Agrégateur de flux

L’Assemblée nationale approuve un contrôle parental renforcé : ce que cela va changer sur nos smartphones, tablettes et PC

FrAndroid - il y a 1 heure 9 min

La proposition de loi a été adoptée à l’unanimité, elle a pour objectif d'obliger les fabricants d’appareils connectés à inclure un contrôle parental gratuit et facile d’utilisation.

Source : Kelly Sikkema // Unsplash

Emmanuel Macron avait affiché son soutien à une proposition de loi qui vise à encourager le contrôle parental sur les smartphones et autres appareils permettant de se connecter à Internet, dans une vidéo diffusée en ligne le 18 novembre 2021, à l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école.

« Leurs parents doivent être là pour les protéger des éventuels dangers que les services numériques peuvent représenter : accès à des contenus pornographiques, ultraviolence, cyberharcèlement, jeux d’argent, consommation de stupéfiants, haine en ligne et contacts avec des inconnus potentiellement malveillants, entre autres » — Bruno Studer, La République En Marche

Ce mercredi 19 janvier 2021, les députés ont voté cette fameuse proposition de loi qui vise à installer un contrôle parental gratuit par défaut sur les écrans connectés. Plus précisément, tous les produits connectés devront intégrer une solution permettant de prévenir l’« accès à des services et contenus susceptibles de porter atteinte à l’intégrité morale ou physique » des mineurs.

Qu’est-ce que ça  peut changer ?

Cette loi a pour objectif d’obliger les constructeurs d’appareils électroniques à intégrer et proposer lors du premier démarrage l’activation d’une fonction de contrôle parental. Nous manquons de détails pour connaître précisément les fonctions nécessaires, il faudra attendre un décret en Conseil d’État qui précisera les fonctionnalités minimales et autres caractéristiques techniques.

Cette mesure s’applique à tous les produits connectés : les TV, les PC, les tablettes, les smartphones, les montres connectées, les consoles de jeu… sauf les box internet ainsi que la domotique. Le texte prévoit une sanction si la mesure n’est pas appliquée, l’équipement pourra être retiré du marché s’il présente un risque ou un défaut de conformité.

De plus, les produits vendus en occasion sont également inclus dans la mesure. Cela pose de vraies question de faisabilité : il est possible de mettre à jour le logiciel d’un appareil à distance, mais il paraît inenvisageable de l’appliquer à des produits connectés dont le suivi logiciel a été arrêté. En théorie, cette loi va obliger les éditeurs d’OS (Android, Windows, macOS, GNU/Linux, etc.) à intégrer les fameux outils de contrôle parental mais aussi à proposer le réglage lors du premier démarrage de la machine.

C’est l’Agence nationale des fréquences (ANFR), déjà en charge du contrôle de la mise sur le marché des équipements,  qui serait en charge de contrôler du respect par le fabricant et le distributeur des obligations de la mesure.

Le texte va désormais être examiné au Sénat, puis si le vote est favorable, cette proposition de loi sera promulguée comme loi de l’État par le Président de la République et publiée au Journal officiel des lois et décrets.

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Meilleures motos électriques : quel modèle acheter en 2022 ?

FrAndroid - il y a 2 heures 5 min

Si les scooters électriques sont déjà bien implantés dans le monde du deux-roues, c’est un peu moins le cas de la moto. Néanmoins, certains constructeurs, même les plus emblématiques, s’y mettent et les motos 100 % électriques sont de plus en plus nombreuses. Voici une sélection des meilleures motos électriques.

Harley Davidson Livewire

Avec plus d’une centaine de modèles sur le marché, les scooters électriques sont beaucoup plus nombreux par rapport aux motos électriques. Il faut dire que l’usage n’est pas forcément le même. Le scooter est avant tout un véhicule à usage urbain et qui n’a pas forcément vocation à faire de longs trajets. Du moins pour les plus petites cylindrées. De ce fait, il est aussi moins polyvalent qu’une moto. Du côté des motos, c’est l’inverse, et même si les utilisateurs louent les avantages de la moto en milieu urbain, ils n’en oublient pas aussi la possibilité, pour la majorité des motos, de pouvoir voyager avec.

N’oublions pas qu’il y a aussi ce côté passion qui anime les motards, et tout ce qui va avec. Du bruit de l’échappement aux sensations mécaniques, en passant par le plaisir de passer les rapports, sans oublier leur indéniable attrait dynamique, tous les motards seront à peu près d’accord pour affirmer qu’avoir une moto, c’est avant tout apprécier sa conduite.

C’est peut-être aujourd’hui pour ça que l’univers de la moto électrique est encore un peu confidentiel par rapport à celui du scooter ou même de la voiture. Mais les temps changent, et nous le verrons à travers ce dossier, même les constructeurs emblématiques de motos se mettent à l’électrique. Et même si le plaisir de conduite est différent par rapport à une moto thermique, il y a tout de même, comme en automobile, des avantages à rouler en électrique, même en matière de dynamisme.

Les motos électriques équivalentes 50 cm3

La plupart des motos électriques présentées dans cette catégorie partagent de nombreux éléments techniques avec les scooters électriques vendus par les mêmes marques. Le seul intérêt, par rapport au scooter électrique, c’est d’avoir un deux-roues un peu plus esthétique, mais pas forcément très pratique. Ces motos, dont la vitesse maximale n’excède pas 45 km/h, seront uniquement destinées à un usage urbain.

Super Soco TS 1200R : le meilleur rapport qualité/prix

Homologuée dans la catégorie des équivalents 50 cm3, la Super Soco TS 1200R reçoit un moteur électrique de l’équipementier Bosch. Capable de développer 2200 watts de puissance, la Super Soco TS 1200R peut atteindre jusqu’à 45 km/h.

La batterie de cette moto électrique totalise 1,56 kWh de capacité. De quoi autoriser jusqu’à environ 65 kilomètres d’autonomie selon les données communiquées par la marque. Esthétiquement, il s’agit d’un deux-roues au style plutôt moderne, avec une optique avant qui n’est pas sans rappeler certains modèles signés KTM.

  • Vitesse maximale : 45 km/h
  • Autonomie : jusqu’à 65 kilomètres
  • Passager à l’arrière : oui
  • Prix : 2890 euros
Easy-Watts e-Roadster : le meilleur prix

Cette petite moto aux allures de jouet est homologuée et est disponible en France depuis 2019. Équivalent 50 cm³, ce modèle est disponible dès 14 ans avec le permis AM. Grâce à sa batterie lithium-ion de 1,8 kWh, vous pourrez parcourir jusqu’à 70 kilomètres. Son seul défaut, c’est sa batterie qui n’est pas amovible. Il faudra donc directement recharger la moto en la stationnant près d’une prise de courant.

  • Vitesse maximale : 45 km/h
  • Autonomie : jusqu’à 70 kilomètres
  • Passager à l’arrière : oui
  • Prix : 2489 euros
Super Soco TC : le haut de gamme

Homologuée dans la catégorie des équivalents 50 cm3, la Super Soco TC reçoit un moteur électrique de l’équipementier Bosch. Capable de développer 2900 watts de puissance, il est intégré à la roue arrière. En vitesse de pointe, la Super Soco TC peut atteindre jusqu’à 45 km/h.

La batterie de cette moto électrique totalise 1,8 kWh de capacité. De quoi autoriser jusqu’à environ 65 kilomètres d’autonomie selon les données communiquées par le constructeur. Ce deux-roues se distingue surtout par un look néo-rétro clairement réussi et la possibilité d’ajouter une seconde batterie pour gagner en autonomie (jusqu’à 120 kilomètres).

À noter que la marque a récemment présenté une version « Wanderer » de sa TC, affichant un look encore un peu plus rétro et gagne en puissance. Surtout, son autonomie est revue à la hausse grâce à la possibilité d’installer deux batteries en même temps. Le prix augmente lui aussi pour atteindre les 3990 €.

  • Vitesse maximale : 45 km/h
  • Autonomie : jusqu’à 65 kilomètres
  • Passager à l’arrière : oui
  • Prix : 3290 euros
Les motos électriques équivalentes 125 cm3

Voici une catégorie qui offre déjà un peu plus de polyvalence, même si l’autonomie sera toujours limitée pour avoir un usage vraiment extra-urbain. En revanche, ces motos offriront un peu plus d’agrément et permettront, pour la plupart, d’aller plus loin avec une seule charge par rapport à la catégorie du dessous.

Horwin CR6 : le meilleur rapport qualité/prix

Révélée en novembre 2019, la moto électrique d’Horwin embarque un moteur de 6,2 kW. Celui-ci développe un couple maximal de 260 Nm et autorise jusqu’à 92 km/h de vitesse de pointe. La CR6 est également déclinée dans une version plus puissante. Baptisée Horwin CR6 Pro (à partir de 7490 euros, hors bonus), celle-ci développe jusqu’à 11 kW de puissance et autorise 105 km/h de vitesse maximale.

La moto est alimentée par une batterie lithium-ion d’une capacité d’environ 4 kWh. Horwin annonce jusqu’à 150 kilomètres d’autonomie. Disponible en trois coloris, la Horwin CR6 est commercialisée dans l’Hexagone à partir de 6290 euros hors bonus écologique.

  • Vitesse maximale : 92 km/h
  • Autonomie : jusqu’à 150 kilomètres
  • Passager à l’arrière : oui
  • Prix : 6290 euros
Easy-Watts e -Roadster Max : le meilleur prix

Comme dans la catégorie 50 cm3, c’est encore Easy-Watts qui propose la moto la moins onéreuse. Il s’agit ni plus ni moins d’une évolution de l’Easy-Watts e-Roadster présentée un peu plus haut, d’où l’ajout du suffixe « Max » juste après le nom. Cette petite moto est un équivalent 125 cm ³ et est disponible avec un permis A ou un permis B, plus 7 heures de formation.

Grâce à sa batterie lithium-ion de 2,8 kWh, vous pourrez parcourir jusqu’à 70 kilomètres. Son seul défaut, comme le modèle cité plus haut, c’est sa batterie qui n’est pas amovible. La moto est équipée d’un moteur électrique brushless dans la roue arrière et possède une puissance de 4000 Watts.

  • Vitesse maximale : 80 km/h
  • Autonomie : jusqu’à 70 kilomètres
  • Passager à l’arrière : oui
  • Prix : 4249 euros
Zero Motorcycles DS : le haut de gamme

La Zero DS se limite à 11 kW en puissance nominale. Une configuration qui lui permet de s’affranchir de la nécessité du permis moto. La puissance peut varier en fonction du pack batterie utilisé. Alors que la petite batterie de 7,2 kWh limite la puissance maximale à 33 kW en crête et le couple à 106 Nm, la plus grosse de 14,4 kWh grimpe jusqu’à 44 kW et 109 Nm.

L’autonomie de la batterie de 7,2 kWh est annoncée à environ 85 kilomètres en utilisation mixte. Le constructeur annonce environ 132 kilomètres en usage exclusivement urbain. La batterie de 14,4 kWh permet une autonomie en cycle mixte plutôt confortable avec 169 kilomètres et jusqu’à 262 kilomètres en milieu urbain.

  • Vitesse maximale : 139 km/h
  • Autonomie : jusqu’à 262 kilomètres (avec batterie de 14,4 kWh)
  • Passager à l’arrière : oui
  • Prix : à partir de 12 890 euros
Les motos électriques sportives

Pour cette catégorie, nous n’allons pas reprendre le même schéma qu’au début du dossier, pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas vraiment de modèle « moins cher » ou de bon « rapport qualité/prix », dans le sens où ce segment est encore trop confidentiel pour que nous puissions avoir assez d’éléments de comparaison.

Pour aller plus loin
Harley-Davidson LiveWire vs Zero SR/S : l’offensive des motos électriques US

Dans la catégorie des motos électriques sportives, tous ne recherchent pas les mêmes sensations. Certains sont en quête de vitesse pure et dure à éprouver sur les routes, tout en respectant le code bien entendu, tandis que d’autres aiment vadrouiller.

Zero Motorcycles SR/F et SR/S

Ce sont les motos les plus performantes de la gamme du constructeur californien. La SR/F est un modèle sans carénage tandis que la SR/S, plus récente, bénéficie d’un carénage lui donnant un aspect un peu plus sportif. En termes de performances, les SR/F et SR/S donneront satisfaction à de nombreux motards, du moins de 0 à 100 km/h. Avec 110 chevaux en crête et 190 Nm de couple disponibles instantanément, le 0 à 100 km/h réclame environ trois secondes. Une donnée similaire à n’importe quels bons roadsters ? Effectivement, mais ce n’est pas tant le 0 à 100 km/h qui impressionne, c’est plutôt la mise en vitesse de 0 à 50 km/h qui laissera n’importe qui sur place au feu rouge.

Équipée de série d’une batterie de 14,4 kWh, la Zero SR/F autorise jusqu’à 259 kilomètres d’autonomie en usage urbain et environ 160 en cycle mixte. Comme la plupart des motos électriques de la gamme Zero Motorcycles, elle peut être équipée d’une option « Power Tank ». Constituée d’un pack additionnel de 3,6 kWh, celle-ci permet de faire passer la capacité cumulée à 18 kWh pour une autonomie supérieure à 300 kilomètres. En France, la SR/F débute à partir de 20 970 euros et la SR/S à partir de 21 720 euros.

Harley-Davidson LiveWire

L’autre star du segment, c’est aussi une Américaine, avec un blason beaucoup plus connu. La LiveWire de chez Harley-Davidson, c’est la première moto électrique du constructeur de Milwaukee, plutôt habitué aux grosses routières bien coupleuses. Du couple, la LiveWire n’en manque pas grâce à son moteur électrique de 105 chevaux et 116 Nm de couple. En matière d’accélération, le constructeur communique sur un 0 à 100 km/h abattu en trois secondes et des reprises de 100 à 130 km/h réalisées en 1,9 seconde.

Refroidie par air et constituée de cellules fournies par Samsung, la batterie cumule 15,5 kWh de capacité. En matière d’autonomie, Harley-Davidson communique sur 235 kilomètres en ville et 152 kilomètres sur autoroute. Des chiffres assez proches des Zero SR/F et SR/F, sauf en termes de prix, puisque la LiveWire fait payer cher, très cher même son prestigieux blason. Il faut compter 33 900 euros, en France, pour rouler au guidon de la première Harley électrique.

La Lightning LS-218

Dans le secteur des motos électriques sportives, la Lightning LS-218 est sans doute la plus connue. La Superbike est la plus rapide de sa catégorie avec une vitesse maximale homologuée à 352 km/h. Sous son capot, c’est un moteur de 200 chevaux mis en place et un poids léger de 224 kilos. Son accélération de 0 à 100 km/h est accomplie en 2,2 secondes.

Le constructeur a aussi mis en place trois packs de batterie différents : 12 kWh (160 à 190 kilomètres d’autonomie), 15 kWh (190 à 240 kilomètres) et 20 kWh pour (260 à 290 kilomètres). Avec toutes ces caractéristiques techniques, l’on pourrait s’attendre à un tarif exorbitant. Sur le site de la firme, la première version est affichée à 38 888 dollars, soit 34 383 euros. Il faudra faire preuve de patience, la moto électrique est produite à la commande.

La Sur-Ron Light Bee

En premier lieu attention de faire la distinction, le constructeur chinois propose deux versions de sa moto électrique. La Light Bee homologuée pour un usage sur la voie publique tandis que la Light Bee X ne peut être utilisée que sur un domaine privé. En effet cette dernière peut atteindre une vitesse de pointe de 75 km/h tandis que la première version est bridée à 45 km/h.

La Sur-Ron Light Bee se remarque d’abord par un design typique des moto-cross. Elle propose aussi une batterie de 1,92 kWh avec une autonomie affichée à 100 kilomètres. Afin de circuler avec ce modèle, il vous faudra au minimum un permis A1. En termes de prix, la moto Light Bee homologuée débute à partir de 4990 euros.

Vous aimerez aussi en moto électrique sportive :

Voici quelques clichés d’autres modèles.

Bien choisir sa moto électrique Quel permis pour quelle catégorie ?

Les motos électriques classées dans la catégorie 50 cm3 (aussi appelée L1e) ont une puissance comprise entre 1 et 4000 W. Un moteur électrique brushless est généralement intégré au sein de la roue arrière. La vitesse d’un deux roues électrique L1e est limitée à 45 km/h. Ils peuvent être conduits dès l’âge de 14 ans avec un permis AM ou à partir de 18 ans avec un simple permis B.

Contrairement à la catégorie 50 cm3, les motos électriques 125 cm3 (ou aussi appelées L3e) ont une puissance qui dépasse les 4000 W et une vitesse supérieure à 80 km/h. Elles nécessitent un permis A1 si sa puissance n’excède pas 11 kW. Pour ce faire, vous devez également avoir au moins 16 ans. Pour conduire un deux-roues électrique ayant une puissance comprise entre 11 et 35 kW il faudra être titulaire d’un permis A2.

