comme la PS4 à son lancement
  • À 500 euros, ce serait déjà un super prix
  • Pas plus de 600 euros, ça devient cher
  • À 700 euros grand max
Voter AfficherCacher

Autant dire tout de suite que pour se procurer une telle console pour moins de 300 euros, il faudra sagement patienter pour voir arriver une superbe promotion après la sortie des PS5 et Xbox Series X. Même la perspective d’un prix de lancement équivalent à celui de la précédente génération nous paraît un peu trop optimiste, mais tout le monde a le droit de rêver !

Et évidemment, n’hésitez pas à argumenter votre réponse en commentaires.

Retrouvez toute l'actualité de Sony PlayStation 5

Catégories: Mobile

Test de l’Apple iPhone SE (2020) : le petit prix, conçu pour durer ?

FrAndroid - sam, 23/05/2020 - 14:00
Introduction

L'iPhone SE 2020 reprend le design de l'iPhone 8 et lui intègre le processeur de l'iPhone 11, avec un peu plus de RAM. Le tout pour un prix sous la barre des 500 euros. Que vaut cette nouvelle proposition d'Apple ? Voici notre test complet !

L’iPhone SE 2020 // Source : Frandroid

En 2016, Apple a dévoilé l’iPhone SE, son premier iPhone lancé en dehors des sorties annuelles et « canoniques ». Ses points forts résidaient en trois aspects : son design compact hérité de l’iPhone 5S, son rapport performance/prix agressif pour un iPhone, et une emphase sur l’environnement avec de nombreux composants recyclables ou recyclés. Quatre ans plus tard, Apple renouvelle ce modèle avec l’iPhone SE (2020). Quels sont désormais ses points forts ? Ce modèle est-il toujours pertinent de nos jours ? C’est ce que l’on va voir avec ce test complet.

Fiche technique Modèle Apple iPhone SE 2020 Version de l'OS iOS 13 Taille d'écran 4.7 pouces Définition 1334 x 750 pixels Densité de pixels 326 ppp Technologie LCD SoC A13 Bionic Puce Graphique (GPU) Apple GPU Mémoire vive (RAM) 3 Go Mémoire interne (flash) 128 Go, 64 Go, 256 Go Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 12 Mpx
Appareil photo (frontal) 7 Mpx Enregistrement vidéo 4K@60 IPS Wi-Fi Wi-Fi 6 (ad) Bluetooth 5.0 Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28) NFC Oui Capteur d'empreintes Oui Ports (entrées/sorties) Lightning Batterie 1821 mAh Dimensions 67.3 x 138.4 x 7.3mm Poids 148 grammes Couleurs Noir, Blanc, Rouge Prix 459€ Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un exemplaire acheté par nos soins.

Avec ses bordures, l’iPhone SE est-il vraiment compact ?

Sur le papier, avec un écran de 4,7 pouces 16/9, on peut se dire que l’iPhone SE est un téléphone particulièrement compact, à une époque où les smartphones ont tous des écrans de plus de 6 pouces. C’était pourtant l’un des grands marqueurs de l’iPhone SE de 2016. Pour autant, l’iPhone reprend le design de l’iPhone 8 avec ses très larges bordures tout autour de l’écran. Est-il vraiment si compact que cela en définitive ? Oui, il l’est. Même en le comparant avec un iPhone X pourtant pas beaucoup plus grand, mais totalement borderless, la différence est sensible en main.

C’est simple, je n’ai aucun mal pour atteindre le haut de l’écran, même avec le pouce. Surtout pour la première fois depuis longtemps, le téléphone s’est facilement fait oublier dans la poche de mon jean. Après plusieurs années à voir défiler de nombreux grands formats de smartphone à la rédaction, c’est vraiment rafraîchissement de revenir à quelque chose de plus raisonnable.

Les bordures

Taille mise de côté, le design de cet iPhone SE a vraiment pris un coup de vieux en 2020 avec ses larges bordures. L’écran se retrouve sur une partie assez restreinte de la face avant, ce qui peut avoir des conséquences assez nuisibles à l’usage. On y reviendra plus tard. On serait curieux de découvrir un iPhone avec le même format, mais un écran avec des bordures plus fines, avec un design plus proche de l’iPhone X.