Il est également possible de conduire un véhicule de catégorie L3e en étant titulaire d’un permis B. Mais les réglementations ne seront pas les mêmes. Si vous avez obtenu un permis B avant mars 1980, vous aurez directement une équivalence avec un permis A1. En revanche, si vous avez obtenu votre permis B après mars 1980, et depuis deux ans au minimum, vous ne pourrez conduire une moto électrique qu’après une formation de sept heures.

Quelles protections porter ?

Une moto électrique doit être utilisée avec des protections adéquates. D’un point de vue légal, il vous faudra donc un casque homologué ainsi que des gants CE pour le conducteur et l’éventuel passager.

Comme pour la voiture, il est obligatoire de disposer avec soi d’un gilet réfléchissant.

Hors du cadre purement légal, nous vous recommandons fortement de porter des vêtements adaptés. Même s’il fait chaud oubliez donc les tenues légères, espadrilles et tongs sous peine de le payer le prix fort le jour de l’inévitable chute. A minima, investissez dans un blouson adapté et renforcé.

Quelles sont les aides financières ?

Comme la plupart des véhicules électriques, les scooters bénéficient d’aides à l’achat :

  • pour une puissance de moins de 2 kW : 100 euros dans la limite de 20 % du prix d’achat
  • pour une puissance de 2 kW oui plus : 900 euros dans la limite de 27 % du prix d’achat

Outre cette prime nationale, des aides locales peuvent s’appliquer, vous pouvez ainsi toucher 400 euros de la mairie de Paris, et 200 euros de celle de Nice.

Pour les professionnels, des offres plus intéressantes existent, mais elles dépendent de votre situation précise.

Autre avantage et pas des moindres : un nombre croissant de villes rendent le stationnement payant pour les deux roues non électriques. C’est par exemple le cas de Paris.

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Les Huawei FreeBuds 4i profitent des soldes pour s’afficher à moitié prix

FrAndroid - il y a 3 heures 5 min

Aujourd’hui, nous avons plus besoin de vider vos économies pour avoir des écouteurs avec réduction de bruit active. Les FreeBuds 4i en sont dotés et délivrent aussi une bonne qualité audio. Déjà abordable, on les trouve actuellement en promotion à seulement 56,68 euros sur le site d'Amazon, contre 99,99 euros à leur lancement.

De plus en plus, on retrouve sur le secteur audio des écouteurs avec réduction de bruit à petit prix, mais la qualité ou les fonctionnalités ne sont pas pour autant sacrifiées. Les FreeBuds 4i en font d’ailleurs partie et créer la surprise. Avec leur design moderne, leur grande autonomie et leur réduction de bruit efficace, les écouteurs de la firme chinoise sont à considérer. Encore plus aujourd’hui avec cette réduction de plus de 40 % sur leur prix d’origine.

Les points essentiels à retenir des FreeBuds 4i
  • Des écouteurs confortables
  • Une réduction de bruit active efficace pour le prix
  • Une grande autonomie couplée à une charge rapide

Avec un prix initial à 99,99 euros, les Huawei FreeBuds 4i se trouvent généralement au prix de 79,99 euros. Mais c’est sans compter sur Amazon qui met le paquet pendant les soldes. On les retrouve à seulement 56,68 euros. C’est le prix le plus bas constaté sur le site.

Retrouvez les FreeBuds 4i à 56,68 € sur Amazon

Capture d’écran de l’historique de prix des FreeBuds 4i sur Amazon // Source : Keepa

Si, par la suite, l’offre mentionnée dans cet article n’est plus disponible, merci de jeter un coup d’œil ci-dessous afin de dénicher d’autres offres concernant les Huawei FreeBuds 4i. Le tableau se met à jour automatiquement.

Où acheter le
Huawei FreeBuds 4i au meilleur prix ? Voir plus d'offres Une réduction de bruit étonnamment réussie pour le prix

Pour ce prix, vous serez ravie de découvrir que ces écouteurs entrée de gamme disposent d’une isolation passive couplée à la réduction de bruit active. Cela est possible grâce à la présence de deux microphones, qui agissent pour diminuer les bruits ambiants, jusqu’à 22 dB d’après la marque. Bien entendue, elle n’est pas aussi efficace que celle des meilleurs écouteurs du marché — on pense par exemple aux AirPods Pro ou des Sony WF-1000XM4. Mais pour ce prix abordable, on pardonnera cette différence, car l’ANC va efficacement éliminer certains bruits gênants et saura satisfaire de nombreux utilisateurs. Un mode transparence sera aussi disponible pour pouvoir écouter ce qui vous entoure sans avoir besoin d’ôter les écouteurs, ce qui peut s’avérer pratique dans certaines situations, comme sur un passage piéton.

Côté audio, les écouteurs de Huawei offrent un rendu sonore chaleureux et équilibré, diffusé grâce aux haut-parleurs — ou transducteurs — de 10 mm de diamètre à chacun des deux écouteurs. De plus, les écouteurs true wireless sont bien compatibles avec les codecs classiques que sont le Bluetooth SBC et AAC, mais on ne pourra pas retrouver l’aptX ni le LDAC. Pour cette gamme de prix, ils ont le mérite d’être assez précis et efficaces, notamment dans les voix ou les aigus.

Le confort et l’autonomie sont aussi de la partie

À propos du design, les 4i ressemblent aux FreeBuds Pro, notamment au niveau du boîtier de charge qui conserve la même forme de galet ovale. Une fois dans les oreilles, les écouteurs ne manquent pas de confort, y compris sur la durée. Légers, ils sauront se faire oublier lors de longues sessions d’écoute. Avec leur format intra-auriculaire, ils s’adapteront parfaitement à la forme de votre oreille grâce aux différents embouts en silicone fournis.

Pour finir, les Huawei FreeBuds 4i se défendent très bien sur le plan de l’autonomie. Le constructeur chinois promet une durée d’utilisation de 10 heures sans la réduction de bruit activée, et de 7,5 heures avec. Leur grand atout réside surtout dans leur recharge, car 25 minutes suffiront à les recharger à 100 % une fois placés dans leur boîtier. D’ailleurs, ce dernier perdra une grande partie de sa batterie après cette recharge, donc il ne faudra pas trop compter sur plus d’une charge complète.

Retrouvez les FreeBuds 4i à 56,68 € sur Amazon

Si vous souhaitez en savoir davantage, nous vous invitons à lire notre test complet des FreeBuds 4i de Huawei.

8 /10 Huawei FreeBuds 4i Fiche produit Voir le test Disponible à 56 €

Lire aussi
Meilleurs écouteurs sans fil pas chers : notre sélection en 2022

Pour ne rien rater des soldes d’hiver 2022

Afin de ne louper aucun bon plan des soldes d’hiver 2022, il y a plusieurs articles à consulter :

Retrouvez les meilleures offres en DIRECT

Voici également quelques réflexes à adopter dès maintenant pour ne pas passer à côté des promotions que nous recommandons :

  • Nous suivre sur notre compte twitter @FrandroidPromos uniquement dédié aux bons plans (pensez à activer la cloche pour recevoir les notifications en temps réel)
  • Télécharger notre application Frandroid (disponible sur iOS et Android) pour activer les notifications de la catégorie « Bons Plans » et ainsi recevoir en temps réel les nouveaux articles liés au Black Friday
  • S’abonner à notre newsletter Bons Plans pour être sûr de recevoir les offres en avant-première (pas plus d’un mail par jour, désinscription en 1 clic, aucune diffusion à des tiers) :

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Prise en main des Beats Fit Pro : un mois avec les tant attendus AirPods Pro pour sportifs

FrAndroid - il y a 3 heures 26 min

Les Beats Fit Pro arrivent dans quelques jours en France. Nous les utilisons depuis un mois et il est temps de vous livrer nos premières impressions.

Les Beats Fit Pro // Source : Maxime Grosjean – Frandroid

Les Beats Fit Pro sont les derniers nés des écouteurs Beats à ce jour. Leur positionnement est particulier dans la gamme, puisqu’ils correspondent à une évolution des très bons Studio Buds tout en adoptant un design particulièrement pensé pour les sportifs, ce qui n’est pas sans rappeler les vieux mais excellents Powerbeats Pro. Surtout, les Beats Fit Pro adoptent certaines fonctionnalités des fameux AirPods Pro.

Pour vous faire patienter avant notre test complet, nous avons compilé nos premières impressions dans cette prise en main. Nous utilisons les Beats Fit Pro depuis un mois, et vous allez voir qu’ils nous ont largement convaincus.

Caractéristiques des Beats Fit Pro Modèle Beats Fit Pro Format écouteurs intra-auriculaires Batterie amovible Non Microphone Oui Compatibilité OS Android, iOS Autonomie annoncée 24 heures Type de connecteur USB Type-C Version du Bluetooth classe 1 Poids 11.2 grammes Assistant Vocal Siri Fiche produit Voir le test

Les écouteurs testés ont été achetés par le rédacteur

Changement de design, maintien inchangé

Les Beats Fit Pro ne sont pas exclusivement dédiés aux sportifs à en croire la baisse drastique (voire l’absence) d’images mettant en scène des sportifs sur la page produit officielle de Beats. On retrouve à la place des situations un peu plus lifestyle. C’est tout l’inverse des Powerbeats Pro dévoilés en avril 2019. L’ailette de maintien a d’ailleurs remplacé les contours d’oreilles, et si l’on craignait une dégradation de la qualité du maintien, il n’en est quasiment rien en réalité : les écouteurs tiennent parfaitement en place. Nous ne relevons par exemple aucun problème après quelques heures passées à courir avec les Fit Pro.

La surface extérieure et l’ailette des Fit Pro ont un revêtement type gomme // Source : Maxime Grosjean – Frandroid

Au-delà de la présence d’ailettes, c’est bien tout le corps des écouteurs qui a été pensé autour du confort et du maintien.  Les Fit Pro s’installent en un rien de temps dans les oreilles. La manipulation est la même que sur d’autres écouteurs de ce type : il suffit de commencer à les insérer puis de les faire pivoter et d’appuyer sur l’ailette pour qu’elle sécurise le tout. Trois tailles d’embouts sont disponibles dans la boîte, histoire de convenir à toutes les oreilles. Les 5,6 grammes de chaque écouteur se font rapidement oublier, que cela soit dans des situations du quotidien ou lors des sessions de sport.

Niveau design, Beats propose une relative discrétion grâce à la faible protubérance des écouteurs : ils s’inscrivent plus dans le prolongement de l’oreille qu’ils ne la dépassent. On ne regrette pas l’aspect prothèse auditive des Powerbeats Pro. Si l’ailette risquera d’être inconfortable pour un petit nombre d’utilisateurs, rien d’anormal n’est à signaler de ce côté : un simple appui a permis de stopper les rares et légères démangeaisons lors de notre mois d’utilisation quotidienne.

Fit Pro Powerbeats Pro

Les écouteurs sont résistants à l’eau et à la transpiration grâce à une certification IPX4. Les Fit Pro seront protégés au quotidien, mais nous n’étions pas tout à fait sereins lors d’une longue session de course à pied sous une pluie battante. Il faut dire que la protection IPX4 des écouteurs fait pâle figure face au classement IP68 des Jaybird Vista 2, qui sont pour le coup dédiés aux sportifs.

Le boîtier des Beats Fit Pro

Le boîtier des Beats Fit Pro nous laisse des impressions en demi-teinte. Sa forme est similaire à celui des Powerbeats Pro, mais avec une cure d’amincissement en plus. Il peut désormais rentrer sans trop forcer dans la poche d’un pantalon, là où le boîtier des Powerbeats Pro était tout simplement énorme — même à sa sortie en 2019. Le boîtier des Beats Fit Pro n’est cependant pas le plus fin ou le plus petit jamais créé. Il affiche 55 grammes sur la balance.

Bonne nouvelle : la recharge se fait via un port USB-C, comme sur les Studio Buds. Fini le Lightning ! Moins bonne nouvelle : le boîtier ne propose pas de charge sans-fil. C’est dommage, surtout vu la taille du boîtier et le prix des écouteurs. Les Fit Pro se positionnent facilement dans leur emplacement et se mettent en charge sans problème, ce qui n’était pas le cas pour les Powerbeats Pro, dont les problèmes de charge ont récemment fait l’objet d’un recours collectif aux États-Unis — c’est pour dire.

À gauche le boîtier des Fit Pro, à droite celui des Powerbeats Pro // Source : Maxime Grosjean – Frandroid

Le boîtier des Beats Fit Pro demande deux mains pour être ouvert et est fait de plastique assez glissant. Surtout, il présente un jeu au niveau de la charnière, dont le système d’ouverture est bien moins sûr et satisfaisant que celui de ses cousins les AirPods Pro. Globalement, le boîtier fait assez cheap. On attendait une qualité de fabrication supérieure pour de tels écouteurs.

Fonctionnement parfait sous iOS, sans pour autant délaisser Android

Les Beats Fit Pro sont équipés de la puce Apple H1 et se connectent donc très facilement à un iPhone : il suffit d’ouvrir le boîtier à proximité du téléphone et de cliquer sur la fenêtre qui s’affiche. Sans surprise avec Beats, les Fit Pro n’oublient pas les appareils Android et offrent une belle expérience avec un jumelage simplifié et une application. Cette dernière donne accès au statut de la batterie ainsi qu’aux modes de réduction de bruit.

Nous le disions précédemment, les écouteurs sont sobres (en tout cas pour la version noire testée ici) mais ils cachent un bel atout sous le logo Beats : un bouton physique. Le clic est franc et l’appui est très simple à réaliser, voire un peu trop. Il est en effet compliqué de ne pas déclencher une action en voulant remettre un écouteur en place. Attention également lors de votre session Netflix dans le lit, puisque le simple fait de pencher sa tête contre l’oreiller risque de mettre en pause votre série. L’action déclenchée par un appui long est modifiable aussi bien sous iOS que sous Android :

  • Appui simple : lecture/pause ;
  • Appui double : piste suivante ;
  • Appui triple : piste précédente ;
  • Appui long à gauche : volume moins ou Siri ou mode ANC/transparent ;
  • Appui long à droite : volume plus ou Siri ou mode ANC/transparent.

Dommage que l’on soit obligé de choisir entre la modification du volume et le changement de mode ANC/transparent. Il est cependant possible de lancer Siri avec un appui long sur un des deux écouteurs et de basculer entre les modes ANC avec l’autre.

La pause automatique de la musique lors du retrait d’un des écouteurs fonctionne parfaitement. Elle se laisse cependant piéger si la peau de la main touche le capteur de l’écouteur. Rien de bien grave. Sur iOS, les Fit Pro bénéficient de fonctionnalités exclusives, comme le basculement automatique entre les appareils et le fameux “Dis Siri”. Les écouteurs s’affichent également dans l’application Find My.

Une réduction de bruit très convaincante

La réduction de bruit active proposée par les Beats Fit Pro se situe dans le haut du panier et se place sans problème au niveau de celle des AirPods Pro. Les bruits ambiants sont fortement mis en retrait et il est très facile de se concentrer sur sa musique, et ce dans toutes les situations du quotidien. Vous entendrez encore le son du métro qui approche en arrière-plan, mais nous sommes très satisfaits de la performance globale du mode ANC. Les voix sont bien mieux gérées que la majorité des true wireless. Sony et Bose font très probablement mieux avec leurs écouteurs haut de gamme, nous confirmerons ce point lors de notre test complet.

Les Fit Pro n’échappent pas au mauvais combo course à pied + réduction de bruit active : le vent se fait trop entendre et il faut donc désactiver le mode ANC. Le mode transparent est quant à lui excellent, encore une fois comme celui des AirPods Pro. C’est simple, on a quasiment l’impression de ne pas porter les écouteurs lorsque ce mode est activé. Sur ce point, les Beats Fit Pro surpassent aisément un très large nombre de concurrents.

La qualité sonore des AirPods Pro ?

On ne fait que le répéter depuis des années : Beats s’est calmé sur les basses. Cela semble être particulièrement le cas sur les Fit Pro, qui nous paraissent moins généreux que les Powerbeats Pro. Attention, les Fit Pro restent largement portés sur les graves et plairont donc aux fans de hip-hop et de rap. Bref, une signature sonore classique et pertinente pour les séances de sport. L’écoute d’autres genres musicaux est cependant tout à fait agréable avec ces écouteurs, qui ont proposé une copie plus que convaincante sur No Time To Die interprété par Billie Eilish. Attention à bien essayer toutes les tailles d’embouts livrées dans la boîte. Nous avons fait un changement pour la plus grande taille trois semaines après le début de notre utilisation… et autant dire que nous avons particulièrement senti la différence.