Finitions et connecteurs

Pour le reste, Apple nous propose ici un téléphone aux excellentes finitions, mais on n’en attendait pas moins de la part de la marque. Tout est parfaitement équilibré, avec un port Lightning exactement au milieu de la tranche basse, entourée de deux haut-parleurs parfaitement symétriques. Design de l’iPhone 8 oblige, point de port jack 3,5 mm sur ce nouveau téléphone. L’ancien iPhone SE l’avait toujours. On retrouve en revanche les bandes antennes plastiques sur les côtés, qui s’étaient faites plus discrètes ces dernières années.

L’appareil photo ressort légèrement du téléphone, mais pas au point de le rendre totalement bancal. Le placement du capteur dans le coin du dos demande un peu d’adaptation pour ne pas passer son temps à le recouvrir avec son index, lorsque l’on tient le smartphone sur le côté.

Bon point hérité de son design, il est résistant à l’eau et la poussière avec une certification IP67. C’est assez rare sur ce segment de prix.

Touch ID et le Taptic Engine

L’identification de l’utilisateur se fait par un lecteur d’empreinte situé sous l’écran. Non on ne veut pas dire sous la surface de l’écran, comme la plupart des smartphones borderless en 2020, mais bien à l’avant du téléphone, en dessous de l’écran. Apple réutilise ici son bon vieux Touch ID que l’on avait quitté avec l’iPhone 8. Si le capteur fonctionne toujours aussi bien, même lorsque l’on porte un masque contrairement aux premières versions de Face ID, il prend forcément de la place à l’avant. À titre personnel, j’ai toujours préféré Touch ID à Face ID, mais j’espère qu’Apple trouvera un jour un moyen de l’intégrer correctement sous la surface de l’écran.

Notez que ce capteur ne dissimule pas vraiment un bouton. Depuis l’iPhone 7, Apple a en effet remplacé son bouton « home » souvent défaillant à la longue par un moteur de vibration Taptic Engine caché sous le capteur Touch ID. Après un temps d’adaptation, on finit par avoir l’impression d’effectivement appuyer sur un bouton. C’est un détail, mais ce moteur de vibration est vraiment de très bonne qualité et rares sont les smartphones Android à proposer cette expérience malheureusement.

Le LCD à l’air de l’OLED

Apple est l’un des derniers fabricants du marché à autant utiliser le LCD dans ses smartphones, surtout en regard de leurs prix. La technologie OLED est désormais très répandue, et l’annonce d’un nouvel iPhone avec un écran LCD nous laisse toujours une impression mitigée. Pour autant, la marque avec montré avec l’iPhone 11 qu’elle pouvait proposer du LCD d’excellente qualité et parfaitement calibré.

L’iPhone SE 2020 utilise toujours un écran LCD // Source : Frandroid

L’iPhone SE intègre un écran de 4,7 pouces avec une définition de 1334 x 750 pixels. Il s’agit d’un écran plat, protégé par du Gorilla Glass et qui propose le True Tone, qui adapte la balance des blancs à l’éclairage de l’environnement autour du smartphone. Nous avons fait passé notre smartphone sous notre sonde colorimétrique avec l’aide du logiciel Calman. Il délivre une luminosité maximale de 520 cd/m² pour un contraste de 1500:1. La température des couleurs de 6568K est très proche de l’idéale. L’écran couvre 72 % du spectre DCI-P3 avec une très bonne calibration. Le deltaE relevé est en moyenne à 2,9, c’est en dessous de la différence perceptible par l’oeil humain estimé à 3.