Source : Maxime Grosjean – Frandroid

Dans la rue et dans les transports, les Fit Pro demandent un volume de 50 % pour que l’on se retrouve dans une bulle d’écoute. C’est plus que la moyenne, sans que cela soit non plus un cas rare. Tous comme les AirPods Pro, les Fit Pro bénéficient du Spatial Audio, ce fameux mode permettant un suivi dynamique de la tête pour une écoute immersive. Nous reviendrons sur cette fonctionnalité plutôt controversée dans notre test complet.

Autonomie

Beats annonce jusqu’à 6 heures d’écoute avec la réduction de bruit activée, ou 7 heures sans. Le boîtier est censé étendre cette autonomie de 18 heures supplémentaires. La fameuse recharge Fast Fuel des écouteurs Beats est de la partie et offre sur le papier une heure d’écoute supplémentaire grâce à cinq petites minutes de charge.

Source : Maxime Grosjean – Frandroid

Une nouvelle fois, notre test complet apportera bien plus de précision, mais sachez que les écouteurs sont passés de 100 % à 87 % lors d’une course à pied de 50 minutes — avec la réduction de bruit désactivée et le volume réglé à 50 %. Le même test avec une course de 25 minutes a fait perdre 7 % aux Beats Fit Pro.

Prix et date de sortie des Beats Fit Pro

Les Beats Fit Pro ont été lancés le 1er novembre 2021 aux États-Unis et seront (enfin) disponibles en France le 28 janvier prochain, avec des précommandes à partir du 24 janvier. Il faudra débourser la modique somme de 229,95 € et choisir entre quatre coloris : noir, blanc, violet “pop” ou vert “cendré”.

Où acheter le
Beats Fit Pro au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

Catégories: Mobile

Soldes d’hiver Dell : économisez jusqu’à 800 euros sur une sélection d’ordinateurs XPS et Inspiron

FrAndroid - il y a 4 heures 11 min

Dans le cadre de ses soldes d’hiver, Dell propose une large sélection de PC et accessoires en promotion. L’occasion d’obtenir jusqu’à 800 euros de réduction sur les gammes Dell XPS et Inspiron.

Article sponsorisé parDell

Cet article a été réalisé en collaboration avec DellIl s'agit d'un contenu créé par des rédacteurs indépendants au sein de l'entité Humanoid xp, l'équipe éditoriale de Frandroid n'a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Dell XPS 13 (2020)

Comme chaque année, les soldes hivernales constituent un moment privilégié pour s’équiper en matériel informatique sans se ruiner. C’est par exemple le cas de Dell qui propose en ce moment de nombreuses offres sur son catalogue de PC et d’accessoires. Afin de vous aider à vous y retrouver parmi toutes ces offres, nous vous avons concocté une petite sélection des meilleures affaires à réaliser en ce moment. Entre Dell XPS et Inspiron, vous trouverez certainement la machine qu’il vous faut, que ce soit pour travailler ou vous amuser.

Les soldes d’hiver Dell en bref :

Dans le cas où vous auriez besoin d’une information supplémentaire sur l’un des produits présentés ici, ou une question sur les ordinateurs Dell, n’oubliez pas que vous pouvez toujours contacter le service client Dell au 0801 800 001. Ce dernier vous attend du lundi au vendredi de 9h à 18h.

Découvrir les soldes hivernales de Dell Le Dell Inspiron 15 3000 à 499 euros (au lieu de 679 euros)

Avec son Inspiron 15 3000, Dell nous propose une machine qui allie simplicité et efficacité, idéale pour tous ceux qui ont besoin d’un ordinateur pour travailler au quotidien. Équipé d’un Core i5-1035G1, d’une carte graphique Intel UHD et de 8 Go de RAM, il est taillé pour la bureautique et les tâches du quotidien, entre navigation et visionnage de vidéo par exemple.

Il se démarque en revanche grâce à un écran Full HD de 15,6 pouces à bordures fines et doté d’une technologie anti-reflet qui rendra son utilisation agréable, quelles que soient les conditions. On appréciera aussi la présence d’une caméra HD 720p et d’un micro pour gérer tout ce qui est appels visios.

Ses dimensions relativement compactes (35 cm par 23 cm et 1,9 cm d’épaisseur pour 1,85 kg sur la balance) lui permettent de l’emmener facilement avec soi, que ce soit dans la vie de tous les jours ou bien à l’occasion d’un voyage.

Avec une réduction de 180 euros, le Dell Inspiron 15 3000 dégringole à 499 euros à l’occasion des soldes hivernales de Dell.

Découvrir le nouveau Dell Inspiron 15 3000 à 499 € Le Dell Inspiron 14 2-en-1 à 749 euros (au lieu de 879 euros)

Comme son nom le suggère, le Dell Inspiron 14 2-en-1 a plus d’un tour dans son sac. Il s’agit en effet d’une machine qui se situe à mi-chemin entre le PC et la tablette tactile. Une prouesse permise par la dalle tactile 14 pouces FHD équipée de la technologie Truelife, et des charnières d’écran capables de pivoter à 180 degrés.

Côté performances, ce portable s’en tire avec les honneurs grâce à un Core i5-1155G7 de 11e génération, une carte graphique Intel Iris Xe, 8 Go de RAM et un stockage de 512 Go. Une configuration amplement suffisante pour vous accompagner dans toutes vos activités, que ce soit pour le travail ou les loisirs.

On appréciera enfin les petits plus de cette machine, que ce soit la technologie ExpressCharge qui lui confère une charge rapide ou bien l’obturateur mécanique de la webcam et le lecteur d’empreintes digitales qui permettent de protéger votre confidentialité.

Pour ses soldes d’hiver, Dell vous propose de découvrir le Dell Inspiron 14 2-en-1 pour 749 euros au lieu de 879 euros habituellement.

Découvrir le nouveau Dell Inspiron 14 2-en-1 à 749 € Le nouveau Dell XPS 13 à 849 euros (au lieu de 1099 euros)

Est-il encore nécessaire de présenter le Dell XPS 13. Remise au goût du jour avec brio il y a quelques années, la gamme XPS est désormais considérée comme l’une des meilleures disponibles sur le marché. Et à raison, comme le laisse entendre notre test réalisé sur la version de 2020 du XPS 13.

Cette machine se démarque de la concurrence grâce à ses très bonnes prestations. Son écran InfinityEdge de 13 pouces pour commencer, propose une image d’excellente facture grâce à un calibrage précis (100% du gamut sRGB) et une luminosité qui le rend très agréable à utiliser, y compris sur de longues sessions. Il peut ensuite compter sur une configuration qui allie efficacité et polyvalence : Core i5-1135G7 de 11e génération, GPU Intel Iris Xe, 8 Go de RAM et 256 Go de stockage.

Pour ne rien gâcher, cette machine s’avère agréable à l’œil grâce son design épuré et son châssis en aluminium et fibre de carbone. Le XPS 13 est aussi très résistant aux chocs et aux rayures grâce au revêtement Corning Gorilla Glass 4 qui recouvre son écran. Aisément transportable grâce à sa finesse et son petit gabarit, il dispose aussi d’une large autonomie qui lui permettra de vous accompagner des heures durant dans toutes vos activités, que vous décidiez de travailler ou de jouer.

Généralement proposé aux alentours de 1099 euros, l’excellent Dell XPS 13 bénéficie actuellement d’une réduction de 250 euros qui le fait tomber à 849 euros.

Découvrir le nouveau Dell XPS 13 à 849 €

La version 17 pouces de son côté, embarque un Core i7-11800H, 16 Go de RAM et surtout une GeForce RTX 3050 qui en font une machine idéale pour jouer ou utiliser des applications de création (vidéo, image, 3D, etc…). Il bénéficie actuellement d’une ristourne de 800 euros qui fait tomber son prix à 1699 euros au lieu de 2499 euros en temps normal.

Découvrir le nouveau Dell XPS 17 à 1699 €
Catégories: Mobile

Le prix de l’Oppo Find X3 Neo devient bien plus intéressant pendant les soldes

FrAndroid - il y a 4 heures 20 min

Le Find X3 Neo d’Oppo se pare de caractéristiques empruntées au segment premium : écran AMOLED, processeur puissant et belle polyvalence photo. Il devient encore plus intéressant actuellement puisqu’aujourd’hui son prix devient bien plus avantageux qu’à sa sortie. Il passe à 542 au lieu de 799 euros au départ.

Les soldes permettent de faire de bonnes affaires sur les smartphones actuels d’Oppo. Avec presque un an d’existence, le Find X3 Neo reste un smartphone très recommandable. Sa fiche technique équilibrée prouve son efficacité au quotidien et devient le parfait compromis pour avoir un smartphone premium sans payer le prix fort. Voilà qu’à présent ce dernier profite de plus de 250 euros de réduction sur son prix d’origine.

Les points forts de l’Oppo Find X3 Neo
  • Sa dalle AMOLED incurvé de 6,55 pouces (FHD+, 90 Hz et HDR10+)
  • Son processeur Snapdragon 865 compatible 5G
  • La bonne polyvalence de son module photo
  • Sans oublier sa charge rapide jusqu’à 65 W

Initialement à 799 euros, le Oppo Find X3 Neo se trouve à présent aux alentours des 600 euros mais c’est sans compter la période des soldes. Aujourd’hui il est possible de se le procurer à 542 euros en utilisant le code RAKUTEN30 sur le site Rakuten via le vendeur Ubaldi.

Retrouvez l'Oppo Find X3 Neo à 542 € sur Rakuten RAKUTEN30

Si, par la suite, l’offre mentionnée dans cet article n’est plus disponible, merci de jeter un coup d’œil au tableau ci-dessous afin de dénicher d’autres offres concernant le smartphone Oppo Find X3 Lite.  

Où acheter le
Oppo Find X3 Neo au meilleur prix ? Voir plus d'offres Un smartphone qui a des allures premium

Le Oppo Find X3 Neo est un smartphone milieu de gamme pour la marque, comportant tout de même une fiche technique quasi premium. Rien qu’aux premiers regards, il est difficile de les différencier de la version Pro. Il profite des mêmes bords incurvés sur les côtés et la même disposition pour le poinçon dans l’écran. Il dispose d’une dalle OLED de 6,55 pouces affichant une définition FHD+ (2 400 x 1 080 pixels). Pas de 120 Hz, mais avec un taux de rafraîchissement à 90 Hz vous profiterez d’une navigation fluide. Il a même droit à une compatibilité HDR10+.

Une fois retourné, le X3 Neo dévoile un module photo avec quatre capteurs : le principal objectif de 50 mégapixels, un ultra grand-angle de 16 mégapixels, un téléobjectif de 13 mégapixels (muni d’un zoom optique x2) et un objectif macro de 2 mégapixels. On ne retrouve pas de microscope comme sur la version Pro, mais ce modèle offre une belle polyvalence. La qualité est au rendez-vous, vous pourrez ainsi capturer des clichés d’aussi bonne qualité. Le smartphone assurera aussi côté prise de vidéo la nuit grâce à un mode très efficace. Quant à la caméra frontale, elle est de 32 mégapixels.

Et qui se confirme avec sa fiche technique solide

Propulsé déjà par un grand nombre de smartphones haut de gamme sorti en 2020, le X3 Neo tire avantage de la puissante puce Snapdragon 865 (compatible 5G) couplée avec 12 Go de RAM. Loin d’être obsolète, cette configuration fait encore des merveilles. Elle sera suffisamment puissante pour soutenir la cadence, que ce soit pour lancer des applications gourmandes ou bien des jeux 3D. Le smartphone tourne actuellement sous Android 11 et est équipé de la dernière version de l’interface de Oppo : ColorOS 12 depuis peu. Cette interface profite d’un grand ravalement de façade très appréciable. L’expérience utilisateur n’en que meilleure. À noter que le smartphone dispose d’un stockage confortable : 256 Go.

Pour finir, le téléphone dispose d’une batterie de 4 500 mAh et pourra tenir une bonne journée avant de tomber en rade de batterie, selon votre utilisation. Son grand atout repose surtout sur sa charge rapide Vooc jusqu’à 65 W, qui permet de récupérer un bon nombre de pourcentages en peu de temps. Comptez seulement 35 minutes pour le recharger de 0 à 100 %.

Retrouvez l'Oppo Find X3 Neo à 542 € sur Rakuten RAKUTEN30

Oppo Find X3 Neo Fiche produit Disponible à 599 €

Lire aussi
Quels sont les meilleurs smartphones en 2022 ?

Pour ne rien rater des soldes d’hiver 2022

Afin de ne louper aucun bon plan des soldes d’hiver 2022, il y a plusieurs articles à consulter :

Retrouvez les meilleures offres en DIRECT

Voici également quelques réflexes à adopter dès maintenant pour ne pas passer à côté des promotions que nous recommandons :

  • Nous suivre sur notre compte twitter @FrandroidPromos uniquement dédié aux bons plans (pensez à activer la cloche pour recevoir les notifications en temps réel)
  • Télécharger notre application Frandroid (disponible sur iOS et Android) pour activer les notifications de la catégorie « Bons Plans » et ainsi recevoir en temps réel les nouveaux articles liés au Black Friday
  • S’abonner à notre newsletter Bons Plans pour être sûr de recevoir les offres en avant-première (pas plus d’un mail par jour, désinscription en 1 clic, aucune diffusion à des tiers) :

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Le Xiaomi Poco X3 Pro ne résiste pas aux soldes et chute à moins de 200€

FrAndroid - il y a 5 heures 20 min

Le Xiaomi Poco X3 Pro est un smartphone entrée de gamme qui ne manque pas d’atouts. Idéal pour les petits budgets, ce modèle se montre très performant au quotidien, et cela, pour un prix très accessible. C’est davantage le cas grâce à ce code promo qui fait chuter son prix à 199,90 euros.

Avec ses smartphones de la gamme Poco, Xiaomi va encore plus loin dans sa recherche de fournir le meilleur rapport qualité-prix aux consommateurs. Son X3 Pro en est la preuve, avec un tarif agressif couplé à une fiche technique très intéressante sur le papier. Déjà proposé à un prix accessible, le Xiaomi Poco X3 Pro profite de 50 euros de réduction pendant les soldes.

Pourquoi le Poco X3 Pro impressionne ?
  • Car il s’équipe d’un écran FHD+ à 120 Hz
  • Délivre de bonnes performances avec le Snapdragon 860
  • Dispose d’une bonne autonomie avec une charge rapide 33 W
  • Et tout ça, pour moins de 200 euros

Au lieu d’un prix barré à 249,90 euros, le Xiaomi Poco X3 Pro dans la version 128 + 6 Go de RAM est désormais affiché à 209,90 euros sur le site du constructeur. Néanmoins, en utilisant le code promo NEWXIAOMI le smartphone coûte seulement 199,90 euros. La version 8 + 256 Go est également en promotion à 229,90 euros au lieu de 299,90 euros en utilisant le même code promo.

Retrouvez le Xiaomi Poco X3 Pro (128 + 6 Go) à 199,90 € sur le site officiel NEWXIAOMI Retrouvez le Xiaomi Poco X3 Pro (256 + 8 Go) à 229,90 € sur le site officiel NEWXIAOMI

Si, par la suite, l’offre mentionnée dans cet article n’est plus disponible, merci de jeter un coup d’œil ci-dessous afin de dénicher d’autres offres concernant le Xiaomi Poco X3 Pro. Le tableau se met à jour automatiquement.

Où acheter le
Xiaomi Poco X3 Pro au meilleur prix ? Voir plus d'offres Une configuration musclée pour un prix abordable

Au vu de son prix, on pourrait croire que le Poco X3 Pro est assez limité, mais ce n’est pas sans compter sur l’efficacité de la marque, qui propose en général des smartphones puissants sans faire trop de concessions. Xiaomi met le paquet sur les performances en proposant un Snapdragon 860. Cette puce permet d’assurer au quotidien une expérience fluide en toutes circonstances, que ce soit pour du multitâche ou faire tourner plusieurs applications gourmandes. Elle met surtout l’accent sur le jeu afin que puissiez jouer à des jeux 3D gourmands avec de beaux graphismes (élevés).

Et même si son écran n’est pas AMOLED, le smartphone garantit une expérience de navigation totalement fluide, car il dispose d’une dalle IPS LCD en Full HD+  avec un taux de rafraichissement pouvant monter jusqu’à 120 Hz — une caractéristique très rare sur cette gamme de prix. Vous pourrez également compter sur la technologie de refroidissement LiquiCool 1.0 Plus, pour bien gérer la chauffe du smartphone au quotidien.