Apple propose donc une nouvelle fois un excellent écran LCD, quoique manquant un peu de résolution, mais la concurrence propose aujourd’hui des très bons OLED à ce niveau de prix.

iOS n’est plus parfaitement adapté

On ne va pas présenter une nouvelle fois iOS 13 qui anime tous les produits mobile d’Apple depuis la fin 2019. Insistons plutôt sur les forces et faiblesses de l’OS quand il s’agit spécifiquement de l’iPhone SE. Si vous avez déjà un iPhone, l’initialisation du smartphone se fait très vite, et il suffit en fait d’approcher son ancien téléphone pendant l’installation pour transférer assez rapidement les données d’un appareil à l’autre. C’est ici que j’ai repéré un premier petit défaut logiciel, un détail en soi insignifiant, mais porteur d’interrogations de ma part.

L’interface du système de transfert de données ne s’affichait pas aussi bien sur l’iPhone SE 2020, que sur l’iPhone X. Ces petits détails, j’en ai retrouvé à plusieurs endroits : le Control Center qui permet de gérer rapidement certains paramètres du téléphone est tronqué sur l’iPhone SE, et certaines applications ne s’affichent pas parfaitement. Pour le moment, ce n’est jamais contraignant à l’usage, contrairement à l’ancien iPhone où certaines applications étaient carrément devenues incompatibles avec le téléphone au petit écran. La navigation dans le système se fait avec le bouton central, et Apple ne propose pas d’activer la navigation par geste offerte sur ses iPhone borderless, qui reléguerait le bouton au simple usage de lecteur d’empreinte, mais faciliterait le passage d’un appareil à un autre quand on a déjà l’habitude de nouvelle navigation.

Cela pose tout de même la question du support de l’écran 4,7 pouces par Apple et les développeurs dans les années à venir alors que le reste de la gamme propose des diagonales plus grandes. Dans le même ordre d’idée, iOS ne profite pas vraiment de la place offerte par l’écran dans la barre d’état et pour cause, cet emplacement est recouvert par l’encoche sur les autres iPhone aujourd’hui. L’écran se montre également un peu petit pour la lecture de contenu sur le web, et le clavier virtuel est forcément lui aussi un peu plus compact.

Ça, c’était pour les craintes. Parmi les qualités on doit obligatoirement mentionner le très long suivi proposé par Apple sur des iPhone. C’est simple, l’ancien iPhone SE datant pourtant de 2016 est aujourd’hui toujours à jour et fonctionnel, si on fait exceptions des quelques problèmes évoqués plus haut. En tout état de cause, l’iPhone SE nouveau devrait profiter du même excellent suivi qui est aujourd’hui l’une des grandes forces d’Apple.

Sans surprise, l’iPhone SE s’intègre parfaitement au nouvel écosystème poussé par Apple. On peut accéder aux jeux Apple Arcade, mais aussi au contenu d’Apple TV+ dont l’abonnement est offert pendant un an avec le téléphone au moment de l’achat.

L’Apple A13 en a sous le coude

La grande « nouveauté » de cet iPhone SE 2020, lorsqu’on le compare avec l’iPhone 8, c’est donc avant tout son SoC Apple A13. Il s’agit tout simplement de la puce surpuissante que l’on connait déjà dans l’iPhone 11 et l’iPhone 11 Pro. Ici, l’iPhone SE a l’avantage de proposer un écran avec une faible définition, ce qui devrait avoir un impact positif sur les performances de l’appareil. Il faut en revanche noter qu’il intègre moins de RAM (seulement 3 Go) que l’iPhone 11 (4 Go).

 Apple iPhone SE (2020)Apple iPhone 11Apple iPhone 11 Pro MaxOnePlus 7 ProHuawei P30 Pro (perf ON) SoCApple A13Apple A13Apple A13S855Kirin 980 AnTuTu 7.x468 807424 355427 770373 182315 754 PCMark 2.0ncncnc9 7449 173 3DMark Slingshot Extreme39904 6645 2585 5774 243 3DMark Slingshot Extreme Graphics45166 1275 7836 2284 374 3DMark Slingshot Extreme Physics28332 5403 9894 0843 841 GFXBench Aztec Vulkan/Metal high (onscreen / offscreen)60 / 30 FPS60 / 29 FPS48 / 28 FPS15 / 16 FPS16 / 13 FPS GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)60 / 63 FPS60 / 60 FPS48 / 61 FPS21 / 42 FPS29 / 33 FPS GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)60 / 156 FPS60 / 156 FPS60 / 156 FPS55 / 101 FPS59 / 89 FPS Lecture / écriture séquentiellencncnc1 436 / 388 Mo/s903 / 232 Mo/s Lecture / écriture aléatoirencncnc43k / 7,2k IOPS43,4k / 66k IOPS