Une batterie conséquente, mais avec un module photo limité

Bien sûr, si Xiaomi a pensé à équiper son smartphone d’un bon processeur pour satisfaire les joueurs, il va de soi que pour permettre de jouer aussi longtemps que possible, il est important de pouvoir compter sur une batterie colossale. On apprécie donc la présence d’une grosse batterie de 5 160 mAh, capable de faire tenir le smartphone sur environ 2 jours. Et si vous usez et abusez des jeux 3D et autres applications gourmandes, il faudra une trentaine de minutes pour récupérer 50 % d’autonomie.

Enfin, niveau photo, le X3 Pro dispose d’un quadruple capteur photo : 48 + 8 + 2 + 2 mégapixels. Sur le papier, ce dernier offre une bonne polyvalence, mais seul le capteur principal se montre convaincant. Il permettra de capturer de jolies photographies quand les conditions de lumière sont réunies. À l’avant, une dernière caméra à 20 mégapixels se charge de capturer vos plus beaux selfies.

Retrouvez le Xiaomi Poco X3 Pro (128 + 6 Go) à 199,90 € sur le site officiel NEWXIAOMI Retrouvez le Xiaomi Poco X3 Pro (256 + 8 Go) à 229,90 € sur le site officiel NEWXIAOMI

Pour en savoir encore plus, n’hésitez pas à lire notre test du Xiaomi Poco X3 Pro.

8 /10 Xiaomi Poco X3 Pro Fiche produit Voir le test Disponible à 249 €

Lire aussi
Quel smartphone à moins de 200 euros choisir en 2022 ?

Pour ne rien rater des soldes d’hiver 2022

Afin de ne louper aucun bon plan des soldes d’hiver 2022, il y a plusieurs articles à consulter :

Retrouvez les meilleures offres en DIRECT

Voici également quelques réflexes à adopter dès maintenant pour ne pas passer à côté des promotions que nous recommandons :

  • Nous suivre sur notre compte twitter @FrandroidPromos uniquement dédié aux bons plans (pensez à activer la cloche pour recevoir les notifications en temps réel)
  • Télécharger notre application Frandroid (disponible sur iOS et Android) pour activer les notifications de la catégorie « Bons Plans » et ainsi recevoir en temps réel les nouveaux articles liés au Black Friday
  • S’abonner à notre newsletter Bons Plans pour être sûr de recevoir les offres en avant-première (pas plus d’un mail par jour, désinscription en 1 clic, aucune diffusion à des tiers) :

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

La première mise à jour logicielle pour le Galaxy S21 FE est en route

FrAndroid - il y a 5 heures 35 min

Le déploiement de mise à jour Android de janvier a débuté pour le Samsung Galaxy S21 FE. Après une mise en application en Asie et aux États-Unis, on ne peut que suspecter qu'elle sera bientôt disponible sur les téléphones européens.

Le Galaxy S21 FE // Source : Anthony Wonner – Frandroid

La version FE (pour Fan Edition) du Galaxy S21 a pour but de proposer une expérience haut de gamme à un prix plus bas grâce à quelques compromis, comme nous avons pu le constater dans notre test. Finalement sorti en ce début d’année, au lieu de l’été 2021 comme prévu initialement, le tout nouveau smartphone de Samsung compte bien être rapidement à la page. Le Galaxy S21 FE tourne sous Android 12, la dernière mouture en date de l’OS, via la surcouche Samsung One UI 4. Bonne nouvelle pour ceux qui ont craqué pour ce modèle : la première mise à jour de l’année est actuellement en cours de déploiement.

La mise à jour de janvier arrive bientôt en Europe

Attention cependant, comme toute mise à jour, le déploiement de la mise à jour de sécurité est très progressif. Il a débuté en Asie, puis a été proposé aux États-Unis sous le numéro de build G990U1UEU2BUL8. Ce patch de sécurité de janvier, également récemment déployé sur les Pixel 6, inclut différents correctifs, notamment pour mettre fin à des vulnérabilités au niveau de la confidentialité et de la sécurité.

La MAJ corrige notamment une faille qui permettait aux applications tierces avec accès au shell de modifier les couleurs et les dimensions de certains éléments du système, ou encore un bug qui autorisait Microsoft Teams à bloquer les appels d’urgence.

Si vous possédez un Galaxy S21 FE, vous pouvez dès maintenant vérifier si la mise à jour est disponible sur votre téléphone, en vous rendant dans les paramètres, dans « Système », puis dans « Mise à jour du système ».

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Essai MG ZS EV (2021) restylé : encore meilleur et toujours à prix canon

FrAndroid - il y a 5 heures 48 min

Il y a un peu plus d’un an et demi, nous avions pu prendre en main le MG ZS EV qui venait à peine de faire ses débuts en France. Des débuts remarqués, avec un rapport qualité/prix imbattable, mais quelques lacunes néanmoins, notamment concernant l’autonomie. MG a profité du restylage de son ZS pour revoir en partie sa copie, et force est de constater que le résultat final est plus que convaincant.

Vous le savez peut-être déjà si vous suivez assidûment l’actualité automobile, mais MG n’est plus le constructeur anglais de petits roadsters que vous connaissiez. Il ne l’est plus depuis déjà un sacré moment, la marque ayant d’ailleurs disparu de la circulation pendant plusieurs années avant de revenir en France en 2019, avec le ZS EV justement.

Pendant cette dizaine d’années d’absence, il s’en est passé des choses pour MG, la marque étant passée sous pavillon chinois pour devenir la propriété du groupe SAIC. Terminés, donc, les petits roadsters sympas, place désormais à une gamme rationnelle avec pas moins de trois SUV disponibles : le MG ZS EV donc, le MG Marvel R que nous avons essayé il y a quelques semaines, et l’EHS, un modèle hybride rechargeable de 258 chevaux.

Pour aller plus loin
Essai du MG ZS EV : le choix du SUV électrique, sans fioriture

Au mois de mars prochain, la gamme s’étoffera avec le MG5, le premier break 100 % électrique du segment, tandis qu’une compacte devrait pointer le bout de son nez d’ici la fin de l’année. Et qui dit électrique dit aussi performances, parfois, car une sportive est en préparation : une sportive dont nous avons eu la première ébauche avec le concept-car Cyberster.

Et d’après la marque, la version de série, qui pourrait rivaliser avec la Tesla Roadster, ne serait pas si éloignée du concept. En attendant, place à un essai beaucoup plus rationnel avec le ZS EV restylé qui, en plus de sa petite cure de jouvence, reçoit de nouveaux attributs intéressants.

MG ZS EV (2021)Fiche technique Modèle MG ZS EV (2021) Catégorie SUV Puissance (chevaux) 156 chevaux Puissance (kw) 114 kW 0 à 100 km/h 8.6 secondes Niveau d'autonomie Autonomie partielle Vitesse max 175 km/h Apple CarPlay Oui Android Auto Oui Taille de l'écran principale 10.1 pouces Prises côté voiture Type 2 Combo (CCS) Longueur 4314 mm Hauteur 1620 mm Largeur 1809 mm Prix entrée de gamme 30990 euros Fiche produit MG ZS EV (2021)Design

Une fois n’est pas coutume lors d’un restylage, il y a du changement, et pas qu’un peu sur ce ZS. Esthétiquement, même si nous retrouvons globalement, et surtout de profil, les formes du premier ZS, la face avant change beaucoup et se modernise. MG abandonne la calandre noire au profit d’une calandre pleine et texturée de la même couleur que la carrosserie. Le seul bémol avec l’arrivée de la calandre pleine, c’est que la trappe de recharge est désormais bien visible alors qu’elle était plutôt bien dissimulée sur l’ancienne version.

De dos, les changements sont un peu plus minces, même quasiment imperceptibles si vous ne mettez pas les deux versions côte à côte. Le bouclier arrière change légèrement, tandis que les optiques ont simplement le droit à une nouvelle signature lumineuse. En matière de dimensions, c’est quasiment pareil par rapport à la première phase, avec seulement neuf millimètres de plus en longueur et 4,32 mètres désormais.

Habitabilité

À bord, comme à l’extérieur, les changements sont bien visibles et c’est plutôt une bonne nouvelle. La première version ne brillait pas vraiment par la qualité des matériaux employés ni même par ses technologies embarquées, un peu trop simplistes. Le ZS EV reçoit un nouvel écran tactile central de  10,1 pouces (au lieu de 8 pouces précédemment) et un système d’instrumentation numérique. Un nouveau sélecteur de transmission, plus moderne, prend place également au centre de la console centrale.

Avec une longueur de 4,32 mètres, on ne s’attend pas forcément à un modèle aussi logeable qu’un SUV de segment C. Et pourtant, le ZS EV s’en sort avec les honneurs, et même un peu plus puisque les passagers arrière profiteront d’un espace correct, où deux adultes pourront se sentir à l’aise. Le coffre paraîtrait presque gigantesque pour la catégorie, avec un volume qui oscille entre 488 et 1166 litres.

C’est plus qu’un Ford Mustang Mach-E de 4,71 mètres qui revendique un coffre de seulement 402 litres ! Cette contenance assez étonnante est notamment due à l’implantation des batteries, installées sous le plancher.

MG ZS EV (2021)Technologies embarquées

Comme énoncé plus haut, il y a du nouveau concernant les technologies embarquées, et notamment l’écran tactile central qui grandit de 2,1 pouces. Il reçoit également un système d’info-divertissement iSmart repensé, beaucoup plus fluide, mais encore peu ergonomique avec pas mal de menus et sous-menus, de quoi parfois s’y perdre. Les graphismes du GPS ne sont pas extraordinaires, sans être pour autant catastrophiques.

Comme toute voiture moderne aujourd’hui, le ZS est une voiture connectée avec la possibilité de gérer quelques éléments de la voiture à distance via l’application, dont la gestion de la recharge notamment. Apple CarPlay et Android Auto sont toujours de la partie bien évidemment, et la marque a plutôt été généreuse avec les solutions de recharge à l’intérieur avec des ports USB-A et USB-C à l’avant comme au rang 2.

La voiture se dote également de la technologie V2L permettant de recharger un autre élément doté d’une batterie jusqu’à 2500 watts. La finition la plus haut de gamme « Luxury » reçoit, de série, une recharge à induction pour le smartphone.

La MG ZS EV reçoit également un système de conduite semi-autonome de niveau 2 avec le régulateur de vitesse adaptatif associé au maintien dans la file. Autant ces technologies sont assez convaincantes sur les grands axes, autant il faudra couper l’aide au maintien dans la voie sur les petites routes, puisque le système interviendra un peu trop souvent et parfois avec de violents retours dans la direction.

MG ZS EV (2021)Conduite

Lors de notre essai, qui s’est déroulé sur une demi-journée au départ de Paris jusqu’aux petites routes normandes, nous avons eu la version qui est vendue depuis octobre 2021 en France. À savoir celle avec la plus grosse batterie et, par conséquent, le moteur le moins puissant, en l’occurrence celui de 156 chevaux pour un poids relativement contenu de 1620 kilos avec notre version dotée de la finition « Luxury ». Le 0 à 100 km/h est annoncé en 8,6 secondes, et la vitesse maximale est de 175 km/h, contre 140 pour la première phase.

Au départ de Paris, notre modèle affiche une autonomie généreuse supérieure à 400 kilomètres. C’est bien plus que les 263 kilomètres homologués sur l’ancienne version, mais nous y reviendrons un peu plus bas. Une fois installé à bord, même problème que pour l’ancien ZS EV : la position de conduite ne nous convient pas vraiment, avec une assise trop haute et un volant trop bas, un peu façon Renault Zoé.

Trois modes de conduite sont disponibles : « Confort », « Normal » et « Sport ». Ces trois modes jouent sur l’autonomie et l’affichage de l’autonomie restante s’adapte en fonction du mode. En « Confort », la voiture se bride en quelque sorte, avec des mises en vitesse moins franches. Le mode « Normal » semble être le plus propice à une utilisation quotidienne, avec une bonne homogénéité au niveau des commandes et de la réponse à l’accélérateur. Le mode « Sport » renforce un peu la consistance de la direction, la voiture semble aussi plus dynamique, mais il n’y a pas de grosses différences avec le mode « Normal ».

Le MG ZS EV est doté d’un système de récupération d’énergie au freinage qui est réglable sur trois niveaux, de un à trois, trois étant le niveau le plus fort permettant de se passer, dans 90 % des cas, du freinage par friction. C’est plutôt bien fait, même si la transition entre le freinage régénératif et celui par friction est parfois un peu hasardeuse, avec peu de mordant en début de pédale puis, arrivé à mi-course, les étriers qui entrent d’un coup en action.

Si l’ancien MG ZS EV prenait un peu trop de roulis en conduite dynamique, ce défaut a été partiellement gommé grâce à un travail réalisé par les ingénieurs au niveau des trains roulants et du châssis. C’est particulièrement visible lors de phase de freinage appuyé : la prise de roulis est moins prononcée et le train avant est globalement mieux guidé par une direction à la consistance appréciable.

En termes de consommations, sur un parcours oscillant entre réseau secondaire et plusieurs traversées de villages, nous avons relevé une consommation moyenne de 18,7 kWh/100 kilomètres. Un chiffre correct que nous aurions pu améliorer en faisant un peu plus attention. Nous n’avons malheureusement pas pu relever les consommations sur autoroute à 130 km/h.

MG ZS EV (2021)Autonomie, batterie et recharge

La première version du ZS EV ne laissait pas vraiment le choix, avec un seul moteur et une seule batterie. Malgré un prix très attractif qui pouvait largement descendre sous les 20 000 euros avec le bonus écologique et la prime à la conversion, l’ancien ZS EV pouvait rebuter certains clients à cause de son autonomie limitée à 263 kilomètres. Désormais, les clients auront le choix entre deux capacités de batterie et deux finitions.

Pour aller plus loin
Voitures électriques : comment installer une borne de recharge à la maison ?

La version d’entrée de gamme « Autonomie Standard » se pare d’une batterie de 51 kWh permettant d’alimenter un moteur de 177 chevaux et 280 Nm. L’autonomie est annoncée à 320 kilomètres. L’autre modèle, nommé « Autonomie Étendue », est inédit et offre jusqu’à 440 kilomètres d’autonomie sous le cycle WLTP grâce à une batterie de 69,9 kWh (la même que le MG Marvel R) reliée à un moteur de 156 chevaux et 280 Nm. La première phase disposait d’un pack batterie lithium-ion fourni par CATL d’une capacité de 44,5 kWh. À l’avant, nous retrouvions un moteur de 143 chevaux et de 350 Nm de couple.

Lors de notre essai, nous n’avons pas eu l’occasion de recharger la batterie. MG annonce que le ZS peut recevoir une puissance de recharge maximale de 100 kW sur une borne rapide, de quoi passer de 10 à 80 % en 32 minutes. Il faudra 4h30 sur une borne de 11 kW, un peu plus de 6h30 sur une borne de 7,4 kW et 21h sur une prise domestique classique.

MG ZS EV (2021)Prix

Le ZS EV restylé « Autonomie Standard » débute à partir de 30 990 euros, soit 1000 euros de plus que l’ancien modèle, hors bonus écologique de 6000 euros (puis 5000 euros après le 30 juin 2022). Tous les modèles sont éligibles au bonus maximal en France. À ce tarif, la dotation de série est bien pourvue avec la finition « Comfort ». Nous retrouvons, entre autres, la climatisation automatique, la conduite semi-autonome dans les embouteillages, ou encore l’écran tactile de 10,1 pouces et les optiques à LED. La version « Autonomie Étendue » démarre à partir de 34 990 euros.

Le deuxième niveau de finition baptisé « Luxury » réclame 32 990 euros avec la petite batterie et 36 990 euros avec la plus grosse. Elle ajoute, en plus des équipements de la finition « Comfort », les essuie-glaces automatiques, la caméra à 360 degrés, le chargeur à induction, le toit ouvrant panoramique, la surveillance des angles morts ou encore, et c’est une nouveauté, l’alerte de trafic perpendiculaire arrière.

La concurrence est déjà rude sur ce segment, avec notamment les Hyundai Kona electric et Kia e-Niro, les Coréennes qui offrent le plus d’autonomie, mais sont aussi plus onéreuses à niveau d’équipements équivalent. Les SUV tricolores, à savoir les Peugeot e-2008 et DS 3 Crossback E-Tense (nous pouvons aussi inclure leur cousin technique allemand, l’Opel Mokka-e) ne font pas mieux en termes d’autonomie en raison de leurs consommations gargantuesques.

Ils ne bénéficient pas non plus du même niveau d’équipements. Et pour couronner le tout, ils sont aussi plus chers sans pour autant être plus haut de gamme.