Je n’ai rencontré aucun problème pour faire tourner les jeux les plus exigeants de l’App Store. On a bien sûr testé Fortnite Battle Royal, qui tourne avec une résolution 3D à 100 %, détails réglés au maximum, et à 60 images par seconde. J’ai noté une petite chauffe du téléphone après une bonne session de jeu, mais pas de quoi descendre en dessous des 50 images par seconde. Même son de cloche pour Call of Duty Mobile qui tourne parfaitement sur cet iPhone.

En plus de ces excellentes performances, le choix de cette puce est un bon signe pour la durée de vie du smartphone. Apple devrait continuer à le prendre en charge pendant plusieurs années, et les performances de la puce A13 devrait tenir la route pendant bout de temps. La longévité des iPhone est généralement assez bonne sur ce point.

Un seul appareil photo en 2020 ?

On est maintenant habitué à voir des smartphones avec 2, 3, 4, voir même 5 capteurs photo au dos. L’iPhone SE est donc un petit retour aux sources, avec un module photo à un seul capteur grand-angle de 12 mégapixels, avec une ouvertue focale f/1,8. Vous n’aurez donc pas le droit à des zoom de folies, ou un super ultra grand-angle, mais un simple appareil photo polyvalent.

Sans se qualifier parmi les meilleurs smartphones du moment en photo, l’iPhone SE 2020 s’en sort très bien la journée, même dans des conditions un peu plus complexes comme un contre-jour. Sur cette photo, le HDR est plutôt réussi, avec de jolis contrastes, des nuages pas trop brûlés, un soleil forcément brulé, mais qui ne dégrade pas la photo, et surtout une route et des véhicules malgré tout bien définis. Rares sont les smartphones sur cette tranche de prix à réussir sur tous ces éléments.

La deuxième photo illustre qu’il ne faudra pas trop aller chercher dans les détails en effectuant des zooms, au risque de rapidement découvrir les limites du capteur de 12 mégapixels. Pour autant, on peut une nouvelle fois saluer la qualité du cliché au niveau de la gestion des lumières et des couleurs.

De nuit évidemment la situation est un peu plus complexe. Pour autant l’iPhone SE 2020 s’en sort plutôt bien. L’éclairage public est brûlé, comme attendu, mais le reste des photos est plutôt réussi. Comparé aux photos de jour, l’iPhone n’arrive plus à saisir autant de détails et les contrastes se perdent un peu. Cela reste convenable pour un appareil à ce prix, mais on a déjà vu mieux ailleurs, notamment sur la gamme Pixel 3a de Google. On regrette en particulier l’absence complète de mode nuit, mystérieusement réservé à la famille iPhone 11.

Caméra avant

À l’avant du téléphone, on retrouve le bon vieux capteur 7 mégapixels d’Apple déjà utilisé sur les iPhone 7 et iPhone 8. Une nouvelle fois, l’algorithme de traitement des photos d’Apple est plutôt bon, mais ne peut pas totalement rattraper le retard technologique d’un capteur qui se fait vieux. En particulier la nuit, les clichés manquent de piqué, on se retrouve le plus souvent avec des photos qui manquent de précision une fois ouvertes sur un ordinateur. Ce sera suffisant pour des clichés rapides à partager sur les réseaux sociaux, mais pas beaucoup plus. On se consolera au moins avec ce bel équilibre des couleurs proposé par Apple.