Catégories: Mobile

Android 11 cause quelques turbulences logicielles sur les Nvidia Shield

FrAndroid - il y a 6 heures 5 min

Nvidia a récemment fait passer ses boîtiers multimédia Shield sous Android 11, mais cette mise à jour semble être à l'origine de problèmes logiciels chez une partie des utilisateurs. En l'occurrence, certaines applications, comme Plex, cessent de fonctionner correctement.

Android 11 ne fait tout à fait pas bon ménage avec les Nvidia Shield… du moins pour l’instant // Source : Frandroid

Passage visiblement cahoteux vers Android 11 pour les Nvidia Shield. Les boîtiers multimédias du géant américain, y compris les modèles les plus anciens lancés en 2015, ont récemment profité de leur sésame logiciel vers la dernière version d’Android. Une excellente nouvelle… du moins à un détail près. Depuis cette mise à jour, certains utilisateurs signalent en effet que de nombreuses applications, dont Plex, Kodi, HomeAssistant, VLC, ou encore Netflix (entre autres), ont cessé de fonctionner correctement.

C’est ce que rapportait hier le site spécialisé Android Police, qui précise que Nvidia travaille déjà sur un correctif. On sait d’ailleurs où résiderait une partie du problème : le Scoped Storage, une gestion de la mémoire interne modifiée par Google sur Android 11 afin de renforcer la sécurité.

Le Scoped Storage pose (provisoirement) problème aux Nvidia Shield

Si l’utilisation du Scoped Storage n’est pas nécessairement à l’origine de tous les problèmes rencontrés depuis le passage des Shield à Android 11, il est à la racine des dysfonctionnements observés sur Plex.

Nvidia Shield TV Pro (2019) Fiche produit Disponible à 199 € 9 /10 Nvidia Shield TV (2019) Fiche produit Voir le test Disponible à 142 € 8 /10 Nvidia Shield TV 2017 Fiche produit Voir le test Disponible à 149 €

En l’occurrence, les problèmes repérés avec Plex sont dus à un mauvais concours de circonstances. Nvidia a indiqué que le service fonctionnait parfaitement bien lors de la période de bêta d’Android 11 sur les Shield. La firme ajoute cependant qu’une nouvelle version du Plex Media Server (PMS), poussée par Plex peu avant la mise à jour des Shield, a changé des paramètres d’APIs résultant à des soucis de compatibilité.

Selon toute logique, Nvidia devrait être en mesure de déployer rapidement un correctif à grande échelle, mais il est possible de demander un accès anticipé au patch en remplissant ce formulaire. En parallèle, vous devrez probablement installer aussi la dernière version de l’APK du Plex Media Server, manuellement, après avoir fait un tour à cette adresse.

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Ventes d’iPhone : une fois n’est pas coutume, Apple finit l’année 2021 en beauté

FrAndroid - il y a 6 heures 20 min

Malgré une année toujours marquée par les pénuries, Apple s'en tire plutôt bien. Grâce à l'iPhone 13, la firme de Cupertino prend la première place des ventes de smartphones sur la dernière partie de l'année 2021.

L’iPhone 13 Pro // Source : Unsplash Howard Bouchevereau

Le cabinet d’analyse Canalys a dévoilé les parts de marché mondiales détenues par les plus gros vendeurs de smartphones. Si Apple était à la traine sur les trois premiers trimestres 2021, la marque à la pomme a finalement marqué le pas sur le dernier trimestre de l’année. Les statistiques de Canalys révèlent que l’iPhone 13, sorti en septembre, y est très largement pour quelque chose.

Apple reprend du poil de la bête

D’après ce cabinet d’analyse indépendant, Apple raflerait donc la première place avec 22 % des parts de marché au quatrième trimestre 2021, juste devant Samsung (20 %) et Xiaomi (12 %). Le reste du classement revient aux fabricants chinois Oppo (9 %) et Vivo (8 %). D’octobre à décembre, c’est donc environ un smartphone sur cinq vendus dans le monde qui était un iPhone. Ces bons chiffres sont dus, d’après l’analyste Sanyam Chaurasia, à d’excellentes performances de l’iPhone 13 en Chine.

Les parts de marché des fabricants // Source : Canalys

Une bonne nouvelle pour Apple qui, tout au long de l’année, était restée derrière ses deux principaux rivaux, avant d’entamer une remontada et de prendre la place de Xiaomi dès le mois d’octobre. Entre janvier et septembre, c’est Samsung qui tenait la première place. On notera cependant, au vu du tableau mis en avant, que la part de marché de Cupertino a diminué d’un pourcent par rapport à la même période en 2020. Bien entendu, personne ne saurait ignorer que l’année 2021 a été particulièrement compliquée pour les fabricants d’électronique et de smartphones. Les pénuries de composants ont notamment empêché de livrer autant d’appareils que prévu.

Chez Canalys, on précise néanmoins que les problèmes d’approvisionnement ont surtout impacté les petits vendeurs de produits d’entrée de gamme. Les gros fabricants tels qu’Apple ont eux pu sortir la tête de l’eau en contournant le problème, par exemple en approchant les fabricants de puces émergents, en se concentrant sur les lignes de production des appareils se vendant le mieux, ou encore en échelonnant le lancement de nouveaux produits.

Les chiffres de Canalys sont donc encourageants pour Apple, qui dévoilera d’ailleurs ses résultats de vente de son premier trimestre fiscal 2022, qui correspond aux derniers mois de l’année 2021. Ils devraient être satisfaisants pour la Pomme, qui a vendu plus de 40 millions d’iPhone 13 dans le monde durant la période des fêtes.

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Test de la Radeon RX 6500 XT : la carte nouvelle génération pour l’ancienne génération

FrAndroid - il y a 6 heures 35 min

Nous avons pu tester la Radeon RX 6500 XT, une carte graphique nouvelle génération à petit prix, en principe, qui vise les écrans Full HD.

La génération de cartes graphiques AMD RDNA 2 et Nvidia Ampere entame sa deuxième année et peut-être la dernière avant de passer à RDNA 3 et Lovelace. C’est donc l’occasion pour les deux constructeurs de finir de décliner leur architecture avec des produits au prix plus doux. La Radeon RX 6500 XT promet de faire tourner les jeux en Full HD. Nous allons voir ça.

AMD Radeon RX 6500 XTCaractéristiques techniques

La Radeon RX 6500 XT utilise un GPU AMD Navi 24 que l’on retrouve aussi sur la Radeon RX 6400 et la RX 6500M.

  • AMD Navi 24
  • TSMC 7 nm
  • 16 Compute Units
  • Fréquence « Game clock » : 2610 MHz
  • Fréquence « Boost » : 2815 MHz
  • Mémoire : 4 Go GDDR6
  • Bus mémoire : 64 bits
  • Infinity Cache : 16 Mo
  • Consommation : 107 W

Il faut noter que la connexion avec la carte mère se fait par une interface PCI Express 4.0 4x (sur un port 16X). Si vous avez une carte mère PCI Express 4.0, pas de problème. En revanche, si vous avez une ancienne carte mère avec un port PCIe 2.0 ou 3.0, la vitesse du port pourrait devenir insuffisante pour profiter des meilleures performances de la carte.

AMD Radeon RX 6500 XTConfiguration utilisée

Nous avons testé cette carte graphique avec une configuration de dernière génération, AMD Ryzen 5000 avec la fonction Smart Access Memory activée.

  • Carte mère : X570 Asus ROG Crosshair VIII HERO (Wi-Fi)
  • Processeur : AMD Ryzen 7 5800X (3,8 / 4,7 GHz, 8 cœurs, 16 threads)
  • Mémoire : 32 Go de RAM DDR4 2666 MHz (deux kits Corsair Vengeance CMK16GX4M2Z2666C16)
  • SSD : Samsung 970 1 To NVMe
  • Alimentation : Corsair RM1000X
  • Boitier : In Win 303
  • Logiciel : Windows 10 20H2 (avec les pilotes AMD Radeon 22.1.1)
AMD Radeon RX 6500 XTPerformances et résultats des benchmarks AMD Radeon RX 6500 XT3DMark

On commence nos tests par 3DMark qui fait une évaluation complète des capacités de la carte graphique dans le test Time Spy Extreme avec l’API DirectX 12 utilisée dans beaucoup de jeux sur PC.

Comme on peut le voir, la Radeon RX 6500 XT décroche sévèrement face aux autres cartes graphiques du marché. Dans nos tests, nous passons d’un score de 3811 points obtenus avec la Radeon RX 6600 à seulement 2475 points avec la Radeon RX 6500 XT.

3DMark DirectX Ray Tracing

Nous faisons aussi passé le test DirectX Ray Tracing à toutes les cartes graphiques de nouvelle génération capable de faire, en théorie, du ray tracing temps réel dans les jeux vidéo. Il s’agit d’un test particulièrement gourmand où même une GeForce RTX 3080 Ti atteint péniblement les 54,61 images par seconde. Sans surprise, sur un test aussi difficile la Radeon RX 6500 XT réalise un résultat très faible de 5,91 images par seconde en moyenne.

Avec l’architecture RDNA 2, nous avons vu qu’AMD ne proposait pas des performances au niveau de la concurrence avec le ray tracing activé. Les cartes graphiques d’AMD se montrent bien meilleures avec de la rastérisation plus classique. Il n’est pas étonnant qu’une déclinaison entrée de gamme de RDNA 2 soit mise encore plus en difficulté par le ray tracing.

AMD Radeon RX 6500 XTRed Dead Redemption 2

Les tests synthétiques permettent de se faire une première idée des performances d’une carte graphique, mais rien de tel que les tests concrets de jeux populaires pour préciser. Habituellement nous faisons tourner nos tests en 4K, mais cela n’aurait pas de sens pour une carte qui vise uniquement le jeu en Full HD.

Nous avons donc fait tourner Red Dead Redemption 2 en Full HD avec les paramètres graphiques au maximum. Dans ces conditions, le jeu tourne à 45 images par seconde en moyenne. C’est mieux que sur les anciennes consoles, mais pas suffisant pour une excellente qualité d’expérience. En ajustant les réglages graphiques sur un réglage moyen, le jeu passe à 60 images par seconde en moyenne et devient beaucoup plus fluide.

God of War

Sony a lancé God of War très récemment sur PC. L’un des meilleurs jeux de la PlayStation 4 a été plutôt bien optimisé sur PC. Avec les réglages au maximum, la Radeon RX 6500 XT ne permet de faire tourner le jeu avec une bonne fluidité.

Une nouvelle fois, il faut voir les réglages à la baisse pour faire tourner un jeu de dernière génération en Full HD à 60 images par seconde. On obtient plus précisément une moyenne de 63,7 FPS pour un jeu réglé sur les options moyennes.

AMD Radeon RX 6500 XTResident Evil Village

Même son de cloche pour Resident Evil Village, dernier épisode en date de la série de jeu d’horreur de Capcom. Ici on parle d’un jeu de nouvelle génération qui propose une option de ray tracing. Sans surprise, une simple activation de la fonction met à genoux le PC. L’intégration du ray tracing à la Radeon RX 6500 XT est quelque chose de très théorique. Difficile de trouver en pratique un jeu permettant de l’exploiter en Full HD avec cette carte graphique.

Sans ray tracing et en Full HD, le jeu tourne à 60 images par seconde avec des réglages graphiques élevés et satisfaisants pour l’œil. La Radeon RX 6500 XT confirme qu’elle permet, avec quelques ajustements, de faire tourner les derniers jeux du moment en Full HD.

AMD Radeon RX 6500 XTDoom Eternal

Le jeu Doom Eternal est un titre très bien optimisé qui permet d’avoir une bonne idée des capacités de la carte sur des jeux très nerveux. Ici nous faisons tourner le titre en Full HD avec les réglages graphiques sur « ultra cauchemar », le niveau maximum.

Dans ces conditions, aucun problème pour tourner à 60 images par seconde en moyenne. Il faut noter que nous avons tout de même dû réduire la capacité de stockage des textures, la carte graphique étant limitée par ses 4 Go de VRAM. Ce n’est pas un grand compromis et le jeu reste très fluide et dynamique. En jouant sur les options, il serait sans aucun doute possible de tourner à 120 images par seconde.

AMD Radeon RX 6500 XTConsommation et refroidissement

Sans trop de surprise pour une carte à ce niveau de performance : la consommation est basse et le système de refroidissement est plutôt efficace. On ne mesure pas de température au-dessus des 65 degrés, même quand la carte est poussée à son maximum et surtout, la ventilation Windforce de Gigabyte ne s’est jamais fait entendre.

La consommation électrique reste également sous la barre des 120W et une seule broche PCI Express suffit pour alimenter la carte graphique. Autrement dit, pas besoin de changer d’alimentation pour utiliser cette carte.

AMD Radeon RX 6500 XTAMD fait l’impasse sur l’encodage

Une carte graphique n’est pas uniquement caractérisée par ses capacités à afficher de la 3D à l’écran. Il faut aussi prendre en compte les fonctions intégrées en hardware, et proposées à travers les pilotes logiciels. Depuis de nombreuses années, la plupart des cartes graphiques sont par exemple parfaitement capables de faire du décodage et de l’encodage vidéo à la volée.

Pour la Radeon RX 6500 XT, AMD a fait le choix de tout miser sur le décodage. La carte gère le VP9 jusqu’en 8K24, le H.264 jusqu’en 4K180 et le H.265 en 8K24. En revanche, impossible d’encoder de la vidéo avec la carte.

Autrement dit, impossible de faire du streaming à distance ou d’enregistrer les meilleurs moments de ses parties avec cette carte.

AMD Radeon RX 6500 XTLe prix conseillé par AMD

AMD annonce un prix conseillé de 210 euros pour la Radeon RX 6500 XT en France. Comme pour toutes les autres cartes, le prix devrait vite s’envoler chez les distributeurs.

Difficile de savoir à quel prix cette carte graphique vaut le coup, mais cela peut être une solution en attendant une éventuelle accalmie du marché. À défaut, nous avons d’autres solutions pour jouer aux derniers jeux avec un PC vieillissant.

Catégories: Mobile

Le rachat d’Activision ou comment le métavers gaming prend forme chez Microsoft

FrAndroid - il y a 7 heures 1 min

Avec le rachat d'Activision Blizzard, Microsoft ne cache pas que c'est un atout supplémentaire dans sa course au métavers qui arrive à point nommé. Et une façon de montrer que la donne a changé : les nouveaux concurrents ne sont plus PlayStation ou Nintendo, mais Meta, Google et bien d'autres.

Si vous n’avez vu dans le rachat d’Activision Blizzard King par Xbox que l’ajout de très nombreux jeux et exclusivités dans le Xbox Game Pass, sur PC ou consoles prochainement, vous avez raté une dimension très importante du deal historique qui a été annoncé mardi.

« Cette acquisition accélérera la croissance de l’activité de jeu de Microsoft sur mobile, PC, console et cloud et fournira des éléments de base pour le métavers », annonce d’entrée Microsoft. Tout le décor est posé, de manière pas si étrange que cela.

Métavers gaming en cours

Depuis que Facebook devenu Meta a plongé dans le métavers et entraîné à sa suite toute la Tech désireuse de (re)découvrir un nouveau monde, on ne compte plus l’utilisation à bon escient ou non du terme, de sa philosophie ou même de son concept. Microsoft s’y est également jeté à corps perdu, mais tout d’abord par un biais différent, le télétravail et la productivité, sans jamais cacher que le jeu vidéo en serait un des pans, de l’aveu même de Phil Spencer.

Il y a peu, le patron de Xbox et future tête pensante de l’entité Microsoft Gaming évoquait ainsi sa propre définition du métavers en le rapprochant de Minecraft. Un parallèle pas si farfelu tant le jeu repose sur une importante communauté, des supports très variés (console, PC, smartphone, tablette, etc.) et de multiples possibilités de création comme d’échanges.

« Le jeu est la catégorie de divertissement la plus dynamique et la plus excitante sur toutes les plateformes aujourd’hui et jouera un rôle clé dans le développement des plateformes métavers », ajoute Satya Nadella, président-directeur général de Microsoft. Le jeu vidéo tient sa force de sa capacité à réunir des joueurs de tous horizons, à proposer des expériences multi support et parfois crossplatforms, tout en mêlant mondes physique et virtuels. Les bases du métavers, univers transversal par essence, sont bien là.

Des millions de joueurs et des communautés grâce à Activision

Et le patron de la firme a promis des investissements dans du « contenu de classe mondiale » et dans le cloud pour ce qu’il annonce comme « l’inauguration d’une nouvelle ère du jeu ». Pour cela, Microsoft remplit son catalogue de jeux en rachetant les studios parmi les plus créatifs et diversifiés du monde, et attire tranquillement des millions de joueurs avec sa proposition mûrie depuis des années et qui porte enfin ses fruits : communauté élargie, consoles puissantes, contenus forts.