Autonomie moyenne et recharge lente

Apple ne révèle pas officiellement la capacité de la batterie de ses appareils. Il ne faudrait pas que les consommateurs puissent découvrir une batterie de seulement 1 821 mAh à une époque où même un smartphone avec une batterie de 3 000 mAh est considéré comme léger sur ce point. Évidemment, avec une telle capacité, Apple ne réitère pas l’excellente autonomie de ses iPhone 11, et propose plutôt quelque chose de très médiocre. On a ici le vrai point faible de notre smartphone. Comptez une demi-journée d’utilisation un peu intensive. Il faudra être très attentif pour être sûr de pouvoir rester loin d’une prise jusqu’à la fin de la journée, et faire attention à ne pas trop consommer de data ou de jeux, deux usages assez énergivores.

Certains smartphones avec une mauvaise autonomie se rattrapent avec une recharge très rapide, ce n’est pas le cas de cet iPhone. Apple propose toujours son simple chargeur 5W avec son téléphone. Ce chargeur met plus de 2 heures et 30 minutes à charger complètement le téléphone. Heureusement, il est quand même possible de charger plus rapidement le smartphone, jusqu’à 18W, mais il faudra pour cela un chargeur en option. Dans ce cas-là, le temps de charge complet passe à 1 heure 30 minutes environ.

Du Wi-Fi 6, mais pas de 5G

À la surprise générale, le nouveau smartphone milieu de gamme d’Apple n’est pas son premier iPhone compatible 5G. La firme propose en réalité le même niveau de connexion aux réseaux mobile que sur l’iPhone 11 avec de la 4G LTE capable de monter à 1 Gbit/s et une compatibilité avec la plupart des fréquences 4G utilisées dans le monde. Pour un smartphone dont le point fort devrait être la durée de vie, cette incompatibilité avec la 5G est malgré tout notable, et regrettable.

À l’inverse on peut souligner la compatibilité avec le Wi-Fi 6 (802.11ax) et le Bluetooth 5.0, respectivement les dernières normes en date de transmission sans-fil. Le NFC est également de la partie, avec toutes les limitations imposées par iOS. Il permettra surtout une compatibilité du téléphone avec Apple Pay, le système de paiement sans contact de la marque.

Prix et disponibilité

L’iPhone SE 2020 est disponible à partir de 489 euros en France pour la version 64 Go. Le prix monte à 539 euros pour 128 Go de stockage et 659 euros pour 256 Go de stockage.

Où acheter le
Apple iPhone SE 2020 au meilleur prix ? Voir plus d'offres

En prenant un peu soin d’économiser du stockage, en sauvegardant ses photos en ligne par exemple, la version 64 Go est aujourd’hui amplement suffisante pour une utilisation au quotidien du smartphone.

Catégories: Mobile

Les meilleures applications pour gérer ses listes de courses

FrAndroid - sam, 23/05/2020 - 14:00

Oubliez le post-it, aujourd'hui utiliser son smartphone est beaucoup plus pratique. Voici notre sélection des meilleures applications pour gérer une liste de courses, et éventuellement la partager.

Les applications à tester pour faire vos listes de courses // Source : Frandroid

Écrire une liste pour ses courses permet de faire facilement des économies en évitant de céder aux tentations tout en réduisant le temps passé à flâner dans les rayons. Or, il paraît que le temps c’est de l’argent !

Sur un ton plus sérieux, rappelons que, de nos jours, le smartphone est le compagnon idéal pour réaliser cette tâche : cela permet d’éviter de gâcher de l’encre et du papier, de facilement réutiliser des listes et surtout de pouvoir les partager pour les compléter à plusieurs. Voici donc notre sélection des meilleures applications pour faire vos listes de courses. À installer sur Android ou iOS.

Bring, le coup de cœur

L’application Bring est tout simplement le coup de coeur de la rédac ! Elle va un peu plus loin que la simple liste de course puisqu’elle permet également de prendre connaissance des offres de plusieurs enseignes comme Auchan, Franprix ou Picard. C’est également une bonne application pour créer facilement des listes et les partager avec les membres du foyer, ou les collègues au boulot.

Pour aller plus loin
L’app de la semaine : je n’oublie plus d’acheter les tomates… pour ma sauce tomate

Bring est également capable de gérer des listes récurrentes, ou de proposer directement des recettes de cuisine, dont il sera possible de facilement ajouter les ingrédients à la liste. C’est donc application gratuite, et très complète que Bring propose.

Bring!

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Listonic, l’essentiel

L’application Listonic va à l’essentiel. On crée des listes et on ajoute des produits, soit manuellement, soit parmi des suggestions et les essentiels sont là : lait, pain, tomates, papier toilette, etc. Lorsque l’on commence les courses, il suffit de cocher chaque article ajouté au panier. Il est également possible d’indiquer le prix de chaque article pour estimer un total.

L’utilisation d’un compte n’est pas obligatoire, sauf si vous comptez partager vos listes avec d’autres comptes. L’application est gratuite, mais affiche des publicités. Il est possible de payer un abonnement pour les supprimer.

Liste de courses - Listonic

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Google Keep et SimpleNote en alternatives

Vous n’avez peut-être pas envie d’avoir une application complètement dédiée aux listes de courses. Dans ce cas, le plus simple est encore d’utiliser une application de prise de notes.

À cet égard, Google Keep a été pensé pour facilement remplacer les fameux post-its au point d’en reprendre la célèbre couleur jaune. Le service est donc particulièrement approprié pour dresser une liste de course. Le service est disponible sur mobile et sur le Web, et permet facilement le partage entre amis.

Google Keep

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Si vous avez envie de très facilement gérer une liste de course, en passant par une application gratuite, simple à utiliser et totalement open source, alors SimpleNote est faite pour vous. Cette application va à l’essentiel, est à la fois disponible sur Android et iOS, mais aussi sur Windows, Linux et macOS.

Simplenote

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Pour bien manger, voici les meilleures applications Android à télécharger

Mieux manger, bien manger : voilà de belles résolutions, mais elles ne sont pas si faciles à tenir. Heureusement, il existe des applications qui vous permettent de vous nourrir plus sainement. Certaines vous apprennent à cuisiner et découvrir de nouvelles…
Lire la suite

Retrouvez Les TOPS d'applications !

Catégories: Mobile

Un smartphone à clapet avec module photo pivotable, Xiaomi brevette une idée atypique

FrAndroid - sam, 23/05/2020 - 13:00

Dans un brevet, Xiaomi partage l'idée d'un smartphone à clapet doté d'un module photo pivotant à l'horizontale pour pouvoir prendre des selfies avec la qualité d'image des capteurs arrière.

Un smartphone incongru imaginé par Xiaomi // Source : LetsGoDigital

Les brevets sont toujours une occasion de découvrir les projets un peu incongrus de certaines marques. Xiaomi ne fait ici pas exception avec un concept de smartphone à clapet — comme le Galaxy Z Flip ou le Motorola Razr — qui a la particularité d’avoir un large module photo pivotant. Le document (PDF) a été déposé auprès de l’Administration nationale de la propriété intellectuelle en Chine et relayé par LetsGoDigital.

Un smartphone hélicoptère

La manière dont le module tourne sur lui-même fait un petit peu penser aux hélices d’un hélicoptère. L’idée ici semble de pouvoir permettre aux utilisateurs de prendre des selfies en profitant de la qualité des capteurs photo arrière. On a vu des idées similaires se concrétiser sur des smartphones tels que l’Asus Zenfone 6 ou le Samsung Galaxy A80 — mais la rotation du module ne s’effectue pas dans le même sens.

Autant dire que, s’il se concrétise, ce projet donnerait lieu à un smartphone assez inédit en termes de format. Rappelons toutefois qu’un brevet ne signifie pas que le constructeur est vraiment en train de préparer un tel téléphone. Il permet simplement de voir que l’idée à traverser les esprits des responsables de la marque.

Dans la même veine, LG serait en train de préparer un smartphone à double écran pivotant.

LetsGoDigital

Catégories: Mobile

Pages

S'abonner à Sleepy SME agrégateur