Activision revendiquait plus de 390 millions d’utilisateurs mensuels entre ses franchises fortes (Call of Duty, World of WarcraftHeartstone, Diablo…). Ce sont autant de joueurs à gogo et de communautés bien installées qui tombent dans les mains de Microsoft. Des joueurs qui viendront progressivement, au moins en partie, enrichir le Xbox Game Pass aux ramifications sur consoles, PC, smartphones et tablettes, avant bien d’autres supports encore. Et aussi poser les bases du futur univers accessible depuis n’importe où.

Satya Nadella, le patron de Microsoft // Source : Microsoft

Car l’intérêt du rachat d’Activision est aussi d’offrir à Xbox et Microsoft un pied sur mobile avec les licences King et Call of Duty Mobile notamment, mais surtout une véritable expertise qui faisait défaut. Et d’imaginer déjà les jeux multijoueurs, ceux avec des univers transversaux comme Minecraft ou qui permettent d’en voir fleurir sous la bannière Microsoft. Avec le rachat d’Activision, c’est « une course à l’armement dans le métavers » qui s’organise selon l’analyste David Wagner chez Aptus Capital Advisors. Et Microsoft est plus que jamais en bonne position.

Des concurrents désormais baptisés Google et Meta

Phil Spencer et Satya Nadella le laissent transparaître entre les lignes : leurs concurrents ne sont plus vraiment PlayStation ou Nintendo, mais les Google, Amazon, Meta et autres qui voient plus loin et plus large que le simple jeu vidéo. Ce n’est sans doute pas sans raison que la nouvelle branche se nomme Microsoft Gaming et pas simplement Xbox Gaming qui restreindrait la vision de beaucoup aux simples consoles et PC.

Le métavers, terme terriblement à la mode, consiste avant tout à proposer une expérience fluide, massivement partagée avec des amis ou des contacts, dans un environnement virtuel, sans perdre totalement contact avec la réalité au moyen d’accessoires. Vous le voyez le parallèle avec des MMO, ces mondes massivement multijoueurs à la World of Warcraft récemment tombé dans le giron de Microsoft ? WoW d’un côté, Minecraft plus grand public de l’autre, Call of Duty et même avec son gratuit Warzone ou sa version mobile multijoueurs : des endroits où les joueurs se côtoient et échangent, comme autant de petits métavers potentiels.

« Lorsque nous réfléchissons à notre vision de ce que peut être un métavers, nous pensons qu’il n’y aura pas de métavers unique et centralisé et qu’il ne devrait pas y en avoir », avait confié Nadella lors d’un appel avec des investisseurs. « Dans le jeu, nous voyons le métavers comme un ensemble de communautés et d’identités individuelles ancrées dans des franchises de contenu solides, accessibles sur tous les appareils. » En cela, le rachat d’Activision est déjà un pas solide dans ces multiples métavers et autant de moyens de garder des joueurs captifs chez soi, quel que soit le lieu d’origine ou leur support de jeu.

Des jeux très populaires, des univers riches et interactifs : Microsoft récupère là plus de passerelles que réellement de métavers clé en main. Encore faut-il fidéliser les joueurs, dont certains faisaient les beaux jours de la PlayStation. Pour les attirer sur Xbox Series X⎮S, Microsoft a un argument de taille : le Xbox Game Pass.

Lien YouTube

Quoi de mieux qu’un service d’abonnement et un accès à une liste longue comme le bras de jeux à découvrir à l’envi et pour un simple prix ? Nourrir la curiosité et la satiété du futur acteur du métavers est une fine stratégie élaborée depuis le lancement de l’offre. En s’attachant des licences fortes, Microsoft va donner envie aux joueurs de rester et de découvrir d’autres expériences, gaming ou autres. Et en cela, la réalité virtuelle, annoncée comme la porte d’entrée au métavers, pourrait être la prochaine étape pour le fabricant dont la console Xbox ne prend pourtant toujours pas en charge ce type d’appareil. Il est temps que cela change.

Prochaine étape, le casque ?

Car pour aller titiller les ambitions de Meta ou Google en matière de métavers, il faut savoir proposer des univers interactifs, communautaires et riches, faciles d’accès. Microsoft a les serveurs Azure pour la puissance, les outils (Teams, Mesh ou le jeu vidéo) pour le faire tourner, et les contenus à disposition avec sa trentaine de studios pour plancher sur les jeux et univers. Il ne lui manquerait presque plus qu’un vecteur pour concurrencer le casque de réalité virtuelle Oculus Quest 2, ou désormais Meta Quest.

Certes, Microsoft dispose de son casque HoloLens, très polyvalent et efficace, mais onéreux et surtout tourné vers le monde professionnel. L’entreprise de Redmond avait noué quelques partenariats il y a quelques années avec des fabricants comme HP pour des casques de réalité mixte et une approche de l’expérience VR simplifiée, mais rien n’a réellement pris et la partie gaming du projet n’a pas son accessoire comme Sony a le PlayStation VR. Et pourquoi pas de rêver à un rachat de Steam pour hériter d’une plateforme et d’un casque Valve. Microsoft n’est plus à une folie près…

C’est sans doute là la prochaine étape pour Microsoft, la prochaine brique du métavers en construction. Satya Nadella n’a visiblement pas peur de sortir le chéquier pour des projets fous (mais jamais si fous que ça quand on connaît le pragmatisme du groupe américain). Son entreprise construit son métavers sur des avatars personnalisés qui pourront passer d’un environnement de travail à celui du jeu vidéo, tout en restant dans un espace immersif bien cadré. Il leur faut un vaisseau pour cela. Le smartphone peut en être un via la réalité augmentée, mais un casque n’a pas son pareil en confort, ergonomie et plongée dans un autre monde.

Reste que le rachat d’Activision Blizzard et l’accès à toutes les technologies de cette dernière se fera au plus tard en juin 2023. Le métavers sera-t-il passé de mode d’ici là ou une réalité bien ancrée ? C’est l’autre grand mystère de l’avenir de Microsoft et la réponse à ce deal historique.

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Microsoft Excel prend (enfin) nativement en charge les puces Apple M1

FrAndroid - il y a 7 heures 21 min

Plus besoin de passer par l'outil d'émulation Rosetta 2, Excel va maintenant pouvoir fonctionner nativement sur les processeurs ARM Apple Silicon. Cette nouveauté, attendue depuis des mois, s'invite sur nos Mac avec la dernière mise à jour de Microsoft Office.

Excel peut maintenant prendre en charge nativement les derniers processeurs ARM conçus par Apple // Source : Microsoft

Microsoft est très heureux de nous annoncer une bonne nouvelle dès le début des notes de versions pour la dernière version d’Office : Excel profite maintenant d’une prise en charge native des processeurs Apple Silicon, sous architecture ARM. Cette nouvelle mise à jour devrait notamment permettre de meilleures performances et une meilleure efficacité énergétique pour le tableur de Microsoft, et ce sur l’ensemble des Mac équipés de processeurs M1, M1 Pro ou encore M1 Max.

« Excel est entièrement pris en charge sur les appareils équipés de processeurs Apple Silicon : Power Query dans Excel pour Mac est désormais pris en charge de manière native sur les processeurs Apple Silicon. Si vous utilisiez auparavant l’émulateur Rosetta pour exécuter Excel, vous pouvez désormais le désactiver et exécuter Excel en mode natif sur vos appareils », commente Microsoft dans ses notes pour la version 16.57 d’Office.

Excel vole maintenant de ses propres ailes sur les Mac ARM, plus besoin de Rosetta…

Comme le précise MacRumors, cette nouvelle mise à jour d’Office concerne Office 365, Office 2019 pour Mac, Office LTSC 2021 pour Mac, et Office 2021 pour Mac. Elle est accessible au travers du service Microsoft AutoUpdate (MAU), que l’on retrouve dans Word ou Excel depuis la section « Aide », puis sous « Vérifier les mises à jour ».

Rappelons que jusqu’à présent, les utilisateurs d’Excel sur Mac M1 étaient contraints de passer par l’outil d’émulation Rosetta 2 proposé par Apple. Cet utilitaire permet de faire fonctionner, sur un système ARM, des applications x86-64 conçues pour fonctionner avec les « anciens » Mac sous processeurs Intel. Une solution provisoire pour Apple, qui encourage les éditeurs logiciel à développer des versions de leurs applications capables de supporter nativement l’architecture ARM. C’est le cas de Microsoft, qui met progressivement à jour ses principales solutions logicielles.

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Quelles sont les meilleurs TV OLED en 2022 ?

FrAndroid - il y a 8 heures 44 min

L'OLED est considérée comme la technologie reine pour un téléviseur grâce à ses contrastes. Voici les meilleurs TV OLED selon nous.

Les meilleures TV OLED Le retour de TV Sony OLED 9 /10 Sony XR-65A90J
  • Une dalle plus lumineuse et un très bon traitement anti-reflets
  • Google TV
  • Un rendu sonore de qualité
Le test 3 190 € La meilleure TV LG OLED 9 /10 LG OLED55G1
  • Un luminosité élevée
  • La qualité d'image exceptionnelle
  • Le design pensé pour une fixation au mur
Le test 1 590 € La plus équilibrée 9 /10 LG OLED55C1
  • Une très bonne qualité d'image
  • Des fonctions gaming avancées
  • Une partie logicielle améliorée
Le test 1 290 €

Frandroid teste de nombreux téléviseurs (OLED ou non) et nous avons déjà consacré plusieurs guides d’achat à ce secteur. Nous allons aujourd’hui nous attacher à la technologie avec les téléviseurs OLED. Actuellement, c’est celle qui propose généralement la meilleure qualité d’image, mais pas sans contrepartie. Nous en parlerons après.

L’OLED a également un désavantage : à diagonales identiques, il est plus cher que le reste. Autrement dit, tous les téléviseurs OLED sont des téléviseurs haut de gamme. Le marché s’est longtemps cantonné aux dalles de 55 pouces et plus, mais la situation a commencé à changer en 2020 avec l’arrivée de téléviseurs OLED de 48 pouces chez LG. Pour 2022, ce sont en revanche les très grandes tailles qui sont à l’honneur.

Lors du CES 2022, LG a fait quelques annonces sur ses nouveaux téléviseurs OLED. Les gammes A2, B2, C2, G2 et Z2 ont été officialisées avec plusieurs nouvelles caractéristiques techniques. La gamme des G2 sera équipée à terme des nouvelles dalles OLED EX. Celles-ci offriront une meilleure luminosité à terme, mais la production de ces dernières n’a pas encore débuté. Les téléviseurs du constructeur devraient pouvoir bénéficier d’une telle dalle, mais selon la firme, il faudra attendre le deuxième trimestre 2022.

Les gammes 2022 sont enfin disponibles et désormais bien installées dans notre sélection.

Pour une sélection par taille :

Si vous cherchez une vue d’ensemble plus large du marché, lisez donc notre sélection des meilleures TV.

LG OLED55G1 La meilleure TV LG OLED 9 /10 Fiche produit Voir le test Boulanger 1 590 €
  • Un luminosité élevée
  • La qualité d'image exceptionnelle
  • Le design pensé pour une fixation au mur
Disponible à 1 590 € sur Boulanger

Autrefois identiques à l’exception du design, les gammes C et G de LG se sont séparées en 2021. Contrairement à la C1, la LG G1 profite en effet de la toute nouvelle génération de dalle EVO du constructeur. Le « G » est là pour « Gallery » et le téléviseur est en effet pensé avant tout pour être accroché au mur, avec un dos totalement plat et un support mural fourni. S’il est possible de la poser sur des pieds plus classiques, ces derniers sont optionnels et facturés 100 euros.

Source : LG

Restait à voir si les promesses de la dalle EVO, à savoir une luminosité revue à la hausse, étaient tenues. Et le contrat est effectivement rempli avec une hausse de près de 15 % sur ce point. LG n’arrive toutefois pas encore aux excellentes valeurs atteintes par les modèles les plus haut de gamme de Panasonic. Rien à redire sur les couleurs, qui sont quasi parfaites. Comme le C1, le G1 est très doué pour le jeu, avec une pleine compatibilité avec le HDMI 2.1 et un support du G-Sync/Freesync pour les joueurs PC.

La partie logicielle est de son côté identique à sa petite sœur, avec un WebOS 6 agréable à utiliser. Parmi nos rares regrets, nous noterons l’absence de rétroéclairage de la télécommande, franchement décevante vu le tarif.

Vendue 200 euros de plus que la C1, la LG G1 est pour nous la meilleure TV OLED du moment, un incontournable. Retrouvez toutes les informations à son sujet dans notre test du LG OLED55G1.

Où acheter le
LG OLED55G1 au meilleur prix ? Voir plus d'offres LG OLED55C1 La plus équilibrée 9 /10 Fiche produit Voir le test Boulanger 1 290 €
  • Une très bonne qualité d'image
  • Des fonctions gaming avancées
  • Une partie logicielle améliorée
Disponible à 1 290 € sur Boulanger

Le successeur du très bon LG CX vient sans surprise prendre sa place dans notre sélection des meilleurs téléviseurs OLED. Il faut cependant bien avouer que les évolutions par rapport à l’an passé sont mineures puisqu’il conserve la même dalle. De l’extérieur, seule une télécommande légèrement repensée (mais toujours pas rétroéclairée…) permet d’ailleurs de les distinguer.

LG C1 (2021)

L’écran étant la même, les quelques évolutions sont à trouver en interne avec l’adoption d’un nouveau processeur nommé a9 Gen 4 qui promet une mise à l’échelle encore meilleure. On remarque toutefois une légère hausse du pic de luminosité ainsi qu’une image toujours aussi parfaitement calibrée dès l’ouverture du carton.

On a aussi droit à une nouvelle version de Web OS à l’interface revue pour être plus épurée et offrant encore plus d’options pour les joueurs. Sur ce point, on apprécie d’ailleurs toujours autant la comptabilité VRR pour les consoles et Nvidia G-Sync pour les PC. On note également l’arrivée d’une application native Google Stadia. La télécommande Magic Remote adopte un design plus rectangulaire et se montre généralement agréable à utiliser. On se demande toutefois pourquoi LG ne se décide toujours pas à la rétroéclairée…

Une évolution par petites touche, mais le LG C1 s’impose sans trop de soucis comme le téléviseur OLED le plus équilibré du moment. On vous en dit plus dans notre test du LG C1. Pour une vraie progression, il faudra attendre la série G1 qui représente le haut de gamme de la marque avec une nouvelle génération de dalle. On attendra toutefois un test complet avant de la conseiller.

La série LG C1 est bien évidemment déclinée en plusieurs diagonales allant du 48 au 83 pouces.

Le 48 pouces : 

Où acheter le
LG OLED48C1 au meilleur prix ? Voir plus d'offres

Le 55 pouces :

Où acheter le
LG OLED55C1 au meilleur prix ? Voir plus d'offres

Le 65 pouces :

Où acheter le
LG OLED65C1 au meilleur prix ? Voir plus d'offres

Le 77 pouces : 

Où acheter le
LG OLED77C1 au meilleur prix ? Voir plus d'offres

Et le 83 pouces si vous avez un salon vraiment grand : 

Où acheter le
LG OLED83C1 au meilleur prix ? Voir plus d'offres Sony XR-65A90J Le retour de TV Sony OLED 9 /10 Fiche produit Voir le test Boulanger 3 190 €
  • Une dalle plus lumineuse et un très bon traitement anti-reflets
  • Google TV
  • Un rendu sonore de qualité
Disponible à 3 190 € sur Boulanger

Avec l’adoption de dalles OLED LG pour ses modèles les plus haut de gamme, Sony a fait un retour remarqué sur le petit marché des téléviseurs très haut de gamme. Et cette cuvée 2021 de leur flagship ne fait pas exception. Le XR-65A90J se paye le luxe d’adopter la même dalle OLED de dernière génération que le LG G1 ! Contrairement à ce dernier qui cherche à être le plus discret possible, le XR-65A90J adopte un design bien plus surprenant, avec deux pieds assez massifs venant se poser de chaque côté du téléviseur. Si la qualité de fabrication est évidemment impeccable, le tout est relativement imposant et ne plaira pas forcément à tous. Reste que cette faiblesse peut être aisément contournée en accrochant l’écran au mur.

Une téléviseur assez fin et très classe / Source : Sony

Nous attendions au tournant la nouvelle génération de dalles OLED LG. Le coréen promettait en effet une amélioration de la luminosité, l’un des rares points de faiblesse des écrans OLED. Et force est d’avouer que le pari est tenu, et la progression notable, puisque nous avons atteint un pic de luminosité de 1300 cd/m² !

Mais là où Sony se distingue, c’est avec qualité du traitement antireflet, ce dernier est assez efficace pour que l’on ne soit plus obligé de fermer systématiquement ses rideaux. Couplé à une luminosité en hausse cela améliore fortement la lisibilité au quotidien. Côté colorimétrie, les choses sont parfaites en mode HDR et bonnes en SDR.

Tout n’est malheureusement pas parfait, en particulier pour les joueurs. Le retard à l’affichage est plus élevé que la concurrence et surtout le support du HDMI 2.1 n’est pas complet. Le VRR en particulier manque à l’appel, même si Sony promet qu’il sera apporté par une mise à jour. C’est quand même un peu surprenant quand on sait que cette fonction est une des plus pratiques de la PlayStation 5 du même fabricant…

La technologie Acoustic Surface, qui fait vibrer l’écran pour s’en servir de haut-parleur fait ici son retour en version améliorée. Le rendu est très correct pour de l’intégré, mais une solution dédiée reste notre préférence. On apprécie toujours autant la présence de Google TV. L’OS de Google brille par son offre logicielle et une interface très agréable à utiliser.

Le XR-65A90J s’impose donc comme un très bon téléviseur, taillé avant tout pour le cinéma, mais sa prise en charge partielle du HDMI 2.1 le rend moins polyvalent que ses concurrents directs. Dommage surtout au vu de son prix… Avant de passer à la caisse, on ne peut donc que vous recommander de lire notre test du Sony XR-65A90J.

La série A90J est disponible en 55, 65 et 83 pouces

Le 55 pouces : 

Où acheter le
Sony XR-55A90J au meilleur prix ?

Le 65 pouces :

Où acheter le
Sony XR-65A90J au meilleur prix ?

Le 83 pouces :

Où acheter le
Sony XR-83A90J au meilleur prix ? Philips 55OLED936 L'ambiance Ambilight Fiche produit Prise en main Fnac 1 999 €
  • L'OLED avec supplément Ambilight
  • La dalle LG EVO impressionante
  • La qualité sonore
Disponible à 1 999 € sur Fnac

Sans être aussi renommé que LG ou Samsung, Philips a derrière lui une communauté fidèle d’utilisateurs qui ne jure que par ses écrans Ambilight. Cette technologie consiste en une série de LED RGB programmables qui projettent de la lumière colorée derrière l’écran. Les couleurs choisies sont le prolongement direct de l’image affichée. Tout le monde ne sera pas accroc, mais force est d’avouer que cela améliore grandement l’immersion ressentie.

Pour cette version 2021 de son flagship, le constructeur est allé se fournir chez LG et n’a pas lésiné à la dépense. On retrouve la même dalle EVO utilisée sur l’excellent LG G1. On retrouve donc la luminosité en hausse de 20 % par rapport à l’an dernier et les noirs absolus de l’OLED. Rien à redire non plus sur la colorimétrie parfaitement maitrisée. Habituellement parent pauvre chez Philips, le gaming a été soigné puisque le temps de retard à l’affichage atteint un très honorable 11 ms.

La partie sonore dépote grâce à une barre de son signée Bowers & Wilkins, à laquelle il sera possible d’ajouter caisson de basses et satellites pour un effet surround complet.

Mais c’est surtout l’Ambilight, présent sur ici 4 côtés, qui séduit une nouvelle fois. Si elle n’est pas révolutionnaire, la technologie représente un vrai plus. Et si vous êtes équipés en ampoules Philips Hue, ces dernières pourront même se synchroniser avec la TV.

Sans grande surprise, la facture s’avère salée, mais l’on tient là l’un des uniques concurrents du LG G1. En attendant notre test complet, vous pouvez lire notre prise en main de la Philips OLED+986.

Où acheter le
Philips 55OLED936 au meilleur prix ? LG OLED55A1 L'OLED pour tous Fiche produit Boulanger 899 €
  • Une qualité vidéo préservée
  • WebOS 6 vraiment bien pensé
  • Vous avez vu ce prix ?
Disponible à 899 € sur Boulanger

Vous avez envie d’OLED, mais vous ne disposez pas d’un budget important ? Pas d’inquiétudes, LG est là pour vous. Le constructeur décline ses écrans OLED sur des modèles plus abordables avec sa série A1 qui nous pose donc un 55 pouces sous la barre des 1000 euros. Pour atteindre un tel tarif, il faut bien couper quelque part et cela commence par le look. Ce dernier est moins soigné et les pieds un plus cheap que ceux utilisés sur le C1.

Mais le plus important c’est que la qualité d’image est toujours là. On retrouve donc des dalles quasi identiques à celles de la C1, avec les noirs infinis et une colorimétrie aux petits oignons. On note toutefois une luminosité en légère baisse et un filtre antireflet un peu moins efficace. Ce n’est pas catastrophique, mais il faudra plonger sa pièce dans l’obscurité pour bien en profiter.

C’est sur l’électronique que LG a le plus taillé, le processeur utilisé est moins performant et cela se ressent sur la qualité de la mise à l’échelle sur les sources Full HD. Le jeu vidéo est aussi une victime de la chasse aux coûts… Oubliés le HDMI 2.1, le VRR et le 120 Hz. Le OLED55A1 n’est clairement pas pensé comme un compagnon des consoles next gen. Le FreeSync et G-Sync sont cependant toujours là pour les gamers PC.

S’il doit faire un certain nombre de compromis, en particulier sur le jeu, le LG OLED55A1 n’en demeure pas moins un excellent choix pour les amateurs de films et de séries.

Où acheter le
LG OLED55A1 au meilleur prix ? Voir plus d'offres Tout comprendre aux TV OLED Quels sont les avantages de l’OLED par rapport aux autres technologies d’écrans ?

L’avantage principal de l’OLED est d’offrir des contrastes infinis. Les pixels qui composent l’image émettant chacune leur propre lumière, lorsqu’il faut afficher du noir ils sont tout simplement éteints. C’est donc un noir complet qui s’affiche. Comme on ne peut pas diviser par zéro, on considère que le contraste est infini à toutes fins utiles.

L’autre avantage de l’OLED est sa réactivité. Les diodes organiques changent plus rapidement de phase, les écrans OLED sont plus réactifs. C’est utile pour les scènes d’action, mais aussi pour les jeux dans la mesure où l’input lag est en partie affecté par la réactivité de l’écran (mais ce n’est pas le seul facteur).

Comment est-il possible d’atteindre un rapport de contraste de 100 000:1 avec l’OLED ?

La limitation du contraste avec les écrans LCD classiques est liée au rétroéclairage toujours allumé. Par conséquent, les pixels sombres sont ceux où les cristaux liquides bloquent la transmission de la lumière, cependant, de la lumière passe toujours à travers. Afficher du vrai noir n’est donc pas possible. Avec OLED, si le pixel est censé être noir, il s’éteint simplement instantanément.

Est-ce ce que les téléviseurs LED sont des TV OLED ? Et les QLED ?

Les téléviseurs LED sont en fait des téléviseurs LCD qui utilisent des LED blanches comme source de rétroéclairage. Contrairement à OLED, l’image est toujours créée en produisant de la lumière à travers une diode à cristaux liquides.

Quant aux écrans QLED, ce sont des téléviseurs LCD dotés d’un système de rétroéclairage LED associé à un filtre à boîte quantique (Quantum Dot en anglais). Ce filtre est intercalé entre le rétroéclairage et la dalle LCD, il permet d’obtenir des couleurs riches, vives et saturées.

Quels sont les désavantages de la technologie OLED ?

L’OLED a deux désavantages principaux : le premier est sa luminosité maximale, difficile de faire émettre à des LED organiques autant de lumière qu’avec un rétroéclairage classique. Toutefois, la technologie a fait de gros progrès, et il est désormais rare d’être gêné par cela dans la vie de tous les jours.

Le second est le problème du « burn-in ». Les dalles OLED ont tendance à marquer lorsqu’elles affichent pendant longtemps une image fixe comme un logo d’une chaine TV ou interface d’un jeu par exemple. En pratique à moins de passer 12 h par jour sur une chaine d’info ou avec une interface de jeu vidéo à l’écran vous n’aurez pas de soucis. On commence à avoir du recul sur la technologie et les mécanismes d’entretien intégrés sont efficaces.

Combien de temps durent les OLED ? Quelle est leur durée de vie ?

Selon certaines sources sur internet, la durée de vie d’une dalle OLED est limitée. L’intensité des pixels bleus diminuerait, et les couleurs de l’écran finiraient par ne plus être exactes après quelques années. Sur les TV OLED récents, ce n’est plus le cas. Selon LG, votre télé OLED a une durée de vie de 30 000 heures, ce qui correspond à 3 heures de télé par jour pendant 27 ans.

Est-ce que l’OLED convient au gaming ?

Cette idée reçue est basée sur les premiers écrans OLED qui avaient une latence d’affichage élevée. Les gamers recherchent une télé au délai d’affichage le plus bas possible. Les derniers écrans OLED n’ont pas de problème de latence. Ils sont d’ailleurs parmi les télés les plus avancées. Depuis 2019, les TV de LG supportent le VRR (Variable Refresh Rate) du HDMI 2.1 et sont même capables d’afficher du 120 Hz en définition 4K UHD. Elles sont également compatibles AMD Free Sync et Nvidia G Sync.

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Galaxy Tab S8 Ultra : petite boulette de Samsung qui publie une image de sa tablette avec encoche

FrAndroid - il y a 8 heures 45 min

La Galaxy Tab S8 Ultra apparait déjà dans un visuel officiel partagé trop tôt par Samsung. Dans l'image, on peut voir la future tablette arborer une encoche sur l'écran.

Source : Frandroid / Arnaud Gelineau

On ne sait pas encore tout à fait quand elle sortira, mais elle continue de faire parler d’elle. La grande Samsung Galaxy Tab S8 Ultra s’était déjà montré en images au travers de rendus. Toutefois, la dernière image en date nous vient directement de la marque elle-même.

Déjà une image officielle de la Samsung Galaxy Tab S8 Ultra

En effet, sur une page support officielle dédiée à l’utilisation de Bixby sur les appareils de la marque, Samsung États-Unis a partagé un visuel dans lequel on voit, en arrière-plan — mais assez distinctement — une tablette dotée d’une encoche sur son écran. Tout porte donc à croire qu’il s’agit de la Galaxy Tab S8 Ultra dont le notch a déjà fait couler un peu d’encre.

Samsung a publié une image de la Galaxy Tab S8 Ultra avec son encoche avant que le produit ne soit officialisé // Source : Samsung USA

Dans l’image en question, les dimensions de l’encoche ne semblent pas trop imposantes, mais celle-ci reste assez bien visible malgré tout. Rappelons que le notch sur la Samsung Galaxy Tab S8 Ultra devrait a priori embarquer un système de reconnaissance faciale 3D plus sécurisé, mais rien ne peut encore être confirmé pour le moment.

En attendant, un écran AMOLED de 14,6 pouces (2960 x 1848 pixels, 120 Hz), un Snapdragon 8 Gen 1, une batterie de 11200 mAh, une compatibilité S Pen ou encore un poids de 728 grammes sont pressentis sur cette tablette. Il faut aussi évidemment miser sur une interface One UI 4 basée sur Android 12.

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Face à RED, Bouygues Telecom passe à l’offensive avec un nouveau forfait mobile B&You

FrAndroid - il y a 9 heures 19 min

Bouygues Telecom renouvelle ses offres B&You sans engagement avec notamment un forfait de 40 Go à 9,99 euros par mois et qui vient concurrencer celui de RED by SFR.

Après SFR et ses nouvelles offres du côté de RED, c’est au tour de Bouygues Telecom de tirer à son tour sa nouvelle gamme de forfaits mobile B&You sans engagement. Cette fois-ci on retrouve une offre similaire, mais terriblement intéressante avec un forfait de 40 Go à seulement 9,99 euros par mois.

Le forfait B&You en 3 points clés
  • Sans engagement et sans condition de durée
  • 40 Go en France métropolitaine et 16 Go en Europe/DOM
  • Des communications illimitées (Appel, SMS, MMS)

Les nouveaux forfaits sans engagement B&You de Bouygues Telecom, dont le forfait de 40 Go pour 9,99 euros par mois, sont disponibles jusqu’au 25 janvier 2022.

Retrouvez le forfait B&You de 40 Go à 9,99 €/mois Le forfait sur l’un des meilleurs réseaux français

Via ses nouvelles offres, le forfait de 40 Go est de premier choix. Il propose les appels, SMS et MMS illimités en France métropolitaine et depuis les DOM et l’Europe vers un numéro français. Le tout sur le réseau de Bouygues Telecom qui est l’un des plus plébiscités pour les communications avec 99% de couverture réseau sur toute la France ainsi que l’une des meilleures couvertures concernant les transports, d’après les chiffres de l’Arcep.

Un forfait pensé pour une utilisation quotidienne de 4G sans en faire trop

Mais ce forfait est surtout intéressant si l’on se penche sur sa quantité de données 4G. Il propose une enveloppe de 40 Go à utiliser dans tout l’hexagone. Une bonne nouvelle pour celles et ceux qui consomment régulièrement du contenu en streaming ou qui naviguent sur les réseaux sociaux et dont le forfait actuel n’est déjà plus suffisant.

Si besoin, vous pourrez passer par l’application mon espace client de Bouygues Telecom afin d’ajouter des Go à votre forfait dans le cas où vous arriveriez au bout. Notez que ses données supplémentaires sont facturées à hauteur de 10 € pour 10 Go.

Espace Client Bouygues Telecom

Télécharger Espace Client Bouygues Telecom gratuitement APK

Concernant les données valables en Europe et DOM, l’enveloppe s’élève à 16 Go, ce qui est déjà plus confortable que chez RED. Ces données sont décomptées du forfait de base et vous permettront de vous connecter de n’importe où sans surcoût et sans avoir à passer par un réseau Wi-Fi.

Retrouvez le forfait B&You de 40 Go à 9,99 €/mois Comment conserver mon numéro ?

Vous pouvez bien évidemment conserver votre numéro mobile actuel en changeant de forfait. Tout d’abord, il est nécessaire de rajouter 10 euros au total de votre commande pour obtenir la nouvelle SIM triple découpe. Le changement d’opérateur se fait ensuite sans coupure si vous conservez votre numéro. C’est gratuit et il suffit de fournir le code RIO de votre ligne lors de l’inscription. Si vous ne savez pas comment procéder, consultez notre tutoriel pour demander votre RIO. 

Les forfaits similaires du moment Le comparateur des forfaits 4G

Afin de découvrir toujours plus d’offres mobile, nous vous invitons dès maintenant à utiliser notre comparateur pour trouver les meilleurs forfaits 4G sans engagement du moment.

Les meilleurs forfaits sans engagement


Forfait Mobile B&You - 100 Go Fin de l'offre : 6 jours

  • Appels illimités
  • SMS/MMS illimités
  • 100 Go

Prix : 14,99 €
Découvrir l'offre


RED Forfait 4G - 40 Go Fin de l'offre : 5 jours

  • Appels illimités
  • SMS/MMS illimités
  • 40 Go

Prix : 10 €
Découvrir l'offre


Prixtel Forfait 4G - Le grand 80-130 Go Fin de l'offre : 6 jours

  • Appels illimités
  • SMS/MMS illimités
  • 80 Go - 130 Go

Prix : 6,99 € 12,99 €
Découvrir l'offre

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Microsoft Gaming : une impressionnante galaxie de studios et de jeux pour les séduire tous

FrAndroid - il y a 9 heures 45 min

De Minecraft à Call of Duty, en passant par Halo ou encore Wolfenstein et Candy Crush, Microsoft a désormais en main un impressionnant éventail de jeux vidéo avec l’ajout d’Activision Blizzard King. De tout pour tous les types de joueur, le vœu de Phil Spencer d’étendre le champ d’action de Xbox est enfin exaucé.

Quelques-uns des nombreux studios appartenant désormais à Xbox // Source : Capture d’écran Twitter / @Klobrille

Avec le rachat en cours d’Activision Blizzard King, Microsoft se retrouve à la tête désormais d’une impressionnante ribambelle de studios de développement de jeux vidéo. À en donner le tournis même. Et pourtant, la firme ne s’annonce modestement que comme la future « troisième entité » du jeu vidéo derrière Tencent et Sony PlayStation.

Difficile pourtant de voir avec cette potentielle trentaine de studios sous bannière Xbox un modeste acteur de l’industrie alors que les jeux vont bientôt pleuvoir à gogo sur les consoles, les PC, le Xbox Game Pass, mais aussi les smartphones et tablettes.

Car avec les nouveaux entrants dans la famille, ce n’est pas seulement le portefeuille de titres qui s’enrichit, mais aussi le nombre de supports potentiels de jeu, les passerelles encore plus importantes qui se dessinent et une offre fourmillante pour atteindre le but jamais caché de toucher « les trois milliards de joueurs sur Terre ». Il y en aura pour tout le monde et partout.

Les studios sous bannière Xbox

Avec le futur rachat d’Activision Blizzard King, Microsoft et sa nouvelle entité Microsoft Gaming (qui a écarté le nom Xbox au passage pour montrer sans doute que l’entreprise voit plus large que la console et vise aussi le fameux métavers) compteront 36 studios pour produire des jeux.

Xbox Games Studios
  • 343 Industries
  • Compulsion Games
  • Double Fine Productions
  • inXile Entertainment
  • Mojang Studios
  • Ninja Theory
  • Obsidian Entertainment
  • Playground Games
  • Rare
  • The Coalition
  • The Initiative
  • Turn 10 Studios
  • Undead Labs
  • World’s Edge
Bethesda Softworks / ZeniMax Media
  • Alpha Dog Games
  • Arkane Studios
  • Bethesda Game Studios
  • MachineGames
  • id Software
  • Roundhouse Studios
  • Tango Gameworks
  • ZeniMax Online Studios
Activision Blizzard
  • Beachhead Studio
  • Blizzard Entertainment
  • Beenox
  • Demonware
  • Digital Legends
  • High Moon Studios
  • Infinity Ward
  • King
  • Radical Entertainment
  • Raven Software
  • Sledgehammer Games
  • Toys for Bob
  • Treyarch
  • Vicarious Visions

Lien YouTube

Xbox élargit son réservoir de joueurs

La firme de Redmond se retrouve ainsi à la tête de quelques-unes des franchises les plus célèbres au monde : Call of Duty, Diablo, World of Warcraft, Guitar Hero, Overwatch (Activision Blizzard), Wolfenstein, Fallout, The Elder Scrolls, Doom, Dishonored (ZeniMax), Halo, Gears of War, Forza Horizon et Forza Motorsport, Age of Empires, State of Decay, etc. (Xbox Games Studios). De quoi faire taire prochainement ceux qui reprochaient à Xbox son manque d’exclusivités, mais il n’en reste pas certain pour autant que le géant américain aura totalement envie de cadenasser le jeu quand cela peut lui servir de monnaie d’échange en allant titiller les joueurs sur plateforme concurrente avec quelques titres tout en se gardant les plus gros.

Hellblade : Senua’s Sacrifice // Source : Ninja Theory

Car Xbox sait varier les plaisirs et a également à son actif quelques pépites tombées dans l’escarcelle au fil du temps comme The Outer Worlds du studio Obsidian Entertainment, Psychonauts de Double Fine Productions ou encore Hellblade : Senua’s Sacrifice de Ninja Theory. Des jeux bien loin des blockbusters habituels de Microsoft ou même de Bethesda et désormais d’Activision, mais qui montre la recherche de variété au catalogue maison.

Désormais surtout, Xbox va se doter d’un réservoir de jeux plus familiaux qui lui faisait défaut, de l’avis même de Phil Spencer. Si Minecraft semblait bien seul comme tête de gondole multigénération, il se retrouve désormais potentiellement accompagné des licences Crash Bandicoot et Spyro qui proviennent aussi de l’éditeur des anciens Skylanders, les figurines à jouer qui firent fureur il y a quelques années avant qu’Activision n’épuise le filon à l’inonder de trop de jouets. C’est aussi à la firme de Bobby Kotick, annoncé sur le départ une fois le rachat acté, que l’on doit aussi le retour au premier plan de Tony Hawk’s Pro Skater, le célèbre jeu de skateboard.

Crash Bandicoot, l’ancien héros PlayStation passe désormais chez Xbox // Source : Activision

Avec Toys for Bob, derrière notamment Crash Bandicoot 4 : It’s about, Spyro Reignited Trilogy, Crash Bandicoot : N.Sane Trilogy, les Skylanders et bon nombre de jeux pour un jeune public, Xbox a désormais un studio capable de s’adresser à une audience plus casual et familiale. Une bonne nouvelle possible aussi pour ses développeurs qui avaient été sommés de venir épauler les équipes de Call of Duty dans la quête éperdue d’Activision de mettre tous ses studios à contribution sur sa poule aux œufs d’or…

Et puis, ce serait aussi oublier la force de King, le studio britannique racheté à prix d’or par Activision (5,4 milliards d’euros) pour s’offrir une porte d’entrée sur le mobile. Ce sera désormais le pan d’activité qui manquait à Microsoft, hors cloud gaming sur smartphone et tablette. Car King, ce n’est pas seulement Candy Crush, le jeu au milliard de joueurs, mais aussi toutes ses déclinaisons qui rapportent une fortune à l’entreprise (Bubble Witch Saga, Farm Heroes Saga, Pet Rescue Saga, Crash Bandicoot : On the Run).

Candy Crush // Source : King

Plus qu’une manne financière, l’arrivée de King offre aussi des perspectives à Xbox pour s’immiscer sur le jeu mobile dont il est totalement absent. Pour cela, Digital Legends, le studio de développement mobile espagnol, sera également un soutien de poids pour porter des licences maison sur smartphones et tablettes. Et que dire de Call of Duty Mobile, jeu à succès tiré de la franchise et développé par Tencent Games notamment, qui a déjà rapporté plus d’un demi-milliard de dollars à son éditeur Activision.

Un Game Pass débordant pour voir plus loin

Voilà de quoi ravir les 25 millions d’abonnés annoncés au Xbox Game Pass et d’espérer faire grossir ce nombre rapidement. Ils vont pouvoir être gavés de jeux jusqu’à plus soif dans les prochaines années. Phil Spencer avait promis « des jeux, de très bons jeux et rien que des jeux » pour le futur de Xbox, parole tenue. Avec sa trentaine de studios, nul doute que Xbox a de quoi multiplier les annonces au cours des prochains mois et des prochaines années. Ces seront-ils des exclusivités Xbox pour mettre à mal la concurrence ? Nul ne le sait encore.

Phil Spencer, le patron de Xbox // Source : Xbox

Phil Spencer a simplement indiqué qu’« autant de titres d’Activision Blizzard que possible » seront proposés dans le Xbox Game Pass et PC Game Pass. « Des nouveaux jeux ou des classiques », explique-t-il. Le rachat devrait être acté au plus tard le 30 juin 2023, va-t-on voir apparaître au fil du temps des jeux Activision dans le Game Pass et des exclusivités notamment ? D’ici là, d’anciens Call of Duty pourraient alors faire leur apparition sur le service.

Pour aller plus loin
Comment le Game Pass est devenu le nouveau centre du monde jeu vidéo pour Xbox

Mais c’est aussi le Xbox Cloud gaming qui va profiter de ce rapprochement avec Activision. « Les franchises extraordinaires d’Activision Blizzard vont aussi accélérer notre programme pour le Cloud Gaming », a prédit le futur patron de Microsoft Gaming, tout en rassurant les joueurs PlayStation notamment sur le fait que les jeux seront toujours disponibles sur toutes les plateformes. Car Phil Spencer a déjà compris l’impact de ce rachat –et combien il sera rapidement rentabilisé. Il y voir déjà un moyen de proposer à davantage de joueurs et joueuses, « dans plus d’endroits du monde, de rejoindre la communauté Xbox via leurs téléphones, leurs tablettes, leurs ordinateurs portables ».

Call of duty Black Ops Cold War // Source : Activision

Car oui, la force des jeux mobiles d’Activision Blizzard King était aussi de toucher des populations en Asie, en Afrique et là où le jeu sur smartphone est roi faute d’avoir des consoles ou PC à disposition facilement. Le smartphone comme porte d’entrée du jeu vidéo à la sauce Xbox avec déjà des réflexes qui ne demandent plus qu’à se nourrir de l’offre gargantuesque qui s’annonce en cloud gaming. En espérant aussi que d’ici 2023, la connexion mobile et la couverture seront bien meilleures partout dans le monde pour profiter des jeux. Une idée de futur rachat pour Microsoft ?

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Plus de 50 % de réduction pour la sonnette connectée d’Arlo sur Amazon

FrAndroid - il y a 10 heures 20 min

Ajouter une caméra à sa sonnette peut s’avère être très utile, et ça tombe bien on a le bon plan qu’il vous faut. La sonnette connectée d’Arlo est idéale pour toujours garder un œil sur le pas de votre porte, elle est en ce moment en promotion et passe à 98,89 euros au lieu de 199 euros à son lancement.

Les sonnettes connectées sont bien pratiques au quotidien. Avec ce type d’appareil, vous savez qui sonne à la porte et interagir en vocal avec eux (livreur, démarcheur, amis) tout en les voyant en vidéo et cela, où que vous soyez. Les sonnettes connectées peuvent même servir de caméra de surveillance. C’est donc une solution bénéfique pour sécuriser votre maison, qui reste toutefois assez coûteuse. Néanmoins à l’occasion des soldes, la sonnette connectée d’Arlo — spécialiste des caméras de surveillance — perd plus de 100 euros sur son prix.

La sonnette connectée d’Arlo c’est quoi ?
  • Une sonnette sans fil facile à installer
  • Une bonne qualité vidéo avec HDR, même de nuit
  • Détecte les mouvements et intègre une alarme
  • Compatible avec les assistants Google et Amazon

Lancée à 199 euros, la sonnette connectée d’Arlo est disponible en promotion à 98,89 euros sur Amazon, soit plus de 100 euros de remise immédiate.

Retrouvez l'Arlo Vidéo Doorbell à 98,89 € sur Amazon Une installation plus simplifiée pour les bricoleurs du dimanche

La seconde sonnette du constructeur Arlo règle le plus gros souci que possédait la première version : elle n’a plus besoin de fil. Eh oui c’est une bonne nouvelle pour celles et ceux qui ne sont pas très bricoleurs, le constructeur américain simplifie son installation avec juste deux trous à percer. Pour la faire fonctionner, il suffit de la connecter au Wi-Fi avec une portée de 20 à 25 mètres en se rajoutant obligatoirement à l’écosystème Arlo déjà installé chez vous, sans quoi il est impossible de l’utiliser. L’installation logicielle est simple et l’application offre de nombreuses possibilités, comme la prévisualisation 3 secondes avant la détection de mouvement ou encore la détection de colis. Pas de carillon ici , c’est votre smartphone qui vous avertira si l’on a pressé le bouton de votre sonnette.

Concernant l’autonomie, lors de notre test cette dernière a tenu 34 jours en mode « activé », avec des passages réguliers, des mouvements détectés. Comptez donc plutôt un mois et en mode désactivé elle tiendra deux mois et demi. Elle dispose d’une batterie amovible rechargeable. Mais il est également possible d’opter pour un raccordement sur secteur (avec l’aide recommandée d’un professionnel). Elle est bien évidemment adaptée à  l’extérieur, résistante aux intempéries comme à la chaleur ou au froid. Le design suit les codes de la marque et reste quasi identique au modèle précédent.

Pour voir qui se cache derrière votre porte (de la tête au pied)

En ce qui concerne la qualité vidéo, elle est excellente. La caméra affiche une définition vidéo 1080p et le capteur avec HDR permet d’obtenir une image détaillée dans toutes les situations de luminosité, de jour comme de nuit grâce à sa vision nocturne. L’angle de vision de 180° est ensuite l’une de ses plus grandes forces pour afficher le plus de choses possibles. D’ailleurs cette sonnette à la particularité d’utiliser un ratio 1:1 pour voir également le sol devant votre porte afin de mieux distinguer la personne qui sonne, ou bien par exemple apercevoir un colis déposé. Pour profiter de ce ratio, il faut positionner la caméra à 122 centimètres du sol.

Vous pouvez déclencher le flux vidéo à tout moment pour voir ce qui se passe devant votre logement, interagir avec vos visiteurs via l’application mobile ainsi que le haut-parleur et le micro de la sonnette vidéo. Le micro est d’ailleurs de bonne facture, même s’il a tendance à saturer si vous poussez trop haut le volume. Autre avantage, Arlo vient équiper sa sonnette d’une sirène qui sera assez puissante pour faire peur à un potentiel cambrioleur. Vous pouvez la déclencher à distance depuis votre smartphone si un intrus est repéré ou la programmer pour qu’elle sonne dans certaines situations. Quant au flux vidéo, vous pouvez le consulter en direct, mais si vous souhaitez garder l’enregistrement il faudra passer par le cloud d’Arlo, un abonnement qui vous coûtera 2,79 euros/mois. Sachez que la sonnette est compatible avec Google Assistant et Amazon Alexa.

Retrouvez l'Arlo Vidéo Doorbell à 98,89 € sur Amazon

Pour en savoir davantage, n’hésitez pas à lire notre test complet sur l’Arlo Vidéo Doorbell.

Lire aussi
Quelles sont les meilleures sonnettes connectées en 2022 ?

Pour ne rien rater des soldes d’hiver 2022

Afin de ne louper aucun bon plan des soldes d’hiver 2022, il y a plusieurs articles à consulter :

Retrouvez les meilleures offres en DIRECT

Voici également quelques réflexes à adopter dès maintenant pour ne pas passer à côté des promotions que nous recommandons :

  • Nous suivre sur notre compte twitter @FrandroidPromos uniquement dédié aux bons plans (pensez à activer la cloche pour recevoir les notifications en temps réel)
  • Télécharger notre application Frandroid (disponible sur iOS et Android) pour activer les notifications de la catégorie « Bons Plans » et ainsi recevoir en temps réel les nouveaux articles liés au Black Friday
  • S’abonner à notre newsletter Bons Plans pour être sûr de recevoir les offres en avant-première (pas plus d’un mail par jour, désinscription en 1 clic, aucune diffusion à des tiers) :

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

NIU : son premier SUV électrique veut déjouer certaines règles temporelles

FrAndroid - il y a 10 heures 25 min

Le spécialiste des scooters électriques NIU a présenté ses ambitions en matière de voitures électriques avec un tout premier modèle branché répondant au nom de Niutron N.V. Son annonce officielle attendue en mars devrait précéder une mise en production… en septembre.

Source : NIU

S’attaquer au marché des voitures électriques n’a rien d’une mince affaire. D’une part, parce que le secteur se structure de plus en plus avec de solides acteurs installés, et d’autre part, parce que l’investissement financier et la logistique de production nécessitent des ressources colossales et un cahier des charges précis et minutieux.

C’est pourtant ce que compte faire NIU, entreprise chinoise principalement connue pour ses scooters électriques. Implanté sur le marché français, le fabricant jouit d’une certaine popularité dans nos contrées grâce à un catalogue au bon rapport qualité-prix. Mais les ambitions du groupe vont bien au-delà des deux roues.

Comme un air de Ford Bronco

NIU a en effet présenté son tout premier véhicule branché lancé sous sa marque Niutron : le SUV électrique Niutron N.V, rapporte le site Hibridos y electricos. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les premiers visuels publiés lui donnent des airs de Ford Bronco. Cette impression est renforcée par son design « cubique », mais avec des lignes plus fluides.

C’est surtout à l’avant que la ressemblance est frappante, de par ses feux en forme d’anneaux et la signature lumineuse horizontale qui traverse la calandre. Cet effet est appliqué à l’arrière du véhicule, au niveau du hayon. Cela a le mérite de lui apporter une belle touche de modernité.

La fiche technique du véhicule n’a pas encore été révélée dans son intégralité. Mais quelques spécifications ont déjà filtré pour nous donner une idée de son gabarit. Le Niutron N.V mesure 4915 mm de long, et se situe donc entre la Tesla Model Y (4750 mm) et la Tesla Model X (5036 mm). Comptez 1950 mm de large et 1750 mm de haut.

Basé sur la nouvelle plateforme Gemini, le quatre-roues est en mesure d’abattre le 0 à 100 km/h en l’espace de 5,9 secondes. Un temps somme toute honorable pour ce grand SUV, qui ne le classe toutefois pas parmi les meilleurs de son segment. Concernant les caractéristiques, c’est tout ce qu’il y a à se mettre sous la dent pour le moment.

Un planning ambitieux

En revanche, NIU semble très ambitieux quant au calendrier commercial de son Niutron N.V. La firme construit actuellement une nouvelle usine de 770 000 mètres carrés à Changzhou, accompagnée d’un centre de recherche et de développement. L’idée est de présenter le SUV en mars, pour une mise en production en septembre.

Pour aller plus loin
NIU : l’expert des scooters branchés se lance dans les trottinettes électriques XXL

Le site industriel serait capable de construire 180 000 unités par an. Le fait est qu’entre la création de la marque fin 2021 et le lancement de la production, moins d’un an pourrait s’écouler si NIU respecte son planning. Pour un groupe n’ayant jamais construit de voitures électriques, mais qui possède une expérience dans les scooters, c’est un sacré challenge.

Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Catégories: Mobile

Pages

S'abonner à Sleepy SME agrégateur